Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Les Juifs sur la lune : Récit de science-fiction, Auteur anonyme
23/08/2009

Ce texte, à la fois délirant, humoristique et sarcastique à souhait, m’a été envoyé par le toujours précieux Victor Perez, que je remercie chaudement ici. Comme la joie ne va jamais sans un zeste de souffrance, j’ai été contrarié de ce que, bien que ce récit soit donné comme une traduction (dont l’auteur est le non moins méritant "Sentinelle", connu pour ses nombreuses versions françaises d’articles en anglais), il ne soit pas référé à l’original. Il m’a fallu un certain temps pour retracer ce dernier, tout en repérant au passage, le site où figure ce qui semble être la source de la diffusion de la version française sur plusieurs blogues, à savoir le site Résiliencetv. Une fois de plus je me permets d’insister sur la nécessité de citer scrupuleusement les sources utilisées, ne serait-ce que pour permettre aux lecteurs qui comprennent la langue originelle de vérifier la fiabilité de la traduction, et la date de l’original (dans le cas présent, 13 août 2008 – et non 2009, comme mentionné par Resiliencetv et deux ou trois blogues consultés). Ceci étant dit, bravo d’avoir découvert de ce texte et d’en avoir donné une première traduction - que je me suis toutefois permis d’améliorer. (Menahem Macina).

23/08/09

 

Version française envoyée par Sentinelle 5769, le 23 août 2009, au site Resiliencetv.fr

[Original anglais : Jews on the Moon a Science Fiction Story, en ligne sur le Blogue Avid Editor’s Insights, 13 août 2008]

Adaptation française de Sentinelle 5769, révisée par Menahem Macina

 

Les Juifs se sont installés sur la lune en 2053, environ cinq ans après la fin des Guerres islamiques des années 2040, où le Moyen-Orient - et Israël, bien sûr - avaient été totalement détruits par des armes nucléaires.

Les deux millions de Juifs survivants dans le reste du monde – moins un total de 100.000 de tous les pays islamiques – ont constitué un fonds commun pour l’achat de la face cachée de la lune, qu’aucune autre société ou individu ne souhaitaient coloniser.

Des transports de masse ont été organisés via une plateforme de lancement de la navette spatiale destinée à parcourir les 100.000 km [qui séparent la terre de la lune] *, et tous les Juifs de la terre – en ce compris quiconque revendiquait une quelconque appartenance juive – partirent pour gagner un lieu où personne ne pourrait  les accuser de rien.

La terre se réjouit – heureuse de s’être débarrassée de tous les Juifs. Il y eut d’énormes fêtes dans toute la Suède et dans le reste de l’Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud et en Amérique du Nord (aujourd’hui appelée Alliance Nordique des Etats Islamiques, après que les Etats-Unis soient passés pacifiquement, lors des élections de 2040, sous le contrôle d’un Congrès majoritairement musulman, avec un président musulman qui fit adopter immédiatement des amendements faisant de l’islam la principale religion des Etats-Unis et du monde).

Après que le dernier Juif (un certain David Goldstein, 62 ans, habitant auparavant à New York) soit entré dans l’ascenseur menant à la navette, la Terre fut officiellement déclarée "Judenrein" [sans Juifs] par Hans Ibn Hitler, un arrière arrière-petit-fils d’Hitler, élevé au Brésil et caché par des nazis jusqu’à ce précieux instant.

Ce ne fut pas une décision facile pour les Juifs, mais, d’une certaine manière, ce n’était pas différent de toutes leurs errances au cours des ères antérieures. Quelques anciens Israéliens (qui avaient survécu parce qu’ils étaient hors d’Israël quand les bombes étaient tombées) affirmèrent qu’il était plus facile de s’adapter sur la lune parce qu’il n’y avait pas de musulmans extrémistes. Bien sûr, cela déclencha une énorme polémique avec certains Juifs, qui estimaient que le fait de ne pas avoir un environnement de musulmans radicaux ne constituait pas un défi suffisant.

D’autres Juifs objectèrent que maîtriser une étendue sauvage et désolée, sans atmosphère, ni plante, ni vie animale, et avec des températures glaciales, était un défi suffisant. D’autres Juifs arguèrent que polémiquer était contreproductif. Et personne ne fut surpris qu’il y ait finalement un million de synagogues pour les deux millions de Juifs (dont un million ne fréquentaient pas la synagogue de l’autre million de Juifs).

Personne ne fut surpris non plus de ce que, en trois ans, les Juifs avaient créé un environnement maîtrisé qui donnait lieu à une formidable production végétale et animale. Les transports, appelés Arches, avaient aussi amené sur la lune un couple de chaque espèce animale et de chaque plante (souvenez-vous de Noé), et grâce à l’ingéniosité des Juifs et au clonage, il y avait désormais beaucoup de nouvelles espèces qui multipliaient la production de nourriture (des vaches à six pis, des poulets à quatre pattes, et ainsi de suite).

La population s’était rapidement accrue et, du fait de la stupéfiante concentration de cerveaux médicaux et scientifiques, la majorité des maladies et même le vieillissement avaient été réduits à zéro. Il y avait même un ministère de la communication avec la Terre, constitué par les anciens producteurs et réalisateurs de Hollywood, qui répercutaient vers la Terre des descriptions de la vie sur la lune. Bien entendu, dès que les Juifs avaient atteint la lune, il avait été décidé – en se fondant sur six mille ans d’histoire de gens jaloux de la réussite juive – que toute la couverture des nouvelles sur la population de la lune serait "scénarisée", de manière à ne montrer que d’horribles événements. L’industrie du cinéma, dirigée par Jordan Spielberg, se donna beaucoup de mal pour fabriquer de toutes pièces des clips d’information montrant des Juifs survivant avec difficulté dans le très hostile environnement lunaire. Des artistes et des ingénieurs se donnaient beaucoup de mal pour recouvrir les vastes réussites environnementales de dômes illusoires montrant de très grandes surfaces de terre désolée – au cas où l’on enverrait de la Terre un vaisseau spatial équipé de caméras pour voir ce qui se passait.

Mais personne ne le fit jamais, et les années passèrent vite. Une décennie, puis une autre. Des bar mitzvah [cérémonie d’entrée d’un enfant dans la pratique religieuse des adultes], des mariages, des brit mila **, tous célébrés dans le monde artificiel que les Juifs avaient créé – non seulement ce n’était pas si mal, mais à la fin du siècle, certains auteurs juifs appelaient la colonie lunaire "Eden 2".

Bien entendu, d’autres Juifs n’étaient pas d’accord. En fait, on passait beaucoup de temps en désaccords. Il y avait même des compétitions de polémiques, mais, en général, la paix régnait. Quiconque menaçait la paix était contraint d’arbitrer une compétition avec des gens qui disaient en quoi leur contradicteur avait tort. Les compétitions pouvaient durer des jours (voire des semaines) jusqu’à ce que le fauteur de troubles suppliât qu’on lui pardonne. (Beaucoup de sanctions pratiquées sur la Lune étaient de ce type, et s’avéraient extrêmement efficaces).


Retour sur la Terre. Sans les Juifs, la vie se désintégrait. Il y avait un retour à la mentalité du Moyen Age – seule la religion au goût du jour [l’islam] était valide – toutes les autres étaient réduites à la portion congrue, jusqu’à ce qu’éclate une guerre et que les positions s’inversent durant quelques années.

Une autre anomalie surprenante apparut quand il n’y eut plus aucun Juif sur la Terre – l’antisémitisme augmenta vraiment dans des proportions monumentales ! Des conférenciers célèbres expliquaient la chose simplement en disant : "Je n’ai pas besoin d’avoir un fusil pour craindre que mon cerveau n’éclate".

De plus, sans la présence du Juif, le monde fut atteint d’un mal incroyable et sans issue. (Le mal antérieur avait toujours été imputé aux Juifs). Sur la lune, un Rabbin déclara avec conviction que D.ieu lui avait parlé, et lui avait dit que Lui, D.ieu, s’apprêtait à détruire la Terre, parce que tout un chacun sur la Terre était mauvais. Le rabbin Le supplia de reconsidérer sa position et marchanda : « S’il restait 1 000 justes sur la Terre, D.ieu devrait épargner la planète. » D.ieu dit au rabbin : « Dis donc, j’ai vécu ça avec Noé et Abraham, et je connais déjà la réponse parce que D.ieu, c’est moi ».

Les gens se moquèrent du rabbin, mais ensuite, un jour, alors que les citoyens de la lune allaient à leur travail, ils virent une énorme série d’explosions sur la Terre. Tout le monde, sur la lune, avait les yeux fixés  sur les lointaines boules de feu, qui semblaient engloutir la planète bleue qui fut autrefois leur chez soi.

Bien que les Juifs aient éprouvé une très grande colère d’avoir été obligés de quitter la Terre, le véritable esprit du judaïsme restait toujours présent sur la Lune, et personne n’avait souhaité de mal à son ancien lieu de séjour. Comme dans la tradition du Seder *** (quand on fait une libation de vin en souvenir des Egyptiens qui périrent, nous ne nous ne réjouissons pas complètement, pour autant, de la mort d’un ennemi), quand les Juifs virent ce qui arrivait, ils commencèrent à pleurer et à prier, et regardèrent ce qui devait être la dernière émission d’informations en provenance de la Terre.

L’horreur de cette apocalypse fut enregistrée par des caméras jusqu’à ce que l’électricité fût ionisée par les nouvelles bombes à électrons. Des pays entiers furent effacés de la terre en une fraction d’explosion d’un ion. Puis vint l’ultime diffusion, en provenance de la nation qui avait été à l’origine de ce gâchis – ce fut un titre désespéré, hurlé par une centaine de présentateurs. Leur délire continua jusqu’à ce que se règne l’obscurité totale. Que disaient-ils ? Tandis que les Juifs regardaient, certains haletaient, d’autres pleuraient, et quelques-uns même riaient. Car les derniers mots de la civilisation qui sombrait étaient une condamnation. « Les Juifs ont causé tous nos problèmes – ils nous ont abandonnés ici pour affronter le gâchis qu’ils ont laissé. Si les Juifs n’avaient pas pris avec eux les meilleurs scientifiques et ingénieurs, nous aurions pu vaincre nos ennemis. Nos ennemis sont les Juifs ! Tuez tous les Juifs. »

Cela prit un peu de temps, mais les experts en électronique rassemblèrent les éléments de ce qui était survenu sur la Terre durant ses derniers jours. L’antisémitisme, qui était devenu de plus en plus puissant depuis que les Juifs étaient partis, avait atteint son point culminant, et tous les pays du monde avaient décidé de lancer une attaque massive contre la lune.

L’attaque avait été coordonnée par les Nations Unies et, bien que tous les missiles aient été lancés convenablement, il y eut une sorte de dysfonctionnement dans le système de visée, dont le résultat fut une collision de tous les projectiles dans la haute atmosphère, et un déluge mortel de retombée du feu nucléaire, et de destruction électronique, et un jour sombre pour tous. L’erreur déclencha une réplique militaire de toutes les nations (qui disposaient toutes alors d’armes nucléaires – en plus de quelques autres ’gadgets’ épouvantables), et le résultat fut un véritable Armageddon

Les Juifs sur la lune entrèrent dans une phase de deuil profond. Les orthodoxes déchirèrent leurs vêtements et il y eut de massives réunions de réflexion.

Puis, une semaine environ après le "Grand Jour" comme on l’appelait dorénavant, on détecta la présence d’un objet qui se dirigeait vers la lune. L’un des missiles avait-il échappé à la destruction ? Les Juifs étaient-ils condamnés, en fin de compte ? Les dirigeants consultèrent les experts de la défense – non, ce n’était pas un missile.  C’était un vaisseau spatial ancien modèle, comme ceux utilisés au début des années 70. Comme il approchait, le laser de défense fut braqué sur le vaisseau. Des débats firent rage pour savoir s’il devait être détruit ou autorisé à se rapprocher suffisamment pour qu’il soit possible de communiquer avec lui.

Au même instant, un message parvint du vaisseau. Il disait : « Nous sommes les derniers représentants de la Terre – deux de chaque pays, et nous venons pacifiquement ». Quelques Juifs se réjouirent qu’il y eût des survivants, d’autres exigèrent l’isolement ou la mort du groupe qui approchait.

Le rabbin qui avait eu la vision de la destruction de la Terre dit aux dirigeants que D.ieu voulait leur donner une chance ; aussi furent-ils autorisés à tourner en orbite autour de la lune. Quand on leur dit qu’ils pourraient disposer d’une partie du sol pour se livrer à l’agriculture et se repeupler, les Terriens furent contrariés. Ils dirent aux Juifs qu’ils devaient être autorisés à vivre avec les Juifs et avoir les mêmes privilèges – parce que, après tout, dans le judaïsme, l’étranger bénéficie des même droits et privilèges que le citoyen juif.

Entendant cela, les dirigeants s’adressèrent au rabbin visionnaire, qui proposa aux nouveaux venus une visite guidée de leur futur foyer. Les dirigeants lui permirent de donner les instructions pour l’alunissage. Mais, comme il fallait s’y attendre, le commandant du vaisseau, qui se méfiait du rabbin, ne s’étant pas conformé à ses directives, l’aéronef s’écrasa dans un cratère lunaire.

Tels furent les derniers jours de l’histoire de la planète Terre, dont nous a généreusement fait part la colonie juive du 453ème système solaire de la Galaxie. Bien que la terre soit actuellement inhabitable, l’ingénieur en chef de la colonie juive sur Mars nous dit que Vénus serait complètement colonisée d’ici l’an 2120, et que, grâce à des replantations incessantes, la Terre serait un jour prête pour le retour de Juifs d’autres planètes en l’an 2136.


Remarque marginale intéressante. A l’intérieur de la fusée naufragée des survivants de la Terre, il y avait un paquet spécialement marqué qui avait réchappé. On pouvait y lire ce qui suit [1]:

« Il était une fois une grande planète nommée Terre. Il y avait beaucoup de peuples sur cette planète, et ils vivaient tous en paix, à l’exception des Juifs. Partout où il y avait des Juifs, il y avait des troubles. Les Juifs ont semé le désordre, la mort, la haine et les conflits. Ils furent finalement bannis de notre planète, et en ont profité pour emporter avec eux nombre de grands inventeurs, de scientifiques et de médecins, laissant la Terre sans rien. Nous avons décidé de détruire ce qui reste des Juifs, et comme la première tentative a échoué, nous sommes la dernière chance de la Terre. Celui qui trouvera ceci connaîtra la vérité – tout était de la faute des Juifs. »

Ce panneau portant ce texte a été conservé et est exposé au "Musée du Mémorial de la Terre", dans le cratère de Rivka, Nord-Ouest, à l’attention de tous les voyageurs qui veulent voir les vestiges d’une civilisation qui n’avait pas compris les mots : « Celui qui bénit les Juifs sera lui-même béni. Celui qui maudit les Juifs sera lui-même maudit ».


Shalom

NOUS AVONS SURVECU ET NOUS NE VOULONS RIEN SAVOIR DE PLUS.

Auteur anonyme

 

© Shalom Magazine

 

----------------------------------


Notes du traducteur
(sur le site Resiliencetv.fr)

L’auteur de cette brillante histoire demeure inconnu [2]. Elle a été adressée à un blog sur Internet… le 18 juin 2009 [en fait 2008]

* 62.000 miles ~ 100.000 km, 1 mile = 1,62 km (en réalité, la lune se situe à environ 400.000 km de la terre en moyenne)

** Brit mila : circoncision rituelle au huitième jour

*** Seder : repas de Pâques, célébrant la fuite d’Egypte sous la conduite de Moïse.


----------------------------------


Notes de Menahem Macina


[1] L’auteur semble ici pasticher les auteurs hellénistiques et les épigones du prêtre égyptien Manéthon, qui a vulgarisé une version blasphématoire et calomnieuse de l’Exode, selon laquelle, les Juifs n’ont pas fui l’Egypte, mais en ont été expulsés, au contraire, à cause des maladies dont ils étaient atteints et des méfaits dont ils étaient responsables. Voir Moshe Sharon, "Histoire parallèle et antisémitisme".

 

[2] J’incline à penser qu’il est Suédois ou qu’il vise les Suédois, et ce sur la base de la phrase suivante : « La terre se réjouit – heureuse de s’être débarrassée de tous les Juifs. Il y eut d’énormes fêtes dans toute la Suède et dans le reste de l’Europe… »

 

---------------------------------

 

Texte original anglais

 

Jews on the Moon a Science Fiction Story

Sur le Blogue Avid Editor’s Insights http://avideditor.wordpress.com/2008/08/13/jews-on-the-moon-a-science-fiction-story/

Posted by avideditor on August 13, 2008

 

I referred to this story in my last post. I don’t know who wrote it. I got it in email. 

 

A science fiction story! A science fiction story!!

The Jews settled the moon in 2053, just about five years after the end of the Islamic Wars of the 40’s, where the Middle East, and Israel, of course, had been obliterated by nuclear weapons.

The two million Jews remaining throughout the rest of the world – less than 100,000 total in all the Islamic countries – banded together and purchased the dark side of the moon, which no other companies or people wished to colonize.

Great transports were arranged via the 62,000 mile space elevator and the Space Shuttle and every Jew on Earth – including anyone who claimed any Jewish heritage whatsoever – left to go to a place where no one could blame them for anything.

The Earth rejoiced – happily rid of all Jews.  There were huge parties throughout all of Sweden and the rest of Europe, Africa, Asia South America, and North America . (Now known as the Northern Alliance of Islamic States after the United States was taken over peacefully in the elections of 2040 by a predominantly Muslim Congress and President, who immediately passed amendments making Islam the main religion of the United States and the world.)

After the last Jew entered the elevator, (a David Goldstein, 62, formerly of New York), the Earth was officially declared Judenrein, by Hans Ibn Hitler, a great, great-grandson of Hitler who had been raised in Brazil and hidden by Nazis until this precious moment.

It was not an easy move for the Jews but, in some ways, it was no different than all their moves of previous eras.  Some former Israelis, (still alive because they were out of Israel when the bombs dropped), claimed that the moon was easier to deal with because there were no Extremist Muslims.  Of course, this precipitated a huge argument with some Jews, who felt not having the Radical Muslims nearby was not enough challenge.

Other Jews argued that taming a wilderness with no atmosphere, plant or animal life and freezing temperatures was enough challenge. And yet other Jews argued that arguing was counterproductive.  It came as no surprise to anyone that for the two million Jews, there were eventually one million synagogues. (With the other million Jew not joining.)

It was also no surprise that within just three years, the Jews had created a controlled environment that allowed for fantastic plant and animal growth and production.  The transports, which had been called the Arks, had also carried two of each animal and plant (remember, Noah), and through the ingenuity of the Jews and cloning, there were now many new species which sped up production of food (cows with six udders, chickens with four legs and so forth.)

The population had rapidly increased and, due to the amazing collection of scientific and medical minds, most diseases and even ageing had been reduced to nil.
There was even a ministry of communication with Earth consisting of the remains of Hollywood producers and movie makers, who sent back to Earth portraits of life on the moon.  Of course, it had been decided when the Jews first got to the moon – based on six-thousand-year history of people being jealous of Jewish accomplishment – that all news coverage of the moon’s population would be ‘movie-ized’ to show only horrible things.  The film industry, led by Jordan Spielberg, went to great lengths to fabricate news clips to show Jews barely surviving in the harsh lunar habitat.  Artists and engineers labored to cover over the vast environmental successes with illusionary domes showing massive areas of wasteland – just in case anyone from Earth ever sent a spaceship with cameras to see what was going on.

But no-one ever did, and the years passed rapidly.  One decade, then another.  Bar Mitzvahs, weddings, brises, all celebrated under the artificial world that the Jews had created – not only had it not been that bad, but by the end of the century, some Jewish authors were calling the moon colony – ‘Eden 2′.

Of course other Jews disagreed.  In fact, much time was spent on disagreeing.  There were even contests for arguing but, in general, there was peace.  Anyone who threatened the peace was forced to officiate at a contest with people arguing about why that person was wrong.  The contests would go on for days, (sometimes weeks) until the troublemaker begged for forgiveness.  (Many penalties on the moon were similar to this, and were extremely effective.)

Back on Earth, life disintegrated without the Jews.  There was a return to Middle Ages thought – only the current religion du jour was valid – all others were kept legislated into poverty until a war erupted and the positions changed for a few years.

Another amazing anomaly appeared when there were no longer any Jews on Earth – anti-Semitism actually increased to monumental proportions!  Famous orators explained this simply by saying; ‘I don’t have to have a gun to be afraid of having my brains blown out.’

Additionally, without the presence of the Jew, the world developed incredible evil that had no release.  (Previous evil had always focused on the Jews;)  One Rabbi on the moon actually said G-d spoke to him and said that he, G-d was about to destroy the Earth because everyone on the Earth was evil.  The Rabbi begged him to reconsider, and bargained that if there were 1,000 good people left on Earth, G-d should spare the planet.  G-d then told the Rabbi, “Hey, I was through this before with Abraham and Noah and I already know the answer because I’m G-d.”

People laughed at the Rabbi, but then, one day, while all the lunar citizens were going about their business, an enormous series of explosions was seen on the Earth.  Everyone on the moon stared at the distant fireballs that seemed to engulf the blue planet that was once their home.

Although there had been great anger at being forced to leave the Earth, the true spirit of Judaism was always present on the moon, and no one had wished ill on to their former home.  As in the tradition of the Seder (when the wine is spilled because the Egyptians perished and we do not rejoice fully when even an enemy has died) when the Jews saw what was happening, they began to weep and pray, and watch what was to be the final news broadcast from Earth.

The horror of the apocalypse was videotaped by cameras until all electricity was ionized by the new electron bombs.  Entire countries were wiped away in the blink of an ion exploding.     And then came the final transmission from the nation that had started the entire mess – it was a desperate headline screamed by a hundred dying newscasters.  Their rant continued until it was just blackness.  What were they saying?  As the Jews watched, some gasped, others cried, and a few even laughed.  For the last words of the disappearing civilization were a condemnation. “The Jews have caused all our problems – they left us here to face the mess they made.”  “If the Jews hadn’t taken all the best scientists and engineers, we could have defeated our enemies.”  “Our enemies are the Jews!  Kill all the Jews.”

It took a little while, but the electronics experts pieced together what had happened on Earth during its last days  Anti-Semitism, which had grown stronger and stronger since the Jews had left, had reached its pinnacle, and all the countries of the world had decided to launch a massive attack on the moon.

The attack had been coordinated by the United Nations and, although all the missiles had been launched properly, there was some sort of glitch in the targeting system, resulting in all the weapons colliding in the upper atmosphere and showering the Earth with a deadly rain of nuclear fire, electronic destruction and a generally bad day.  The mistake triggered the military response of all the nations – (who all had nuclear weapons by then -plus a few other horrid toys) and the result was truly an Armageddon.

The Jews on the moon went into a period of deep mourning.  The Orthodox rent their clothing and there were mass counselling sessions.

And then, about one week after the BIG DAY, as it was now called, a presence was detected heading towards the moon.  Had one of the missiles escaped?  Were the Jews doomed after all?  The leaders checked with the defence experts – no, this was not a missile, it was an old-style spacecraft, like the ones used in the early seventies.  As it approached, the laser defence was trained on the craft. Debates raged as to whether the craft should be destroyed or allowed to get  close enough to communicate with.

A message from the ship came just in time.  It said, “We are the last representatives from Earth – two from each country and we come in peace.”  Some Jews rejoiced that there were survivors, others demanded isolation or death of the approaching group.

The Rabbi who had had the vision of earth’s destruction told the leaders that G-d wanted them to have a chance, so they were allowed to circle the moon.  When told they could have a section of land to themselves to farm and repopulate, the Earthlings were upset. They told the Jews that they should be allowed to live with the Jews and have all the same privileges – because, after all, in Judaism, the stranger is given the same rights and privileges as the citizen.

Upon hearing this, the leaders went to the Rabbi with the visions, and he offered to guide the visitors to their new home.  The leaders allowed him to give the instructions for landing.  Of course, not trusting the Rabbi, the commander of the ship didn’t listen to his advice and instead crashed into a lunar crater.

And so we have the final days of the history of the planet Earth, which have been generously shared with us by the Jewish colony of the 453rd Solar System of the (M Galaxy.  Although the Earth is currently uninhabitable, the head engineer of the Jewish colony on Mars tells us that Venus will be fully colonized by the year 2120, and with continuous replanting, Earth will once again be ready for Jews returning from other planets in the year 2136.

An interesting side note – inside the wreckage of the rocket with the survivors from Earth was a specially marked package that had survived which included the following words:  ‘Once there was a great planet named the Earth.  And there were many peoples on this planet, and they all existed peacefully with each other, except for the Jews.  Wherever there were Jews, there was trouble.  Jews brought dirt and death and hatred and strife.  They were finally banished from our planet, only to take with them many great inventors and scientists and doctors, leaving Earth with nothing.  We have decided to destroy the remnants of the Jews, and since the first attempt failed, we are the last chance for Earth.  Whoever shall find this will know the truth – It was all the Jews’ fault.’

This panel has been saved and is on display at the Earth Memorial Museum at Rivka Crater, NW, for all travellers who wish to see the remains of a civilization that did not understand the words – ‘he who blesses the Jews, is himself blessed, he who curses the Jews, is himself cursed.’  Shalom.


WE HAVE SURVIVED AND WILL  NO MATTER  WHAT

 

Mis en ligne le 23 août 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org