Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Bichara Khader: "Israël pratique la forme de terrorisme la plus abjecte"
08/09/2009

08/09/09

Texte repris du Blogue Philosémitisme

"Israël aura beau jeu de dire qu’il est la victime "innocente" d’un terrorisme radical de type religieux, alors que c’est lui qui pratique la forme du terrorisme la plus abjecte, les bombardements au phosphore blanc." (Bichara Khader).

Extraits d’une tribune intitulée "Déchirures palestiniennes" de Bichara Khader, publiée dans La Libre Belgique (08/08/2009). Bichara Khader est considéré comme un éminent intellectuel belge francophone. Il est professeur à la Faculté des Sciences politiques, économi­ques et sociales de l’Université catholique de Louvain (UCL) *.
"La mort, en 2004, de son dirigeant historique, Yasser Arafat, l’a privé [le Fatah] d’un chef charismatique et d’un politicien hors pair. Le Fatah a perdu non seulement le capitaine, mais aussi le gouvernail et la boussole. Il [le Fatah] ressemble donc à un bateau à la dérive, balloté par le vent.

Le Fatah a misé sur la négociation politique comme seule stratégie pour atteindre l’objectif de la libération. Ce n’était certes pas un mauvais choix étant donné le rapport de forces en présence et surtout la pression internationale et arabe dans ce sens. Mais quand le Fatah a constaté que la négociation tournait à la duperie, permettait à Israël de gagner du temps, de multiplier les faits accomplis dans les territoires occupés, de poursuivre, de manière inexorable, la construction du Mur de la honte et le processus de judaïsation de la ville de Jérusalem, le Fatah, qui constitue l’épine dorsale de l’Autorité palestinienne, aurait dû en tirer les conclusions et changer de stratégie. Pas nécessairement par un retour à la lutte armée, mais par l’organisation d’une résistance non-violente et surtout par une campagne d’information pour mettre à nu le double-jeu du partenaire israélien.

A quoi sert en effet de continuer à épater la galerie en disant que nous voulons régler le problème par la négociation, si Israël continue à défier, en toute impunité, la légalité internationale, à violer toutes les conventions de Genève, et à faire fi du principe fondateur des Accords d’Oslo: paix contre territoire ?

Israël aura beau jeu de dire qu’il est la victime "innocente" d’un terrorisme radical de type religieux, alors que c’est lui qui pratique la forme de terrorisme la plus abjecte, les bombardements au phosphore blanc.

Lisez les discours de Netanyahou et vous y trouvez toute la panoplie : Israël, Etat démocratique, menacé par des fanatiques et antisémites, voués à sa destruction. Voilà la nouvelle rengaine constamment claironnée par les dirigeants israéliens. Le combat contre Israël n’émane d’aucun sentiment de haine à l’égard des Juifs, mais d’une quête désespérée de justice. Les Palestiniens sont épris de paix et aspirent à une solution par la voie de la négociation, mais la résistance, légitime et reconnue comme telle par le droit international, demeure une option.

Le peuple palestinien a fait des concessions douloureuses, puisqu’il négocie le partage de ses propres entrailles, mais ce peuple a assez enduré; il ne peut continuer à mener une existence au rabais. Les peuples arabes constituent la profondeur stratégique de la lutte palestinienne. La Palestine a besoin d’être sans cesse irriguée par leur solidarité active.

Le combat palestinien est celui de tous les Arabes. Les Etats arabes ont fait à Israël l’offre la plus généreuse, appelé le Plan arabe de la Paix: Israël doit saisir cette branche d’olivier ; à défaut, les Arabes doivent assumer leurs responsabilités."
Lire également :

- Belgique: les bien chers frères Khader et la guerre occulte contre Israël
- Bichara Khader et la "dé-existence" palestinienne

* Bichara Khader a créé, au sein de l’Institut d’Etudes du Développement, le Centre d’Etu­des et de Recherches sur le Monde Arabe Contemporain, de l’Universi­té catholique de Louvain. Il a été membre du Groupe des Hauts Experts sur la Politique Européenne de Sécurité Commune et membre du Groupe des Sages pour le dialogue cultu­rel euro-méditerranéen [présidence européenne 2003-2004]. Il est éga­lement membre du Centre d’Etudes des Crises et des Conflits Interna­tionaux, de LLN.

 

 

© Philosémitisme

 

Mis en ligne le 8 septembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org