Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Etats-Unis

Les Etats-Unis sont «préoccupés» par le rapport Goldstone, E. B. Solomont
20/09/2009

Les Etats-Unis ont émis, le 17 septembre, de graves réserves concernant les résultats et les recommandations d’un rapport de l’ONU qui accuse Israël d’avoir perpétré des crimes de guerre au cours du conflit de Gaza, laissant ouverte la possibilité de poursuites pénales à La Haye (CPI). ("Jerusalem Post").

20/09/09

The Jerusalem Post, 18 septembre 2009

Texte anglais original : "US ’concerned’ with Goldstone report"


Traduction française :
Menahem Macina, pour upjf.org


Note à l’attention des responsables de sites et blogues : Cet article peut être librement reproduit, sous réserve de la mention - explicite et obligatoire - de son lien : http://www.upjf.org/contributeurs-specialises/article-17139-145-7-etats-unis-preoccupes-rapport-goldstone-e-b-solomont.html

 

L’ambassadrice américaine, aux Nations Unies, Susan Rice. Photo: AP [archives]


"Nous sommes profondément préoccupés par de nombreuses recommandations du rapport", a affirmé devant des journalistes l’Ambassadrice Susan Rice, représentante permanente des Etats-Unis à l’ONU, au sortir d’une session à huis clos du Conseil de sécurité.

Le rapport de près de 600 pages, présenté mardi par le juge sud-africain, Richard Goldstone, accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre, et de possibles crimes contre l’humanité, et recommande que, dans le cas où il ne serait procédé à aucune enquête indépendante en Israël dans les six mois, le Conseil de sécurité transmette le dossier aux procureurs de la Cour Pénale Internationale.

« Nous croyons que le lieu approprié pour l’examen de ce rapport est le Conseil de droits de l’homme, et espérons que ce sera le cas », a dit Rice jeudi, dans la première réponse officielle américaine au rapport Goldstone. « Avant de faire partie du Conseil des Droits de l’Homme, nous avons longtemps exprimé notre extrême préoccupation de ce qu’il ait donné cette mission, que nous considérions comme déséquilibrée, partisane et fondamentalement inacceptable ».

Elle a également saisi cette occasion pour pousser à un renouvellement des négociations de paix entre les Israéliens et les Palestiniens. L’envoyé américain au Moyen-Orient, George Mitchell, doit rencontrer le Premier ministre, Binyamin Netanyahu, vendredi [18 septembre], et il tente d’organiser une rencontre entre Netanyahu et [le Président de] l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, au cours de l’Assemblée générale de l’ONU, qui aura lieu la semaine prochaine à New York. Jusqu’ici, une telle rencontre n’a pas été annoncée.

Dans un exposé au Conseil de sécurité, jeudi [17 septembre], le coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, a dit: « Le gouvernement palestinien est déterminé à achever les préparatifs de la création d’un Etat d’ici moins de deux ans. Je suis convaincu qu’ils peuvent le faire si en effet ils ne l’ont pas déjà fait ».

S’adressant à des journalistes après la session du Conseil, Riyad Mansour, l’observateur permanent de la Palestine, a indiqué que les représentants officiels palestiniens n’étaient pas disposés à rencontrer leurs homologues israéliens, tant qu’il ne serait pas mis fin à toute activité de colonisation, y compris dans le cadre de la croissance normale.

« Jusqu’alors, la partie israélienne ne respecte pas ses engagements conformément à la feuille de route, a affirmé Mansour. « Nous ne reprendrons pas la négociation tant qu’Israël ne respectera pas ses engagements. »

Dans le New York Times de jeudi [17 septembre], Goldstone s’est défendu contre les allégations selon lesquelles les résultats - ou le fondement même - de la mission de l’ONU étaient partisans.

« Je crois profondément à l’autorité de la loi et des lois de la guerre, et au principe selon lequel, dans les conflits militaires, les civils doivent être épargnés dans toute la mesure du possible » écrit-il. « Dans les combats de Gaza, tous les parties ont fait fi de ce principe fondamental. »

« Israël doit procéder à des investigations, et le Hamas est tenu de faire de même », écrit Goldstone. « Ils doivent examiner ce qui s’est produit et punir comme il se doit tout soldat ou commandant convaincu d’avoir violé la loi. »

Les responsables israéliens, furieux de ce qu’ils ont appelé un mandat partisan, n’ont pas coopéré à l’enquête et ont rejeté ses résultats. Jeudi [17 septembre], au cours d’interviewes télévisées avant Rosh Hashana, [Binyamin] Netanyahu a réaffirmé le droit d’Israël à se défendre.

Et de déclarer sur la Deuxième Chaîne : « Je dis aux dirigeants internationaux: Vous nous dites que vous approuvez notre droit à l’autodéfense. Ne nous le dites après l’accord à venir, dites-le nous maintenant. Rejetez les conclusions de cette commission. »

Comme on lui demandait, jeudi, si les autorités palestiniennes procéderaient à une enquête, Mansour a cité une affirmation de Ahmed Yousef, haut conseiller du Hamas à Gaza, rapportée par le New York Times, selon laquelle les autorités locales feront cette enquête. Yousef a insisté sur la position de son gouvernement, selon laquelle les tirs de roquettes en provenance de Gaza ont été effectués au titre de l’autodéfense, et que les civils tués dans les attaques sont morts parce que les Palestiniens ne disposent que d’un « armement rudimentaire".

Comme un journaliste lui demandait si cela signifiait que l’Autorité Palestinienne reconnaissait que le Hamas avait autorité pour procéder à des investigations à Gaza, il a répété : « la chose est en cours d’examen ».

Plusieurs membres du Congrès américain ont émis des condamnations tranchantes du Rapport Goldstone, qui, affirment-ils ne tiennent aucun compte de la nécessité dans laquelle se trouve Israël de se défendre contre le terrorisme.

Le Républicain Gary Ackerman, de New York, Président de la sous-commmission de la Chambre des Représentants pour le Moyen-Orient et l’Asie du sud, a déclaré dans son rapport :

« Dans le vertueux pays des contes de fées et de l’imaginaire qu’habitent les auteurs [du Rapport Goldstone], il n’existe rien de tel que le terrorisme, rien de tel que le Hamas, rien de tel que l’autodéfense légitime. Nul doute que les Etats-Unis devraient faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s’assurer que l’on consacre le moins de temps possible à cette affaire qui détourne du véritable travail consistant à faire la paix. »

Dans la même veine, un rapport commun des représentants républicains, Shelley Berkley, du Nevada, et Eliot Engel, de New York, a fermement défendu le droit d’Israël à se défendre contre des attaques de roquettes et de mortiers provenant du nord et du sud.

Ils écrivent : « Israël a pris toutes les mesures raisonnable pour éviter des pertes civiles. Il est ridicule de prétendre qu’Israël n’a pas pris de mesures appropriées pour protéger les populations civiles. »

 

E. B. Solomont


© The Jerusalem Post


Mis en ligne le 20 septembre 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org