Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

PS belge (francophone): propos inquiétants d’Anne-Sylvie Mouzon sur le sionisme
04/11/2009

L’ignorance historique de cette élue est ahurissante. Malheureusement, elle n’est pas la seule de son espèce. Si ce message en forme de bouteille à la mer l’atteint, qu’elle sache que les religieux orthodoxes juifs ont été (et les plus extrémistes d’entre eux sont toujours) les ennemis les plus radicaux du sionisme. Et pour ne pas imposer à cette dame, probablement trop occupée à démagogiser pour prendre la peine de s’instruire, je me bornerai à lui conseiller une lecture facile et agréable : celle du roman de Haïm Potok, "L’Elu". Je cite, en fin d’article, un passage instructif de ce livre sur ce point précis [*]. (Menahem Macina).

04/11/09

Texte repris du Blogue Philosémitisme

"Il y a un judaïsme extrême qui autorise cette forme de colonialisme qu’on appelle le sionisme."

Les amalgames inacceptables d’Anne-Sylvie Mouzon
Communiqué de presse · 3 novembre 2009

"Le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) dénonce les propos tenus par la députée bruxelloise Anne-Sylvie Mouzon (PS) sur l’antenne de Télé Bruxelles en marge du débat du 27 octobre 2009 consacré au livre "Lettre aux progressistes qui flirtent avec l’islam réac" coécrit par Claude Demelenne et Alain Destexhe.

En déclarant: "(...) il y a un judaïsme extrême qui autorise cette forme de colonialisme qu’on appelle le sionisme (...)", Anne-Sylvie Mouzon contribue à libérer un peu plus la parole publique qui légitime des amalgames inacceptables.

Le CCOJB s’inquiète en effet des conséquences d’un discours qui dit du sionisme qu’il est le fruit d’un "judaïsme extrême" et qui, de ce fait, stigmatise la très large majorité des Juifs, notamment de notre pays, attachée à l’existence de l’Etat d’Israël et à sa pérennité sans nullement se reconnaître dans l’équation "judaïsme extrême – colonialisme – sionisme" établie par Anne-Sylvie Mouzon.

Le CCOJB sollicitera un entretien avec les instances dirigeantes du Parti Socialiste pour leur faire part de sa préoccupation devant la multiplication des déclarations inquiétantes de certains de ses élus [voir ci-dessous]."

» voir la vidéo sur le site de Télé Bruxelles (à partir de 15’22")
_________
- L’inquiétude des juifs belges
-
PS bruxellois: boycott d’Israël comme argument de campagne électorale
-
A Bruxelles il y a 6 mois: nazification d’Israël et déferlement antisémite dans les rues
- Inacceptable dérapage du leader socialiste belge Philippe Moureaux
-
Le Parlement bruxellois va-t-il continuer à boycotter Israël ?
-
Belgique: Elio Di Rupo sur le maintien du boycott scientifique et culturel d’Israël par Bruxelles et la Wallonie
-
Elio Di Rupo: des milliers d’enfants et des milliers de femmes tués par Israël à Gaza
-
Parti socialiste belge: traîner le gouvernement israélien devant les tribunaux internationaux
- Belgique: lancement d’un prétendu Tribunal Russell sur la Palestine en mars (par Pierre Galand)
-
Elio Di Rupo importe le conflit du Proche-Orient dans nos rues
-
Après leur visite à Yad Vashem deux enseignants belges dénigrent Israël
-
Citation de Véronique de Keyser
-
Au Parlement de la Communauté française de Belgique: Israël est le pays qui viole le plus le droit international et les droits de l’homme (Véronique Jamoulle)
 
-----------------------------------
 
[*]  "...au sein même du judaïsme, la controverse a longtemps fait rage à propos de l’opportunité de rassembler les juifs sur une terre (fût-ce celle de leurs ancêtres) et d’y créer un État, dont nul n’ignorait qu’il serait laïc. Les religieux s’opposaient de toutes leurs forces à cette perspective, arguant principalement que seul le Messie pouvait rassembler les exilés en Terre sainte et y instaurer la royauté de Dieu. Significatif, à cet égard, est le passage suivant du roman de Haïm Potok, dont l’action se situe dans les dernières années de la Seconde Guerre mondiale. Au cours d’un repas chez Reb Saunders, rabbin orthodoxe américain, Reuven, l’ami de Dany, fils du Reb, se risque à évoquer la création d’un État juif en Israël [1] :

« Je dis tranquillement […] qu’il y avait beaucoup de gens qui disaient maintenant qu’il était temps que la Palestine devînt un foyer juif, et non pas seulement un endroit où les Juifs pieux peuvent aller mourir […]

Reb Saunders me regarda, les yeux soudain fous de colère, la barbe tremblante. Et il tendit vers moi un doigt qui ressemblait à une arme.

— Qui sont ces gens ? Qui sont ces gens ? hurla-t-il en yiddish […] Des Goïm Apikorsim ! Ben Gourion et ses Goïm vont construire Eretz Yisroel ? Ils construiront pour nous une patrie juive ? Ils apporteront la Torah dans ce pays ? Un pays de Goïm, voilà ce qu’ils construiront, et ils amèneront des Goïm dans ce pays, et non la Torah ! Dieu construira ce pays, non pas Ben Gourion et ses Goïm ! Quand le Messie viendra, nous aurons Eretz Yisroel, une Terre sainte et non une terre souillée par des Goïm juifs ! […] »



[1]. H. Potok, L’élu, Paris, Calmann-Levy, 1969, coll. 10/18, pp. 213-214. Pour un regard plus technique sur cette opposition, voir Roland Goetschel, « La diabolisation du sionisme dans les écrits de R. Joël Teitelbaum, maître des Hasidim de Satmar », in Les retours aux Écritures. Fondamentalismes présents et passés, édité par Evelyne Patlagean et Alain Le Boulluec, Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes Sciences Religieuses, vol. XCIX, Peeters, Louvain-Paris, 1993, pp. 133-156.

 

 

© Philosémitisme avec le CCOJB
 
Mis en ligne le 4 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org