Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Signes d’espoir dans les territoires palestiniens, Antoinette Bremond
09/10/2009

09/10/09

Repris du site Un écho d’Israël, 6 octobre 2009

Difficile de croire aux bonnes nouvelles ! On est tellement habitué ici à se frapper la poitrine en pensant à la situation des Palestiniens, avec ce sentiment de culpabilité au fond de soi. Et puis, un jour, un Palestinien vient te dire que le verrou autour de Naplouse a sauté, que cette ville du nord de la Cisjordanie, bastion des militants palestiniens, cadenassée depuis l’an 2000, retrouve un semblant de normalité. Le quotidien de cette ville est en train de changer. Symbole de ce renouveau : la réouverture du cinéma City, fermé en 1987 lors de la première Intifada. Dans cette salle flambant neuve, les habitants peuvent voir les dernières comédies égyptiennes et les films de Hollywood.

La ville de Naplouse, symbole en Israël du terrorisme islamique, s’ouvre. Les voitures palestiniennes passent maintenant sans contrôle le check-point pour entrer et sortir. Les soldats israéliens sont toujours là mais il n’y a plus besoin d’autorisation pour franchir ce point de contrôle. Autour de Jéricho, Kalkiliya et Ramallah la circulation est également plus facile. Les Arabes israéliens ont de nouveau la permission d’entrer dans les territoires palestiniens et l’économie est en nette amélioration. Les affaires reprennent.

Bien sûr, l’armée israélienne reste présente et continue à procéder à des arrestations. Mais elle limite ses incursions dans les villes palestiniennes. Son plan pour ces prochains mois : intervenir le moins possible et laisser les Palestiniens prendre davantage d’initiatives pour assurer leur sécurité. Actuellement, ce sont les policiers palestiniens et eux seuls qui, jour et nuit, sont responsables de faire régner l’ordre dans la ville.

Les groupes armés ont été liquidés par Israël et la police palestinienne a retenu la leçon des années 2000 : aucune milice n’est plus autorisée à Naplouse. L’orage a passé, et quel orage pour cette ville et ses habitants! On se retrouve dans la situation d’avant l’Intifada et ses huit ans de dramatique expérience, de cauchemar.

Les médias parlent beaucoup de la reprise ou non des pourparlers entre Israël et l’Autorité palestinienne. Et là, qui y croit vraiment ? Par contre, ce plan de « paix économique » promu par Binyamin Netanyahou semble être efficace. On peut aujourd’hui parler de villes palestiniennes florissantes, d’un taux de croissance économique de 8% en 2008 et autant en 2009. Ceci provient en partie des investissements étrangers massifs, mais aussi de l’assouplissement de l’emprise de l’armée israélienne sur la vie quotidienne des Palestiniens. Celle-ci contrôle encore 504 barrages routiers mais ne maintient plus que 14 check-points contre 41 il y a un an. Les visas d’entrée permanents accordés par Israël sont en augmentation : 1 000 à des commerçants palestiniens, et 200 à des cadres de l’Autorité palestinienne de Cisjordanie. Sans compter les 70 000 travailleurs palestiniens qui franchissent quotidiennement la frontière. Israël offre, d’autre part, une formation pour des cadres palestiniens, en particulier dans le domaine fiscal et douanier.

Cette nouvelle atmosphère de vie qui tend à la normalité et de développement économique porte du fruit : un luxueux centre commercial va être inauguré à Jamaleh, près de Jénine, d’autres sont prévus à Ramallah, Hébron, Tulkarem et Naplouse. Trois projets internationaux, lancés par le Quartette (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU) sont soutenus par Israël au niveau des infrastructures : eau, électricité, transport. Ce sont : 

  • Un parc industriel franco-palestinien à Bethléem 
  • Une zone industrielle à Jamaleh (soutenu par Berlin) 
  • Une zone pour l’export et le conditionnement de produits agricoles à Jéricho (soutenu par le Japon).

Plus que jamais, on peut parler aujourd’hui de deux Palestines. Alors que la situation dans la bande de la Gaza contrôlée par le Hamas se détériore, celle des Palestiniens de Cisjordanie connaît une véritable amélioration.

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 9 octobre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org