Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Polémiques

Richard Prasquier : trois questions sur le rapport Goldstone
23/10/2009

L’internaute israélien qui attire mon attention sur cet article, accompagne son courrier de la remarque suivante : «Après l’article de Sir Harold Evans, dans le "Guardian" [*], le "juge" doit commencer a se sentir dans ses petits souliers, mais sa réaction sera la même que celle de Charles Enderlin ; s’enferrer! [...] Un honnête homme aurait deux possibilités : annoncer publiquement qu’il a "été eu" et demander pardon, ou faire harakiri en laissant une longue lettre explicative. Comme il ne fera ni l’un ni l’autre, on peut en conclure que, dans le meilleur des cas, il s’agit d’un "idiot utile"...» (Menahem Macina).
[*] "A moral atrocity [A propos Judge Goldstone Report]".
23/10/09


Sur le site du CRIF

 Le conseil des Droits de l’Homme de l’ONU a adopté le rapport Goldstone qui condamne Israël. Cela vous a-t-il étonné ?

Non, car, malheureusement, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU n’est qu’une caricature de ce qu’il devrait être. La parole de ce conseil a été kidnappée par un groupe de pays qui sont parmi les plus actifs violateurs des Droits de l’Homme de la planète, comme la Libye, l’Iran ou Cuba. Autour d’eux, autour des pays de la Conférence Islamique mondiale et de ses alliés, existent des majorités automatiques à objectifs purement politiques: Israël est la cible permanente de ce Conseil (26 résolutions sur 32 ont visé Israël) qui avait donné d’emblée à la Commission Goldstone l’objectif d’enquêter sur les « crimes de guerre » d’Israël pendant l’opération « Plomb durci » de Gaza. La messe était écrite [lire: "dite"] par avance.
 
L’une des membres de la Commission s’était déjà violemment exprimée au printemps contre Israël (vous avez dit neutralité ?) et Mme Robinson, qui n’est certes pas une sioniste extrémiste, avait refusé de présider une commission qu’elle jugeait biaisée dès le départ. Le Juge Goldstone a malheureusement sciemment accepté de tomber dans ce piège.
 
Les Israéliens qui ne se faisaient pas d’illusion, ont préféré de ne pas coopérer. Certains le leur reprochent. Les rapports de la commission sur Gaza, d’ailleurs techniquement superficiels sans vrai spécialiste militaire, ont été établis sur la base de témoignages systématiquement contrôlés par le Hamas, et les quelques lignes de critiques du Hamas, dont le juge Goldstone était si fier, ne font même pas partie du rapport tel qu’il a été voté par le conseil. La légitime défense est de fait déniée à Israël par ce rapport qui, malheureusement, une fois reçu l’imprimatur de l’ONU et le prestige que ce sigle lui apporte, risque de passer pour ce qu’il n’est pas, à savoir: un texte de condamnation d’Israël sur des bases sérieuses et impartiales. C’est pourquoi nous sommes étonnés  et peinés de ne pas voir la France parmi les pays qui ont voté contre l’adoption du rapport Goldstone.
 
Considérez-vous qu’Israël n’a rien à se reprocher?

Je n’ai là-dessus aucune compétence, mais je me refuse à croire à la culpabilité collective de l’armée israélienne. Je me réfère au témoignage d’un expert neutre, le Colonel Kemp, ancien commandant des forces britanniques en Afghanistan, devant le Conseil des Droits de l’Homme : il a dit que jamais une armée n’avait pris autant de précautions pour éviter les pertes civiles, alors que les conditions à Gaza étaient particulièrement difficiles [*].
 
Il faut s’incliner devant les victimes civiles de l’opération Plomb durci. La guerre est terrible, celle-ci l’a été et il y a peut-être eu du côté israélien aussi des comportements individuels inacceptables. L’armée a inculpé certains soldats. Je crois qu’une enquête civile nationale, comme celles qui ont eu lieu dans le passé et qui ont été sans complaisance, ne signifierait pas la reconnaissance préalable par Israël de sa culpabilité et pourrait avoir son utilité, même si on comprend la réticence des israéliens. Et qui pourrait rêver d’une telle enquête dans les rangs du Hamas ?
 
Mais on ne peut pas critiquer Israël pour la façon dont il a mené la guerre à Gaza sans se demander pourquoi dans le conflit concomitant qui, au Sri Lanka a entraîné quinze fois plus de morts civiles, le Conseil des Droits de l’Homme n’a pas jugé utile de diligenter la moindre Commission d’enquête. Et faut-il rappeler le silence de ce même Conseil vis-à-vis des massacres au Darfour, et ses innombrables manquements devant des violations caractérisées des droits humains provenant d’Etats que leurs alliances à l’ONU protègent systématiquement ?
 
Est-ce qu’Israël est attaqué en raison de ce qu’il a fait ou plutôt pour ce qu’il est, un Etat dont beaucoup de pays ne peuvent toujours pas accepter l’existence et qu’ils cherchent à délégitimer par tous les moyens en lui imposant des contraintes de comportement dont ils n’ont pour eux-mêmes que faire ?
 
Quelles conséquences peut entrainer l’adoption de ce rapport ?

Elles peuvent être graves à plusieurs titres : étape nouvelle dans la diabolisation d’Israël, incitation à l’inculpation des responsables israéliens, obstacle vers la paix par la radicalisation, qui semble avoir déjà lieu, de l’Autorité Palestinienne, poussée vers des postures d’incrimination des dirigeants israéliens, évidemment incompatibles avec des négociations sérieuses, etc.
 
Pour notre pays, n’oublions pas que les bouffées de violence antisémite ont été alimentées jusqu’à maintenant par les épisodes où l’Etat d’Israël était mis au pilori. Ce qui fait que, malheureusement, les conséquences du rapport Goldstone risquent de se faire sentir en France également, et que, de ce fait aussi, elles inquiètent le CRIF.
 
Photo : D.R.
 
----------------------

Note d’upjf.org


[*] Voir : "Un ancien commandant de l’armée britannique défend le comportement de Tsahal à Gaza"; voir aussi: Colonel Kemp, "Le droit international et les opérations militaires sur le terrain" (18 juillet 2009) ; "Colonel Richard Kemp, à propos des pertes civiles résultant de la guerre d’Israël contre le Hamas" (9 janvier 2009).

----------------------

© upjf.org

 

[Texte aimablement signalé par Giora Hod, Israël.]

Mis en ligne le 23 octobre 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org