Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Un ancien commandant de l’armée britannique défend le comportement de Tsahal à Gaza
17/10/2009

Ce n’est pas la première fois que le colonel Kemp porte ce beau témoignage, d’autant plus impressionnant qu’il est lui-même un militaire de terrain et un expert de la lutte contre des ennemis qui ne respectent aucune des lois de la guerre et recourent à des moyens que la simple morale réprouve pour infliger des dommages à leurs adversaires, et ce au mépris de la vie des civils de leur camp. Mais, cette fois, son discours prend un tout autre relief puisqu’il est prononcé dans le cadre de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, qui vient d’approuver le rapport Goldstone. On peut se reporter à d’autres interventions [*] de cet homme courageux et honnête qui nous console de tant d’opprobres et de calomnies sans vergogne dont est abreuvée l’une des armées les plus morales du monde. (Menahem Macina).

[*] Colonel Kemp, "Le droit international et les opérations militaires sur le terrain" (18 juillet 2009) ; "Colonel Richard Kemp, à propos des pertes civiles résultant de la guerre d’Israël contre le Hamas" (9 janvier 2009). 

Texte original anglais : Commander Defends IDF against UN Criticism 

 

Traduction française : Menahem Macina, pour upjf.org

Note à l’attention des responsables de sites et blogues : Cet article peut être librement reproduit, sous réserve de la mention - explicite et obligatoire - de son lien : http://www.upjf.org/contributeurs-specialises/article-17301-145-7-ancien-commandant-larmee-britannique-defend-comportement-tsahal-gaza.html

 

 

 

Mr le Président, sur base de mes connaissances et de mon expérience, je peux affirmer ceci : « Pendant l’opération "Coulée de Plomb", l’armée de défense d’Israël (I.D.F.) a fait plus pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres », a déclaré le Colonel Kemp.

 

Genève, 16 octobre 2009

 

S’exprimant au nom de [l’ONG] UN Watch, lors de la session spéciale des Nations Unies, consacrée au rapport Goldstone, l’ancien commandant des troupes britanniques en Afghanistan, a déclaré :


« Monsieur le Président, sur la base de mes connaissances et de mon expérience, je puis dire ceci : Au cours de l’Opération "Coulée de Plomb", l’armée de défense d’Israël [Tsahal] a fait davantage pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres. »

Intervention orale de UN Watch
Conseil des Droits de l’Homme, 12ème Session Spéciale
Genève, 16 octobre 2009


Merci, Monsieur le Président.

Je suis l’ancien commandant des Forces Britanniques en Afghanistan. J’ai servi dans les forces de l’OTAN et des Nations Unies, exercé des commandements militaires en Irlande du Nord, en Bosnie et en Macédoine, et pris part à la Guerre du Golfe. J’ai passé un temps considérable en Irak depuis l’invasion de 2003, et j’ai pris part à la lutte antiterroriste internationale pour le compte du Comité conjoint du Renseignement du Gouvernement anglais.

 

Monsieur le Président,

Sur la base de mes connaissances et de mon expérience, je puis dire ceci : Au cours de l’Opération "Coulée de Plomb", l’armée de défense d’Israël a fait davantage pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres.

Israël l’a fait alors qu’elle affrontait un ennemi qui plaçait délibérément ses forces militaires derrière le bouclier humain de la population civile.

Le Hamas, comme le Hezbollah, sont experts dans l’art de dicter aux médias ce qu’ils diront. L’un et l’autre ont toujours des gens prêts à accuser les soldats israéliens de crimes de guerre. Ils excellent à mettre en scène et à déformer des incidents.

L’armée de défense d’Israël est confrontée à un défi auquel les Britanniques n’ont pas à faire face à un tel degré. Il s’agit du préjugé automatique, pavlovien, qu’ont en commun beaucoup de médias du monde entier, ainsi que de nombreuses organisations des droits de l’homme, selon lequel les soldats de l’armée de défense d’Israël ont nécessairement tort et qu’ils violent les droits de l’homme.

La vérité est que l’armée de défense d’Israël a mis en œuvre des mesures extraordinaires pour signaler aux civils de Gaza les zones qu’elle prenait pour cibles, en lançant plus de deux millions de tracts et en établissant plus de 100 000 communications téléphoniques. Beaucoup de missions qui auraient pu neutraliser les capacités militaires du Hamas ont été suspendues pour éviter des pertes civiles. Durant le conflit, l’armée de défense d’Israël a permis l’entrée dans Gaza d’énormes quantités d’aide humanitaire. Fournir une aide susceptible de tomber aux mains de votre ennemi est normalement tout à fait impensable pour un expert en stratégie militaire. Pourtant, l’armée de défense d’Israël a pris ce risque.

Malgré tout cela, des civils innocents ont été tués. La guerre est chaos et erreurs multiples. Des erreurs ont été commises par les Anglais, les Américains et d’autres armées, en Afghanistan et en Irak ; beaucoup d’entre elles peuvent être imputées au facteur humain. Mais les erreurs ne sont pas des crimes de guerre.

Plus que quoi que ce soit, les pertes civiles ont été la conséquence de la manière de combattre du Hamas. Le Hamas a délibérément tenté de sacrifier ses civils.


Monsieur le Président,

Israël n’avait d’autre choix que de défendre sa population, pour empêcher le Hamas de l’attaquer par des tirs de roquettes.

Et je le dis à nouveau : l’armée de défense d’Israël a fait plus pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres.

Merci, Monsieur le Président.

 

© UN Watch

 

Mis en ligne le 17 octobre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org