Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (boycott d')

Boycott d’Israël : nouvelle victoire pour les groupuscules antijuifs
13/10/2009

13/10/09Sur le Blogue Vu de Jérusalem, 12 oct. 2009

boycott.jpgLe long article récemment publié sur le site du CRIF, intitulé "Boycott contre Israël, que fait le Crif ?", confirme la triste impression d’impuissance des organisations juives françaises, face à la recrudescence d’appels au boycott et de provocations organisées par les ennemis d’Israël ces derniers mois. Dernier exemple en date : celui de la Fete des Vendanges à Paris, à laquelle devait participer la société israélienne Soda Club, qui fabrique des appareils à gazéifier l’eau. Une campagne d’intimidation, lancée par plusieurs associations propalestiniennes, dont le groupuscule radical antisémite CAPJPO et le BDS, a porté ses fruits empoisonnés : le maire du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant (bien connu de la communauté juive, dont il sollicite régulièrement les voix), a cédé au chantage antijuif et annulé la participation de Soda-Club !

Dans une lettre surprenante adressée aux associations propalestiniennes, la directrice de l’association organisatrice de l’événement écrivait ainsi :

"Ne souhaitant aucunement que la Fête des vendanges soit pertubée par
quelque trouble à l’ordre public et souhaitant avant tout préserver
son caractère populaire, convivial et festif, Soda Club ne sera pas
présente sur l’événement. Sylvie Canal, directrice ADCEP".

NPA_Boycott.jpgAinsi, aux yeux de M. Daniel Vaillant et de ses collaborateurs, c’est la présence d’une société israélienne qui serait constitutive d’un "trouble à l’ordre public"! Cette réaction, dont la lâcheté rappelle des époques sinistres de l’histoire de France, montre combien pusillanime est l’attitude de certaines organisations juives. Lorsque M. Knobel écrit, "Si ces activistes consacrent une énergie considérable pour tenter de médiatiser leurs actions, le CRIF dépense une toute aussi grande énergie pour dénoncer publiquement le caractère illicite des appels au boycott", il se berce de vaines paroles… La vérité est que le CRIF est dépassé par les événements et que la communauté juive n’a pas encore trouvé les moyens – juridiques, politiques ou autres – pour répondre aux boycotteurs racistes anti-israéliens.

 

Il est aujourd’hui urgent de regrouper toutes les bonnes volontés au sein de la communauté pour que les organisations concernées (CRIF, Bnai Brith, BNVCA, UPJF, LDJ, etc.) agissent de concert pour mettre fin à ces provocations antisémites. La diplomatie frileuse a clairement montré ses limites : l’heure est maintenant aux actions fortes et vigoureuses. Les Juifs ne doivent plus se laisser traiter en citoyens de seconde zone et en ’dhimmis’ en France !

nicht_kaufen.jpg
Le boycott antijuif, une tradition nazie (photo reprise du site de l’UPJF)
 

© Vu de Jérusalem

 

Mis en ligne le 13 octobre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org