Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Laurent Murawiec

Hommages de Guy Millière et de la rédaction de la Ména à Laurent Murawiec (z"l)
12/10/2009

Menapress (Metula News Agency), en Israël, a mis en ligne, le 8 octobre, en diffusion libre [*], deux textes émouvants en hommage à Laurent Murawiec qui vient de nous quitter [**]. Le premier est dû à son ami de longue date, Guy Millière, qui l’a rédigé en anglais et en français: j’en reproduis les deux versions, ci-après. Le second texte est dû aux rédacteurs de la Ména, qui ont eu l’immense privilège non seulement de le connaître et d’échanger fréquemment avec lui depuis des années, mais aussi de se voir confier par lui, en exclusivité, nombre d’articles que l’on peut encore consulter sur leur site, si l’on est y abonné. Cet hommage a également l’avantage pour nous de contenir des informations biographiques et bibliographiques utiles. J’avais promis que je mettrais en ligne un maximum de textes en reproduction libre, à la mémoire du cher et grand disparu. Je suis heureux que cette initiative de la Ména me permette d’ajouter ces deux hommages conjoints au matériau déjà en ligne sur notre site. (Menahem Macina).

[*]  www.menapress.com ; voir, entre autres, sur notre site, "Laurent Murawiec (z"l) nous a quittés : une perte irréparable!", 8 oct. 2009.12/10/09

For Laurent Murawiec
© Metula News Agency

 

By Guy Millière

(Free distribution)

The news reached me on the morning of October 8. The death of a man I loved and respected most deeply. And yet, because he stood for honesty, straightforwardness, and all the values that made him admirable in my eyes, probably nobody in the mainstream media will speak of him.

Because he was immensely cultivated and endowed with a rare lucidity, and because we are living in an era when all the values that enable a culture to remain alive and strong are systematically inverted and perverted, almost nobody will speak of him anywhere.

For my part I know I have lost a friend and an irreplaceable brother in arms. The road that lies before me now will be more difficult, and I will feel even more alone.

At this moment, I think of his two daughters, who are still so young and who will have to face the future without their father. I think of his wife, who has not been not in the U.S. for a very long time: the ordeal can only be terribly trying for her.

I think of his family in Europe.

However I also think that, when one is absorbed by a multitude of tasks, one can sometimes let time slip by, without giving all the attention he should to those who really deserve it. Sometimes in recent years, because my stay was short and I was about to go elsewhere, I passed by Washington without taking the time to contact Laurent. I always thought that there would be another opportunity: but there will be no other opportunity, and I feel through and through the pangs of guilt.

What remains for me to do is to pay tribute to his memory and his work. Laurent was an extremely brave and fearless man. He never ceased to prove it in his too short life. He never hesitated to say or write what he thought should be said or written, whatever the personal cost may be.

He was a discrete man, who never took pity on his plight. He was an uncompromising man, who never diluted his words, since he was one of the few who know that the truth, when it is watered down, is no longer the truth.

 He was an intellectual in the highest sense of a term that is often overused: someone who worked with tenacity to create and spread ideas and knowledge, in order to dispel darkness and bring more light to others and the world.

He wrote articles that, behind a seemingly polemical and incisive tone, showed an unfailing erudition. He wrote remarkable books, some of them yet unpublished: one is about Europe and bears a very appropriate title: The Empire of the Setting Sun (L’Empire du soleil couchant).

Laurent was the author of War in the Twenty-first Century (La Guerre au XXIème siècle) – a masterly analysis of the “revolution in military affairs” that has changed the face of war in recent years –, and of The Spirit of Nations (L’Esprit des nations), an innovative essay about the connections between geopolitics and the history of cultures, that opened new horizons of research to those who understand that the world has become a more complex place.

The Next War (La Guerre d’après) is a charge leveled against Saudi Arabia, and the best documented and most innovative approach to have been published about a country and a regime that are almost everywhere behind the spread of radical Islam today (the book was published in the US under another title: Princes of Darkness: the Saudi Assault on the West).

However, what will remain Laurent’s masterpiece is The Mind of Jihad, originally published in two volumes, and that has now become available in a complete edition since October 2008, thanks to Cambridge University Press. It is not just one more book about radical Islam: it is one of the most important books on the subject ever to be published. Laurent used all the available resources and took the time to study them very closely.

The book shows very precisely and very accurately, in all necessary detail, what makes Islamic radicalism inseparable from Islam itself, and what the connections are between radical Islam and the most nihilistic and more violently destructive political trends that have emerged during the last two millennia.

It masterfully reveals the danger facing us, the dogma that constitutes the proliferating matrix of this danger, and it explains the deleterious attraction Jihad exerts over the adherents of other totalitarianisms.

I am convinced that The Mind of Jihad will be read and reread for years to come, and that it will become a classic. Michael Ledeen described it as “at last, a book on radical Islam that does it all”. Fouad Ajami calls it “a work that will make for itself a sure place in the Writings on Islamic Radicalism”.

I know Laurent still had much to say, write and offer. He spoke little of his plans, but all those who were fortunate enough to know him are sure he was just at the dawn of further accomplishments.

He spoke little of his own and his family’s past. However he gave me texts about the memory of the Holocaust and the mutilations that it had inflicted on his family. He was Jewish, even if it is an aspect of himself that he almost never evoked. He was a steadfast friend of Israel: not because he was Jewish, but because he was firmly on the side of liberty and the dignity of human beings; because he was obstinately hostile to all that oppresses, degrades and perverts.

He had left France, like many of those who have had to choose between compromise and exile, and who have chosen exile. The Hudson Institute that is headed by another man I love and respect, Ken Weinstein, welcomed him, conferring on him the title of Senior Fellow. He became an American, attached to everything that has belonged to the true soul of America since the time of the Founding Fathers.

Probably nobody will speak of Laurent’s death in the mainstream media. But everything that he was will survive as an ever-shining light in the hearts and minds of all those who have met him and loved him.

I said that I feel more alone, but I will cherish as long as I live the memory of conversations with Laurent, the sound of Laurent’s voice. I will know he is still there. I will cherish as long as I live the words written by Laurent, I will read them over and over, and I will know that Laurent has not disappeared and will never disappear.

-----------------------------------------------

Pour Laurent Murawiec [Diffusion libre]
Par Guy Millière

© Metula News Agency


Michael Ledeen l’a décrit comme « l’unique livre exhaustif sur l’islam radical »

Une nouvelle m’est parvenue le matin du 8 octobre. Celle du décès d’un homme que j’aimais et que je respectais très profondément. Parce qu’il incarnait la droiture et toutes les valeurs qui le rendaient admirable à mes yeux, on n’en parlera sans doute pas dans les grands media.

 

Parce qu’il avait une immense culture et une lucidité rare, et que nous sommes dans une ère d’inversion et de perversion de toutes les valeurs qui permettent à une civilisation de vivre, on en parlera moins encore.

 

En ce qui me concerne, je sais que je perds un ami, un compagnon de combat, que la route qui se présente devant moi sera plus difficile, et que je me sentirai beaucoup plus seul. Je pense, en cet instant, à ses filles, si jeunes encore, qui vont devoir affronter l’avenir sans leur père.

 

Je pense à son épouse, qui n’était pas aux Etats-Unis depuis très longtemps, et pour qui l’épreuve ne peut qu’être extrême.

 

Je pense à sa famille en Europe. Je pense aussi que, pris par des tâches multiples, on peut laisser parfois filer le temps, ne pas donner à ceux qui la méritent toute l’affection qu’on devrait donner. Je suis, parfois, passé par Washington ces dernières années sans contacter Laurent, parce que le temps de mon séjour était trop bref, parce que je m’apprêtais à repartir vers une autre ville, New York, Miami ou Los Angeles ; parce que je songeais qu’il y aurait bientôt une prochaine fois : il n’y aura pas de prochaine fois, et je sens partout en moi la morsure de la culpabilité.

 

Ce que je puis faire encore est rendre hommage à sa mémoire et à son œuvre. Laurent était un homme très courageux. Il n’a cessé de le prouver dans sa trop courte existence. Il l’a prouvé encore ces dernières années, n’hésitant jamais à dire ou à écrire ce qui, à ses yeux, devait l’être, quoi qu’il puisse lui en coûter.

 

C’était un homme pudique, qui ne s’apitoyait jamais sur son sort. Un homme intransigeant, qui n’édulcorait pas ses textes ou ses propos parce qu’il était de ceux, trop rares, qui savent que la vérité, lorsqu’on l’édulcore, n’est plus tout à fait la vérité et se teinte d’égarements.

 

C’était un intellectuel au sens le plus noble d’un terme souvent galvaudé : quelqu’un qui mène avec opiniâtreté le travail des idées et de la connaissance pour donner à réfléchir et contribuer à ce que le monde autour de lui soit moins sombre et ne glisse pas vers le gouffre.

Il a écrit des articles qui, derrière une apparence polémique et incisive, montraient, en chaque phrase, une maîtrise de son sujet et une érudition sans faille. Il a rédigé des livres remarquables, pour certains inédits. Ainsi un ouvrage sur l’Europe appelé L’empire du soleil couchant, qu’aucun grand éditeur français, signe des temps exécrables en lesquels nous vivons, n’a accepté de publier.

 

Il est l’auteur de La guerre au XXIème siècle, analyse magistrale de la « révolution des affaires militaires », qui a changé, ces dernières années, le visage de la guerre, et de L’esprit des nations.

Essai profondément novateur, situé à l’intersection de la géopolitique et de l’histoire des cultures, et qui a ouvert, pour ceux qui discernent que comprendre le monde implique de dessiner des transversalités, des horizons neufs et des terrains de recherche inexplorés.

 

La guerre d’après est tout à la fois une charge contre l’Arabie Saoudite et l’approche la plus documentée, la plus précise et la plus novatrice à avoir été publiée sur un pays et un régime qui sont dans tous les rouages de la dissémination de l’islam radical dans l’ère contemporaine.

 

Ce qui restera, cela dit, le chef d’œuvre de Laurent est The Mind of Jihad, publié à l’origine en deux volumes, et disponible en édition complète depuis octobre 2008 chez Cambridge University Press.

 

Il ne s’agit pas là d’un livre supplémentaire sur l’islam radical : il s’agit DU livre majeur et essentiel sur le sujet. Laurent y utilise toutes les ressources disponibles. Il y montre de manière limpide et définitive tout à la fois ce qui rend le radicalisme islamique indissociable de l’islam lui-même et ce qui le rattache aux courants les plus nihilistes et les plus violemment destructeurs qui aient vu le jour au cours des derniers millénaires, jusqu’aux récentes années, marquées par le national-socialisme et le léninisme.

 

Il donne à voir le danger auquel nous sommes confrontés, le dogme proliférant qui est la matrice de ce danger, et ce qui peut expliquer l’attirance délétère de tant d’adeptes du totalitarisme et de la destruction pour ce dogme. The Mind of Jihad, j’en suis certain, sera lu et relu dans les années à venir, et deviendra un classique.

 

Michael Ledeen l’a décrit comme « l’unique livre exhaustif sur l’islam radical », Fouad Ajami, comme un livre qui occupera une « place solide et assurée » dans les études ultérieures, pour peu, bien sûr, que celles-ci soient sérieuses et scrupuleuses.

Laurent, je le sais, avait encore beaucoup à dire, à écrire, à offrir. Il n’était qu’au commencement. Il parlait peu de ses projets, mais tous ceux qui ont eu la chance de le connaître savent qu’il était tout juste à l’aurore d’accomplissements bien plus vastes encore.

 

Il parlait peu de son passé et de celui de sa famille, mais il m’a confié des textes où transparaissait la mémoire vive de la Shoah et des mutilations que celle-ci avait infligées parmi les siens. Il était juif et fier de l’être, même si c’est un aspect de lui-même qu’il n’évoquait quasiment jamais.

 

C’était un ami indéfectible d’Israël, non pas parce qu’il était juif, mais parce qu’il était résolument du côté de la liberté et de la dignité de l’être humain, obstinément hostile à tout ce qui opprime, dégrade, avilit et pervertit.

 

Il avait quitté la France, comme tant de ceux qui, devant choisir entre les compromissions et l’exil, ont choisi l’exil. Le Hudson Institute, que dirige un autre homme courageux que j’aime et respecte, Ken Weinstein, l’avait accueilli, avec le titre de Senior Fellow. Il était devenu américain, attaché à tout ce qui fait l’âme vraie de l’Amérique depuis le temps des pères fondateurs.

 

On ne parlera pas de la disparition de Laurent dans les grands media, certes. Mais tout ce qu’il aura incarné survivra chez tous ceux qui l’ont rencontré et qui l’ont aimé. Je me sentirai bien plus seul, ai-je dit : mais je garderai en moi tant que je vivrai le souvenir de conversations et, en entendant résonner en moi les mots de Laurent, je saurai qu’il est là, encore. Je garderai en moi, tant que je vivrai, les mots écrits et imprimés ; je les relirai, j’y trouverai de quoi me ressourcer, et je saurai que Laurent n’a pas disparu et ne disparaîtra jamais.

 

Jeudi 08 octobre [18:39:00 UTC]

 

Laurent Murawiec n’est plus
© Metula News Agency


Sa détermination continuera à inspirer notre travail. Il n’est plus, mais son esprit demeure en nous, plus vivace qu’il ne l’a jamais été [Diffusion libre]

 

Les rédacteurs de la Metula News Agency, ont le terrible devoir d’annoncer le décès de leur pair, associé et ami Laurent Murawiec.


Laurent s’est éteint hier, 7 octobre, dans sa maison de Washington DC, à l’âge de 52 ans. Il se battait courageusement depuis près de deux ans contre le cancer qui l’a emporté.


Les lecteurs de la Ména connaissent la passion avec laquelle Laurent abordait tous les sujets qu’il analysait. Cette passion, servie par une érudition hors du commun, un esprit analytique aiguisé, une conscience profonde, ajoutée à une impressionnante puissance de travail, avait fait de lui un intellectuel reconnu dans plusieurs domaines et dans plusieurs pays.

 

L’écriture de Laurent Murawiec cristallisait l’indépendance, la liberté, la clarté et le courage de notre agence, qu’il considérait comme sa maison et dont il était fier. Sa détermination continuera à inspirer notre travail. Il n’est plus, mais son esprit demeure en nous, plus vivace qu’il ne l’a jamais été.

 

Il était curieux des commentaires du public, et ne tarissait pas de louanges pour les efforts fournis par ses camarades, ceux d’Ilan Tsadik et de Sami El Soudi, en particulier. Ceux-ci, bien qu’en désaccord politique avec Laurent, lui vouaient une admiration et un respect sans bornes. Nos deux camarades, comme le reste de notre famille, sont, ce soir, dévastés par la tristesse.

 

Il était impossible de connaître Laurent et de ne pas l’aimer.

 

Car Laurent Murawiec était à la fois un homme debout, très imbibé de son identité de fils et de défenseur d’Israël et des valeurs de l’Occident, et un homme doux et sensible. Il y a un mois à peine, alors que Laurent et Ilan s’entretenaient vivement par Skype sur les relations entre le pape et Israël, une larme pudique et orpheline avait échappé à l’œil de Laurent. Ce fut le seul signe de tristesse qu’il nous montra au cours de sa terrible maladie.

 

Les 20 et 21 septembre derniers, notre ami livra son dernier papier : "Obama : l’idéologie, vous dis-je" [voir 1ère et 2ème parties]. Son épreuve était d’une qualité remarquable, l’analyse était pointue, la faculté de réfléchir de Laurent était intacte, son brouillon ne portait pas le moindre signe de la maladie.

 

A ce point de vue, ses derniers articles furent parmi ses meilleurs. Il les préparait lors des pauses de l’écriture d’un ultime ouvrage, pour lequel il a livré sa dernière bataille victorieuse contre le fatum en parvenant de justesse à le terminer.

 

Laurent ne s’est jamais plaint de son mal, que, dès qu’il se fut déclaré, il choisit d’appeler par son nom "cancer". Il n’aurait pas voulu que l’on parle aujourd’hui d’une pénible et longue maladie ; il a regardé son ennemi en face, sans jamais s’avouer vaincu.

 

Une très récente discussion avec Stéphane Juffa, leur dernière, – les deux hommes n’ont jamais cessé de s’entretenir de tout et de façon explicite – s’est terminée par cette promesse, que Laurent avait demandé de transmettre à ses chers amis de l’agence : "Je n’ai pas décidé de baisser les bras et d’abandonner l’espoir, au contraire, j’ai la ferme intention de me battre !".

 

Son plan était de "tenir le coup jusqu’à la mise au point d’un remède pour son mal". Le grand crabe ignoble ne lui en a n’a pas laissé l’occasion.


Lorsqu’il vivait encore en France, Laurent avait enseigné l’économie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. En même temps, il s’était passionné pour l’analyse des affaires militaires, qu’il observait toujours, non seulement du point de vue technique, mais aussi en lien avec les ambitions et l’identité des puissances combattantes. L’intérêt et l’originalité de ses analyses l’avaient fait recruter comme consultant par le ministère français de la Défense.


Par la suite, installé aux Etats-Unis, Laurent avait enseigné l’analyse militaire à l’université George Washington.

 

Outre-Atlantique aussi, ses analyses étaient recherchées et appréciées par le ministère américain de la Défense et par la CIA. 

 

Laurent avait trouvé dans le think-tank néoconservateur Hudson Institute un employeur enthousiaste et compréhensif.


Simultanément à ses activités d’enseignant et de consultant, Laurent avait publié de nombreux livres au cours des dix dernières années.

 

Parfaitement trilingue, il avait pris le risque de traduire de l’allemand au français l’ouvrage classique de Clausewitz, De la guerre, qui fut, jusqu’alors, considéré comme intraduisible, envisageable uniquement dans la langue de Goethe. La traduction effectuée par Murawiec est considérée comme un chef d’œuvre.

 

Il a publié deux ouvrages en français - La guerre au XXIème siècle (Odile Jacob, 2000) et L’Esprit des Nations : cultures et géopolitique (Odile Jacob, 2002) - suivis par deux livres en anglais : Princes of Darkness: the Saudi Assault on the West (Les Princes des Ténèbres : l’Assaut saoudien contre l’Occident) (Rowman & Littlefield, Lanham MD, 2005) et The Mind of Jihad (L’esprit de la Djihad) (Cambridge University Press, 2008). 


Laurent contribuait, régulièrement ou occasionnellement, à plusieurs revues et journaux : National Interest, Middle East Quarterly, Le Débat, XXème siècle, National Review Online, Le Figaro, Die Welt... et nous en oublions certainement.

 

Il a enseigné dans les universités de Columbia, Georgetown, Cambridge, à l’Institut français des Hautes Etudes de la Défense Nationale, etc.


Mais sa loyauté pour son agence perchée à l’extrémité de la Galilée demeura indéfectible. Cette loyauté était au cœur du caractère de Laurent. Entier dans ses amitiés, direct dans ses inimitiés, il avait provoqué quelques controverses au sein même du milieu des intellectuels néoconservateurs qui était le sien.

 

Ces controverses, aujourd’hui, nous paraissent bien vaines face au vide laissé par l’ami disparu.

La rédaction de la Ména, tous ses rédacteurs et ses lecteurs envoient leurs condoléances émues à sa veuve, Claudia Murawiec, et à ses deux petites filles Morgane et Johanna. Le mari et le papa qui va leur manquer nous manque aussi.

 

 

Jeudi 08 octobre [18:03:00 UTC]

© Metula News Agency

 

Mis en ligne le 12 octobre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org