Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Le mur des Lamentations: quand la prière a des frontières (Laurent Reichman)
23/11/2009

"Pendant plus de 20 ans les juifs (de quelque pays qu’ils soient) n’ont pas eu accès au lieu le plus saint du judaïsme, le mur des Lamentations. [...] Seuls les soldats jordaniens et les touristes pouvaient avoir accès au site qui fut un temps transformé en dépotoir." (L. Reichman).

23/11/09

Sur le Blogue Philosémitisme, 20 novembre 2009

Jérusalem, illustration du XVe siècle.

Mise au point adressée à La Libre Belgique par Laurent Reichman de l’Ambassade d’Israël (publiée le 23/09/2009)

"Quand la prière a des frontières – votre page "Regards" (pp 18-19) du 21 septembre.

Les restrictions qui empêchent les Palestiniens de moins de 50 ans et les femmes de moins de 45 ans d’accéder à Jérusalem pour la prière du vendredi, sont le résultat d’une politique de protection de la population civile. Les responsables de la sécurité estiment en effet que ce sont essentiellement des jeunes qui se laissent entraîner par les sermons religieux du vendredi et qui constituent une menace terroriste.

Je désire également vous rappeler que, pendant plus de 20 ans, les Juifs (de quelque pays qu’ils soient) n’ont pas eu accès au lieu le plus saint du judaïsme, le Mur des Lamentations.

Ce lieu est révéré par les juifs pour sa proximité avec le Saint des Saints, situé sur le mont du Temple, qui est le lieu le plus saint du judaïsme. Cela signifie que le Mur Occidental est considéré comme l’endroit le plus saint généralement accessible aux juifs pour la prière.

Durant la guerre israélo-arabe de 1948-1949, la Légion arabe prit le contrôle du site, dont l’accès fut interdit aux Juifs par les autorités jordaniennes, en violation de l’article VIII des accords d’armistice signés entre les belligérants. Pour la première fois depuis les Croisés, les Juifs, qui étaient nombreux dans le quartier des Maghrébins, furent absents de la Vieille Ville de Jérusalem. Pendant les dix-neuf années qui suivirent, les nombreuses demandes d’officiels israéliens et de groupes juifs, tant auprès des Nations Unies qu’auprès d’autres organismes internationaux, pour essayer de mettre en application l’accord d’armistice, restèrent vaines. Seuls les soldats jordaniens et les touristes pouvaient avoir accès au site, qui fut un temps transformé en dépotoir.

Lors de la guerre des Six Jours, en juin 1967, Israël prend le contrôle de l’ensemble de la ville de Jérusalem. Cette reconquête du Mur occidental, près de 19 siècles après la prise de Jérusalem par Titus, est symbolisée par la sonnerie du shofar effectuée par le grand rabbin Shlomo Goren dès que les troupes israéliennes atteignent le Mur le 7 juin 1967. L’accès au Mur occidental, interdit aux juifs par les autorités jordaniennes pendant une vingtaine d’années, leur redeviendra alors possible."

 

© Laurent Reichman

 

Mis en ligne le 23 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org