Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Lettre ouverte de Viviane Teitelbaum à Radouane Bouhlal, Président du MRAX
20/11/2009

19/11/09Sur le Blogue de Viviane Teitelbaum

racism-noRadouane,

Je t’écris aujourd’hui parce que j’ai pris connaissance de tes accusations contre le libéral Jean Gol et contre mon courageux collègue, Alain Destexhe.

« Le MR est en train de régresser et de revenir aux pires années du libéralisme, celles de l’ère Gol et ses lois contre les étrangers. (…) visiblement affaibli, M. Reynders est aujourd’hui dépassé par une dérive populiste, celle des nouveaux réactionnaires de droite », as-tu déclaré. Et de rajouter : « Je m’étonne et je m’insurge face à la réutilisation d’un discours né de l’ère Le Pen en France, et qui hormis au Vlaams Blok Belang, n’avait jamais été au devant de l’actualité politique en Belgique ».

Je m’insurge. Accuser des démocrates engagés de tes propres torts est, à mes yeux, inacceptable, et indigne.

« Visages pâles »

Yvonne Jospa, cette féministe courageuse, femme de cœur, de solidarité et grande résistante, qui a présidé le MRAX jusqu’en 1987, ne pourrait comprendre, et moi non plus : lors d’un débat télévisé sur le port du voile de la députée Ozdémir tu as qualifié les citoyens belges – non issus de l’immigration!- de «visages pâles». J’ai pâli, moi la juive, mais de honte.

Aujourd’hui, c’est sans aucune gêne, que, suite à la réflexion de nombreux mandataires MR dans le cadre d’un travail sérieux et posé sur le port du voile, tu oses juger « le MR moins libéral et plus liberticide ». Car, pas d’accord avec tes positions discriminatoires envers les femmes qui renvoient les filles musulmanes à leur imam plutôt qu’à la Loi ? Extraordinaire ! Tu donnes des leçons de démocratie ? Au nom de qui ? De l’organisation que tu as détournée de ses buts et missions initiales ? D’un MRAX dont la seule activité consiste désormais à tenter de stigmatiser toute critique des religions, voire d’un islam radical ?

« Quelque peu contreproductive, relativement maladroite, assez confuse et pas assez ambitieuse »

C’est en ces termes que tu as qualifié la Proposition de résolution relative à la résurgence de l’antisémitisme en Belgique», que j’ai cosignée au Parlement bruxellois en 2004. Tu es intervenu lors d’une audition, tu t’en souviens certainement.

J’ai été passablement déçue. Déçue que le MRAX, né MRAP en 1950, créé par d’anciens résistants – des Juifs et des communistes – unis dans ce Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix, ait d’un seul coup perdu l’idéal de ses fondateurs.

« Contreproductive, parce que les filles portant le foulard à qui on refuse l’accès aux établissements scolaires en raison de ce foulard ne comprendraient pas qu’on s’occupe des uns, en l’occurrence ici, les Juifs, qui auraient droit à une résolution du Parlement et pas des autres, c’est-à-dire eux-mêmes ».

Je suis choquée, car le président du MRAX, met à mal l’égalité hommes-femmes et [assimile] un choix religieux ou identitaire [à] une discrimination qui, par son paroxysme, a mené aux heures les plus noires de l’humanité.

Maladroite, disais tu encore, car ce texte stigmatise les arabo-musulmans.

Je suis en colère. L’antisémitisme nouveau - certes dû à une crise internationale doublée d’un crise identitaire chez les jeunes issus de l’immigration, parfois victimes de racisme ou instrumentalisés -, doit-il en permanence s’effacer derrière un autre mal-être ? Les Juifs doivent-ils accepter de vivre des insultes verbales et physiques quand leurs auteurs appartiennent à une communauté qui subit des exclusions ?

Les incidents et d’agressions antisémites sont non seulement en progression constante depuis le tournant du siècle, mais, de plus, ils sont souvent le fait de ces jeunes, influencés par l’importation du conflit du Moyen-Orient en Belgique.

Le clientélisme politique qui veut séduire est, à mon sens, à l’origine de ce mal social, du laxisme et d’une forme de complaisance intéressée qui acceptent de la part de ces jeunes ce que l’on refuse aux autres adolescents. Et tu participes de ce processus en justifiant l’inacceptable, en cherchant des excuses là où tu devrais simplement, tout simplement, condamner les faits. Mais ce n’est pas cela que tu as stigmatisé, tu accuses ceux qui osent parler d’antisémitisme. Depuis ce travail parlementaire, après la publication de mon livre sur l’antisémitisme en Belgique, nous avons débattu, en privé ou sur antennes, tu n’as jamais condamné l’antisémitisme sans le noyer dans des condamnations simultanées et globales de différents racismes et xénophobies ou d’islamophobie.

Que tu t’entoures de personnes faisant « l’apologie du Hamas », un mouvement d’extrême droite, ou que tu t’interposes pour que l’on donne la parole à ceux qui, comme Tariq Ramadan, défendent l’idéologie salafiste, tout en traitant ceux qui n’appartiennent pas à ta communauté de « visages pâles », est outrancier, et dangereux.

Aujourd’hui, nous découvrons les dérives autoritaires, les problèmes financiers, les compagnons de route que tu t’es choisis. Tes collaborateurs parlent de « gestion tyrannique » et de « harcèlement moral ». Ils [montrent du doigt] les manquements aux statuts et aux finances. Ils regrettent l’isolement du MRAX dans le combat antiraciste.

Il est urgent de revenir à un débat de fond serein, sur les problèmes sociétaux, sans procès d’intention, sans agressivité et sans tabous. Il est essentiel que le MRAX y participe et renoue avec ses traditions d’ouverture, de démocratie et de lutte contre tous les fascismes. Il est essentiel que les dirigeants du MRAX lui rendent sa dignité.

© Viviane Teitelbaum

[Article aimablement signalé par R.R., Bruxelles.]

 

Mis en ligne le 19 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org


-----------------------------
 
Note reprise de la mise en ligne de la Lettre ouverte sur Facebook, par J.-Ph. Desmet
 
Licenciée en Journalisme et communications sociales (ULB), Master en Relations Internationales (USA) Viviane Teitelbaum a été journaliste pendant 12 ans. Ensuite elle a publié sept livres et a collaboré à divers ouvrages collectifs.

En juillet 2004, elle est élue et devient députée au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. C’est son premier mandat politique. En 2006, elle est élue et devient Chef de groupe au Conseil communal d’Ixelles. En 2007 elle devient présidente des Femmes MRLB.

Viviane Teitelbaum s’est engagée pendant plus de 20 ans dans la vie associative où elle a milité sans relâche et avec passion pour la démocratie, contre l’extrême droite, contre l’intolérance, l’antisémitisme, le racisme et toute forme d’exclusion. Mais aussi pour améliorer l’éducation et l’intégration. Aujourd’hui, elle souhaite également participer activement au re-développement de la Région de Bruxelles Capitale tout en travaillant pour un projet de ville qui intègre tant les dimensions sociales et économiques que culturelles et politiques.

Commissions

Membre effectif de la commission Aménagement du Territoire (PRB)
Membre suppléant de la commission Finances (PRB)
Membre suppléant de la commission Infrastructure (PRB)
Membre suppléant de la commission Environnement (PRB)
Membre suppléant Affaires sociales (ARCCC)
Membre effectif de la commisssion Enseignement (ACCF)
Membre suppléant de la commission Budget (ACCF)

Un petit mot pour en savoir plus...

« Pour moi les grands défis sont de garantir les valeurs démocratiques et de vaincre toutes les discriminations, les exclusions, l’intolérance. Je suis une femme d’engagement, et je crois en la loyauté et le respect de l’autre. J’aimerais améliorer l’éducation afin que les particularismes, les origines diverses ne soient ni un fardeau, ni une entrave, mais une richesse à partager. »

Groupe des supporters de Viviane Teitelbaum sur Facebook.