Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Si lointains et si proches... nos frères juifs éthiopiens: La fête du "Segd" à Jérusalem, I. Lurçat
18/11/2009

Un magnifique reportage sur une fête propre à la communauté juive éthiopienne en Israël. Merci à P.I. Lurçat pour ce bref éclairage sur une branche du peuple d’Israël, encore mal connue. (Menahem Macina).

18/11/09Texte repris du Blogue Vu de Jérusalem, 17 novembre 2009

SEGED 2 PHOTO P.I.LURCAT.JPG

 

 

Hier matin (lundi) je me suis rendu sur la promenade qui fait face aux remparts de la Vieille ville de Jérusalem, un des plus beaux sites de Jérusalem, à deux pas de chez moi. Des milliers de Juifs éthiopiens étaient venus, comme chaque année, fêter le "Segd" ("prosternation") – fête qui revêt un caractère à la fois religieux et national [sa signification a évolué depuis les récentes vagues d’émigration des Juifs éthiopiens en Israël, et son sens traditionnel s’est enrichi d’un nouveau sens].

 

 

SEGED 3 PHOTO P.LURCAT.JPGAu-delà de son aspect religieux, cette fête est aussi un grand rassemblement – sans doute le plus important de l’année – pour la communauté juive éthiopienne en Israël, et un moment de joie et de recueillement tout à la fois. A l’instar de nombreuses fêtes juives en Israël, le Segd a en effet une double inspiration, ancienne et moderne, mêlant allégresse et tristesse, un peu comme Yom Ha’atsmaout qui succède au Yom Hazikaron, ou comme Yom Kippour, qui a pris un sens nouveau en Israël depuis 1973.

SEGED 6 PHOTO P.LURCAT.JPG

 

A travers ces quelques photographies prises à la hâte, j’ai voulu montrer le visage multiple de la communauté juive éthiopienne en Israël aujourd’hui : celui de générations différentes dans leur habillement – les jeunes, civils ou militaires – côtoyant leurs aînés au costume traditionnel. Il y a quelque chose d’émouvant dans ces visages qui nous sont à la fois si proches et si lointains, tout comme ce judaïsme éthiopien – ces frères éloignés que nous avons retrouvés après des siècles de séparation. En les voyant, je pensai à André Neher, qui décrivait dans un de ses livres l’émotion ressentie en découvrant le judaïsme sépharade dans les années 1950. Je pensai aussi, en contemplant ces visages, au beau livre Asteraï * – relatant l’épopée des Juifs éthiopiens – dont j’ai récemment rendu compte dans les colonnes d’Israël Magazine.

 

SEGED 8 PHOTO P.LURCAT.JPGL’histoire des Juifs éthiopiens en Israël n’est pas seulement – comme pourrait le faire croire une vision purement sociologique – celle d’une acculturation ou d’une intégration, difficile et parfois cruelle. Elle est aussi, et avant tout, celle d’une transformation, vécue par toutes les communautés juives qui sont montées en Israël depuis le début du sionisme politique : la redécouverte de notre identité hébraïque, ou comme disait Manitou, la transformation des Juifs venus des quatre coins du monde en Israéliens, c’est-à-dire en hébreux. C’est le sens profond et messianique du Rassemblement des exilés – le kibboutz galouyiot.

 

 

Itshak Lurçat

 

 * VOIR Le premier roman israélien éthiopien traduit en France sur mon blog LETTRES D’ISRAEL.

 

 

 

SEGED 7 PHOTO P.LURCAT.JPG

 SEGED 5 PHOTO P.LURCAT.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SEGED 4 PHOTO P.LURCAT.JPG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

© Vu de Jérusalem

 

Mis en ligne le 18 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org