Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Politique
Politique française

L’identité française, la contribution au débat sur les rappeurs [semeurs de haine]
17/11/2009

J’ai eu vent de cet article de Gabriel Lévy, hier, sans en avoir la référence. Ce qui m’avait amené à mettre en ligne deux textes sur ce thème [*]. Aujourd’hui, G. Lévy m’adresse son billet paru sur le Blog de la Droite Libre. Je m’empresse de le reproduire ici. Je me suis permis de modifier légèrement le titre. En effet, tous les rappeurs ne diffusent pas des messages de haine, même si, trop souvent, les textes de beaucoup d’entre eux charrient une dose excessive d’agressivité et recourent "ad nauseam" à un vocabulaire grossier et dégradant. (Menahem Macina).

[*] J.-M. Gonnot, Comment peut-on accepter que des rappeurs crachent ainsi sur la France ? J.-M. Gonnot ; M. Macina, «Nique les Juifs !»: une chanson antisémite et blasphématoire de plus.


17/11/09


Sur le Blog de la Droite Libre, 16 novembre 2009


Autistes nos ministres… ou complices ?

Autistes, comme nous le rappelle le député François-Michel Gonnot, député de l’Oise (1) qui écrivait :

« Il y a quatre ans, je dénonçais certains rappeurs qui, sous couvert de culture et de création musicale, crachaient sur la France, insultaient notre pays et menaçaient de meurtres, de viols et d’attentats des citoyen(ne)s français(es).

Pour illustrer mon propos, j’avais publié les paroles de certaines de ces soi-disant chansons. Avec 153 autres parlementaires, j’avais d’autre part demandé au Ministre de la Justice de l’époque d’engager des poursuites judiciaires contre quelques-uns de ces "artistes"... Visiblement, cinq ans après, nos rappeurs – que j’écoute peu, je l’avoue - continuent à sévir et le problème reste entier. »


Seulement indulgents ?

M. Frédéric Mitterrand, prenant la défense de M. Orelsan, voire le comparant à Rimbaud, pour sa « chanson » assassine intitulée élégamment « sale pute », puisqu’il y parle notamment de “l’avorter à coups d’opinel”, de lui “déboîter la mâchoire”, ou de lui “déchirer l’abdomen”. Le ministre français de la culture (ès qualité, en cette circonstance)

"ne trouve rien de choquant ni de répréhensible à la manière dont il chante… le dépit amoureux, avec des termes qui ne sont pas les miens, moi je ne parle pas exactement la même langue, mais il a tout à fait le droit de l’exprimer" (2).

A l’évidence, pour notre ministre qui « ne parle pas la même langue », la culture ou la langue françaises ne sont pas des éléments de « l’identité française ».


Complices ?

En notre qualité de contribuables, nous prions nos princes de confirmer que les associations suivantes ne sont subventionnées ni par l’Etat, ni par aucune collectivité locale : groupe 113, Le groupe Sniper, Salif, Ministère Amer, Smala, Mafia K’1 fry, Lunatic.

Parions que nous n’aurons pas de réponse… comme nos 153 courageux parlementaires.


1.
Blogue du « Lundi 16 novembre 2009

2. "Quand Frédéric Mitterrand défendait le rap", France-Soir, mardi 17 novembre 2009

 

Gabriel Lévy

Association des contribuables d’Aubagne.

 

© Blog de la Droite Libre

 

 

Mis en ligne le 17 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org