Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Lettre ouverte de l’ingénieur général Michel Darmon, suite aux propos de J.-F. Copé sur Jérusalem
27/11/2009

27/11/09

M i c h e l  D A R M O N                                                                               
Ingénieur général du Génie maritime (cr) 
Président d’honneur de France-Israël
68 boulevard Pasteur, 75015 Paris
Tél. + fax : 33 (0)1 43 35 23 66
mdarmon@club-internet.fr

Paris, le 25 novembre 2009

LETTRE OUVERTE

À

Monsieur Jean-François COPÉ

Député de Seine-et-Marne

Assemblée Nationale

126 rue de l’Université

75355 Paris 07 SP


Monsieur le Ministre,

Parlant le 19 novembre aux participants au grand dîner de France-Israël, vous avez déclaré, en substance, qu’Israël devrait partager Jérusalem pour avoir la paix. Des murmures ont suivi vos propos et ce sont des applaudissements qui ont salué ceux du général Moshé Yaalon, vice-ministre de l’État d’Israël, quand, après votre départ, il a réaffirmé la position de son gouvernement : « Jérusalem ne sera jamais partagée ».

Vous avez ainsi cru devoir reprendre, sur Jérusalem, les propos que, le 23 juin 2008, le Président de la République avait prononcés à la face des membres de la Knesset. Comme lui, en contradiction irréductible avec les amitiés proclamées, vous avez cru pouvoir heurter frontalement les aspirations millénaires du peuple juif. Jamais, ni lui ni vous ne l’auriez fait sans les revendications de fraîche date, lancées par le monde arabo-musulman sur Jérusalem depuis que la ville réunifiée est sous souveraineté juive.

Les Juifs comme les non-Juifs doivent savoir que, si Israël cède sur Jérusalem, ce sont tous les Juifs, dans le monde entier, qui entreront de nouveau dans des temps d’humiliation. De leur côté, les ennemis d’Israël savent que, pour le peuple d’Israël, l’unité de Jérusalem est le socle de son unité politique. Ils visent donc à la briser avant de briser l’État. Ce fait à lui seul aurait dû vous inciter à ne pas faire écho aux assauts des despotes arabo-musulmans.

Un évêque, aujourd’hui disparu, avec lequel j’entretenais des relations d’amitié me disait que pour la plupart de ses collègues, surtout au Vatican, l’existence d’un État juif était théologiquement insupportable et, encore plus insupportable, la souveraineté juive sur Jérusalem. Vous semblez négliger le poids de la théologie dans l’histoire que nous vivons et son rôle inavoué dans la politique que le Quai d’Orsay impose, depuis des décennies, à nos gouvernants. Objectivement, notre temps est témoin d’une alliance – ou au moins d’une convergence - entre croisade d’un autre âge et djihad contemporain. Une raison de plus, pour nous tous, d’agir pour que la France retrouve une politique étrangère conforme à sa tradition laïque et républicaine.

Je vous assure, Monsieur le Ministre, de ma considération, en espérant que vous trouverez le moyen de la rétablir inentamée.

 

Signé : Michel Darmon

 


Mis en ligne le 27 novembre 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org