Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam

Les minarets : un débat paradoxal, Abbé Alain-René Arbez
01/12/2009

Cet article a été rédigé avant le référendum suisse qui s’est soldé par un refus populaire de l’édification des minarets, au grand dam de l’Etat et de l’Eglise. (Menahem)

01/12/09

Genève, 27 novembre 2009

 

Le débat sur les minarets en Suisse a pris une tournure paradoxale. Il ne s’agit pas ici d’argumenter en jetant l’opprobre sur une communauté, cependant, les bons sentiments affichés par les évêques, la fédération protestante de Suisse et la commission fédérale contre le racisme ne semblent pas apporter un éclairage convaincant. Peut-être ces instances ont-elles voulu dire : attention, se focaliser sur les seuls minarets risque d’occulter les autres problèmes? Mais c’est un mensonge de prétendre que l’absence de minaret auprès d’une mosquée est une atteinte à la liberté de culte. Tout ne se joue pas qu’avec les minarets, et il est utile aussi d’observer si ce qui est prêché dans les mosquées en Occident est compatible avec nos valeurs.

La revendication musulmane autour des minarets s’est intensifiée, alors même que M. Ramadan a rappelé que cette tourelle n’est absolument pas indispensable à une salle de prière. Prenons-en pour preuve le fait que, étonnamment, il n’y a pas de minaret à Jérusalem près de la mosquée Al Aqsa, que l’islam honore comme son troisième lieu saint !

Totalement étranger à la culture de notre pays, le minaret sera surtout perçu comme un marqueur inédit dans un espace culturel occidental. N’y voir qu’un banal équivalent du clocher d’église est pour le moins naïf.

Actuellement, dans de nombreux pays où les chrétiens sont déniés ou maltraités, les minarets font pavoiser la supériorité de l’islam, qui se dit « le droit chemin, la seule vraie religion », à l’exception des autres ! La fatiha, prière coranique essentielle, diffuse ce message discriminant en proclamant au verset 6 que les musulmans seuls sont « comblés de bienfaits par Allah », à l’exclusion de « ceux qui encourent sa colère » (les juifs), et de « ceux qui se sont égarés » (les chrétiens), au verset 7 (selon les hadiths et les commentateurs)

Un minaret est donc, par lui-même, emblème discriminatoire, puisqu’il assure la visibilité, aux yeux de ceux qu’il considère comme des infidèles, d’une religion qui s’implante en disqualifiant les autres croyants ! Dans l’intérêt même des musulmans et de leur intégration dans une coexistence avec la population de culture judéo-chrétienne, il vaut donc mieux qu’il n’y ait pas de minaret, pour garantir la paix religieuse en Suisse.

Il n’est pas indifférent de remarquer que Sami Aldeeb, juriste d’origine palestinienne, attaché professionnellement au respect des droits, recommande sur son site de refuser la construction de minarets, qu’il estime lourde de conséquences, et facteur potentiel de xénophobie.

Concluons en signalant que les minarets édifiés initialement en Grande-Bretagne, au Danemark et en Suède comme agrément architectural, ont maintenant des haut-parleurs qui fonctionnent aux heures de la prière musulmane. Sans doute ne dérangent-ils plus beaucoup les autochtones, car tous ont été obligés de fuir le quartier.                                              


Abbé Alain René Arbez


Mis en ligne le 30 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org