Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam

Ne méprisez pas les craintes des Suisses concernant l’islam
30/11/2009

 

30/11/2009

======================================================================

Ne méprisez pas les craintes des Suisses
Extrait de www.commentaires.com, ce texte de Philippe Barraud :

Les commentateurs unanimes ont tranché: les Suisses ont voté animés par la peur. Donc ils ont tort, donc ils sont condamnables. L’aveuglement de nos faiseurs d’opinion est dramatique. Voilà pourquoi ils ne font plus l’opinion.

Le fossé entre le citoyen et ses élites supposées est plus profond que jamais. Mais ne croyez surtout pas que ces dernières vont se poser la moindre question: obnubilées par le souci de leur propre image, les élites supposées estiment avoir raison par principe, tandis que le peuple a tort chaque fois qu’il ne les suit pas.

La peur n’est pas nécessairement une faute ou une impuissance. Elle peut être légitime. Et de la même manière qu’on a tort de condamner les gens qui ressentent de l’insécurité dans nos villes, on a tort de ridiculiser la peur de nombreux Suisses face à l’islam. Plutôt que de balayer ces peurs sous le tapis, essayons de voir ce qu’elles sont.

Les Suisses, dans leur majorité, n’ont pas de problèmes particuliers avec les musulmans de Suisse. Au reste, ils ne les connaissent guère puisqu’ils n’apparaissent pas dans les médias: les communautés tranquilles font rarement les gros titres. En revanche, de l’islam, les Suisses connaissent ce qu’ils lisent et entendent, jour après jour, comme un cauchemar obsessionnel, dans les médias: des attentats aveugles, des femmes et des enfants massacrés au nom d’une lecture particulière de la religion, que ce soit en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde, aux Philippines, entre autres. Ils entendent aussi parler de ces femmes bafouées dans leur dignité, de procès barbares qui finissent en lapidation, têtes ou mains coupées.

Lundi sur France-Inter, Tahar Ben Jelloun disait que cela n’est pas l’islam, que l’islam vrai est dans les textes. On veut bien le croire, mais les gens ne vivent pas dans les textes, et ce qu’ils voient et entendent est terriblement plus réel que les textes. Accordons à l’écrivain que le terrorisme, le djihad et la burqa n’ont pas leur source dans les textes; mais qu’est-ce que cela change? C’est toujours au nom de la religion qu’agissent les porteurs de bombes, quoi que disent les textes, et personne ne peut reprocher aux Suisses, ni à qui que ce soit, d’en ressentir de la peur.

On nous dira: très bien, mais les attentats, le djihad, ce n’est pas ici. Certes, mais les Suisses ne sont pas nés de la dernière pluie. Même si l’islam suisse est paisible, ils savent que les mouvements radicaux recrutent à tour de bras, et avec succès, dans les pays européens, embrigadant de jeunes hommes qui ont grandi dans des familles sans histoires et pas particulièrement rigides en matière religieuse. Il se trouve, c’est un fait, que les islamistes voient, dans la jeunesse musulmane européenne, un terreau favorable, pour toutes sortes de raisons d’ailleurs (manque de repères et de perspectives, désir d’engagement et de discipline, exaltation religieuse, bourrage de crâne, désoeuvrement, etc.).

Voilà pourquoi on ne peut pas évacuer les craintes liées à l’islamisme radical, des craintes qui seraient sans doute un peu apaisées si les musulmans modérés rejetaient clairement les dérives violentes et condamnaient les attentats. Hélas, le silence des associations et des recteurs est assourdissant, et nourrit la méfiance.
 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 30 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org