Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

Mauvais coup porté par le Premier ministre israélien au travail palestinien dans les Territoires
29/11/2009

« Selon un rapport de la Knesset sur l’impôt […] il y aurait en Judée - Samarie 18 000 ouvriers palestiniens travaillant en toute légalité, plus 15 000 y travaillant sans autorisation. A noter que tous ne travaillent pas dans la construction. Quoi qu’il en soit, la décision de geler les constructions dans les territoires entraîne donc le licenciement de plusieurs milliers de Palestiniens. […] Il y a [gros] à parier que, dans quelques semaines, une ONG bien pensante aura à coeur de nous pondre un rapport sur la détérioration du niveau de vie des Palestiniens dans les territoires ! Ceci sera, bien entendu, attribué - une fois n’est pas coutume - aux méchants sionistes qui empêchent les gentils Palestiniens de travailler en toute liberté… » - Ce constat ironique de David Goldstein [*] m’a inspiré le "hoax" suivant. Attention, toute ressemblance éventuelle avec des événements actuels et des personnes réelles n’est que pure coïncidence. (Menahem Macina).

[*] Sur Facebook : "Le gel des constructions dans les territoires : encore un sale coup des Israéliens !".

 

29/11/09

 

On peut être un inconditionnel de la cause sioniste, comme c’est mon cas, voire un Netanyahoulâtre (ce que je ne suis pas) et être contraint, par respect pour la vérité, de reconnaître et de dénoncer la mauvaise action que vient de commettre le Premier ministre israélien. Je veux parler, bien entendu, de l’annonce (officielle) d’un gel de la construction dans les territoires palestiniens, dits "occupés", et spécialement en Cisjordanie.

Si vous n’aviez pas connaissance de la vérité dans cette affaire, je vous la dois. En réalité, cette apparente concession - largement et volontairement médiatisée - consentie par le leader de la droite israélienne, n’est qu’une ruse mortelle. Son but est de porter un coup décisif aux revenus des travailleurs palestiniens, dont on sait qu’un grand nombre sont employés à la construction de bâtiments et d’habitations pour les Israéliens dans les implantations (pardon, les "colonies") – D’où leur virtuosité dans l’art subtil de l’aplatissement du corps humain par bulldozer interposé.  

M. Netanyahu, le cerveau de ce complot machiavélique, avec la complicité de ses acolytes au gouvernement, compte bien que les assiettes vides et les ventres creux dans les familles palestiniennes obtiendront ce à quoi des années de négociation usantes et vaines n’ont pas permis de parvenir, à savoir : une Intifada prolétarienne dont la cible, cette fois, ne sera plus le gouvernement israélien, mais l’Autorité palestinienne et la future république islamique de Gaza.

La police israélienne a déjà mis la main sur des calicots et des affiches de protestation accusant les dirigeants palestiniens d’avoir poussé le président arabo-américain, Hussein Obama, à exaspérer les Israéliens en exigeant d’eux qu’ils renoncent à toute construction en Judée et en Samarie. Une première enquête auprès des suspects arrêtés, dans le cadre de l’opération "plomb dans la tête" (gardée secrète jusqu’à ce jour) a révélé que ces agitateurs avaient été soudoyés par le Shin Bet et s’apprêtaient à faire exploser leurs ceintures de boules puantes, à tirer des coups de pistolet à peinture, et à jeter leurs grenades à poil à gratter sur les forces de l’ordre palestinienne en criant, en langage codé: « Nous sommes à bout [lire : Abou]. A bas [lire : Abbas] Mazen ! ».

Une délégation de ces travailleurs palestiniens réduits au chômage s’est rendue auprès des dirigeants les plus irréductibles des implantations de Yesha (Yehuda weShomron, acronyme judaïque de la "Cisjordanie historique"), pour leur proposer de joindre leurs forces insurrectionnelles.

Devant l’extrême gravité de la situation, le Conseil de Sécurité, saisi par le héros de la lutte pour les droits de l’homme (arabe), le colonel Kadhafi, va se réunir incessamment sous peu pour voter des sanctions dissuasives à l’encontre de cette nouvelle agression sioniste, doublée d’une récupération intolérable du désespoir légitime des travailleurs palestiniens, dans le but évident de provoquer une guerre fratricide, dont le Shin Bet compte bien qu’elle mettra un terme à l’harmonie pacifique et à la fraternité indéfectible qui – le monde en est témoin - régnaient jusque-là entre les deux partis frères : le Hamas et le Fatah.

Nous invitons tous les amis de la paix eurabienne à collecter, de manière préemptive, des signatures pour soutenir le comité qui ne manquera pas de se constituer, et pour lequel je propose l’appellation (un peu complexe j’en conviens, mais on comprendra bientôt pourquoi) de :

« Rassemblement international pour le soutien aux efforts conjoints des Palestiniens et Israéliens pour la défense du pain quotidien que procure Israël aux citoyens du futur Etat censé vouloir vivre en paix avec l’Etat pas si juif qu’il en a l’air »

Ou son acronyme : R.I.S.E.C.P.I.D.P.Q.Q.P.I.C.F.E.C.V.V.E.P.A.E.P.S.J.Q.I.E.A.L.A.

Vous me direz que tant le nom que l’acronyme de cette organisation sont impossibles à mémoriser.

Justement, c’est le but.

Ainsi, on oubliera bien vite cette rocambolesque affaire, et jusqu’à l’initiative inoubliable qui a donné lieu à cette organisation introuvable.

 

Menahem Macina

pour le R.I.S.E.C.P.I.D.P.I.P.D.P.Q.Q.P.I.C.F.E.C.V.V.E.P.A.S.J.Q.I.A.L.A.

  

© upjf.org

 

Mis en ligne le 29 novembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org