Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Un universitaire ukrainien: Israël a fait venir 25 000 enfants pour récolter leurs organes
04/12/2009

Après celle du tabloïde suédois "Aftonbaladet", une nouvelle accusation de meurtres israéliens au fin de vol d’organes souille la campagne présidentielle ukrainienne. J’ai mis en rouge le pire. (Menahem Macina).

04/12/2009

 


Le Premier ministre d’Ukraine, Yulia Tymoshenko. (Photo AP)


Texte original anglais : "Ukraine academic: Israel imported 25,000 kids for their organs".


Traduction française : Menahem Macina pour upjf.org


Couverture du journal antisémite nazi "Der Stürmer" représentant un prétendu crime rituel

Des récits figurant sur plusieurs sites Web ukrainiens prétendent que, ces deux dernières années, Israël a fait venir dans le pays quelque 25 000 enfants ukrainiens dans le but de récupérer leurs organes.

L’affirmation, émise par un professeur de philosophie et écrivain ukrainien, lors d’une conférence prétendument académique qui a eu lieu à Kiev, il y a cinq jours, est la plus récente expression d’une vague d’antisémitisme dans le pays. Elle se produit quelques mois après qu’un tabloïde suédois ait publié un article prétendant que des soldats de Tsahal avaient tué des civils palestiniens pour s’emparer de leurs organes.

Les Juifs, Israël et l’antisémitisme sont devenus les thèmes majeurs de la campagne pour les élections présidentielles en Ukraine, à l’occasion de laquelle certaines personnalités font des déclarations antisémites et d’autres les condamnent. Certains candidats, y compris un Juif et quelqu’un dont ses rivaux affirment qu’il est Juif, accusent un troisième rival – le Premier ministre, Yulia Tymoshenko – d’introduire de l’antisémitisme dans la course à la présidence.

« Le système politique ukrainien est une parodie de démocratie », affirme le Grand Rabbin Berel Lazar.

Vyacheslav Gudin a fait aux trois cents participants de la Conférence de Kiev le récit détaillé de la recherche infructueuse d’un Ukrainien sur le sort de quinze enfants qui avaient été adoptés en Israël. Les enfants, a affirmé Gudin, ont, de toute évidence, été récupérés par des centres médicaux, dans lesquels [leurs organes] ont servi de "pièces de rechange". Selon Gudin, il est essentiel que tous les Ukrainiens soient mis au courant du génocide qu’Israël est en train de perpétrer.

Au programme de la conférence, dont certains participants appartenaient au mouvement des droits slaves, figuraient également deux professeurs qui faisaient la promotion d’un livre accusant les "Sionistes" d’être responsables de la famine de 1930 ainsi que de l’état [déplorable] actuel du pays.

Beaucoup de sites Web ukrainiens ont reproduit les discours sans les mettre en contexte. En réponse à une demande de la Communauté juive du pays, la police ukrainienne enquête sur l’un des sites Web - du nom de ZUBR -, qui ont répercuté les discours.

Entre temps, des Ukrainiens ont manifesté mardi devant l’Ambassade d’Israël à Kiev pour protester contre une lettre signée par 26 membres de l’Assemblée condamnant ce qu’ils décrivaient comme des remarques antisémites émises par le candidat à la présidence, Sergey Ratusshniak. Les manifestants scandaient : « L’Ukraine n’est pas la bande de Gaza », pour signifier qu’ils considéraient que ces députés essayaient de prendre le contrôle de leur pays.

La lettre envoyée le mois dernier aux dirigeants ukrainiens exprimait la crainte qu’une « nouvelle vague d’antisémitisme en Ukraine ait atteint son paroxysme avec l’habilitation de Ratushnyak, l’actuel maire de Uzhgorod, à être candidat à la présidence ». Au cours de sa campagne pour la direction de la mairie, Ratushnyak avait imputé la responsabilité de l’Holocauste aux Juifs, affirmant qu’ils avaient volé des biens allemands, et mettant en garde contre le danger que la même chose se produise en Ukraine.

Malgré le fait que les manifestants ne se présentaient pas comme des partisans de Ratushnyak, des photographies de la manifestation ont été mises en ligne sur le site Web du candidat peu de temps après la manifestation.

 

Lily Galili

 

© Haaretz

 

Mis en ligne le 4 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org