Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

Réflexions sur Israël, les Palestiniens, l’islamisation et autres problèmes, A. Soued
07/12/2009

« Pot-pourri politique sans périodicité ni priorité. » (A. Soued)

07/12/09


Source : www.nuitdorient.com n° 6, 7 décembre 2009.


Facéties palestiniennes

- Après avoir annoncé successivement et à haute voix la création unilatérale d’un état en 2011, la tenue d’élections générales le 24/01/10, après avoir menacé de démissionner, Mahmoud Abbas est revenu sur ses déclarations en les annulant. Décidément, au lieu de commencer à construire un état, l’Autorité Palestinienne (AP) s’est mise délibérément dans une impasse. Après avoir compté de 1947 à 1979 sur les armées des états arabes pour se débarrasser des Juifs en Palestine, après avoir mené des actions de terreur, suivies de tirs de roquettes et de mortiers sur des civils israéliens de 1979 à 2009, l’AP adopte aujourd’hui de nouvelles méthodes pour rendre illégitime Israël et le détruire, au lieu de négocier avec lui. La résistance passive à la Gandhi n’étant pas adaptée à la mentalité locale, l’AP fait appel à l’antisionisme et à l’antisémitisme au niveau mondial, en faisant revivre de vieux poncifs de complot juif ou en diffusant de nouveaux mythes sur divers sujets et des rumeurs infondées. L’AP fait appel à toutes les organisations internationales dominées par une majorité pro-islamique et aux Ong bienveillantes pour condamner Israël dans diverses instances ou faire modifier des résolutions internationales en sa faveur (cf ONU 242).

- En Cisjordanie, les abus de pouvoir ainsi que le meurtre, le viol et la torture sont monnaie courante, selon des témoignages rapportés par le Daily Mail. Le Fatah n’est pas en reste par rapport au Hamas sur ce sujet, alors qu’il se plaint auprès des instances de l’Onu d’excès de Tsahal (rapport Goldstone), en fait fictifs et calomnieux.

Pourtant, malgré diverses atrocités constatées et sans que personne ne s’en plaigne, en 9 mois, le Fatah a reçu de l’Union Européenne 268 millions d’Euros et des Etats-Unis 200 millions $.

- L’Autorité palestinienne se plaint auprès de l’Onu de détournement d’eau par Israël. Or les chiffres sont têtus. Alors qu’en 1967, la consommation d’eau d’Israël était de 508 m3/pers, elle est tombée à 140 aujourd’hui. Les chiffres palestiniens sont de 86 en 1967 et de 105 en 2008. De plus, pour des raisons politiques, l’AP refuse la fourniture d’eau désalinisée par Israël. Par ailleurs, faute de construction, par l’AP, d’unités de traitement des eaux usées et résiduaires, les nappes phréatiques du pays sont aujourd’hui polluées.

- Le Hamas se plaint auprès de l’UE, de l’Onu et des ONG, du blocus israélien. Or, voici ce qu’en pense le nouvel ambassadeur de France, Christophe Bigot:

« Le blocus est à mettre entre guillemets. Car, après tout, des produits entrent à Gaza, soit par les tunnels, soit par Israël, en convois de camions. Tant que Gilad Shalit n’est pas libéré, Israël ne peut pas envisager une réouverture de Gaza. J’ai du mal à croire que des soldats israéliens aient tué délibérément des civils palestiniens. Nous savons tous comment l’armée israélienne opère à Gaza. Nous savons bien que ce n’est pas le cas ».

Sans parler de la longue façade maritime qui permet au Hamas d’introduire par mer toutes sortes de produits dont des armes.


Israël

Technologie militaire

Les matériels élaborés par l’industrie d’armement israélienne sauvent la vie de soldats américains sur les fronts d’Irak et d’Afghanistan. Limitons-nous à citer 3 armes:

·         Les tuiles de blindage de "Rafael Advanced Defense Systems", qui protégent les chars et les véhicules blindés contre les explosifs improvisés et les missiles à grenades ;

·         le système de navigation "Litening", également de Rafael, qui équipe pratiquement tous les avions américains de combat,

·         le drone Hunter.


Opinions


Brain Base ([en hébreu] Maagar Mohot [base de données d’inventions]) a procédé à un sondage en octobre qui montre que:

- 80% contre 10% [de personnes sondées] considèrent qu’il est naïf d’envisager une paix durable après un nouveau retrait territorial jusqu’aux lignes d’armistice de 1949

- 50% contre 29% pensent qu’Israël n’a pas de partenaire sérieux et fiable pour négocier une paix.

- 38% contre 29% s’opposent au stationnement de troupes étrangères arabes en Cisjordanie et à Gaza pour appliquer un éventuel accord.

- 45% contre 23% s’opposent à la création unilatérale d’un état palestinien.

Dialog Institute publie un sondage dans Haaretz:

- 57% sont d’accord avec Mofaz pour discuter avec le Hamas, s’il accepte la Feuille de Route du Quartet (72% de Kadima et 53% du Likoud).

- A la question : Quel est le Premier ministre le plus adapté à la situation ? - Netanyahou: 43%; Livni: 27%; Lieberman: 10%; Barak: 5%.

- A la question : qui est responsable de l’absence de négociations ? – Abbas : 50% ; Netanyahou: 15%; les deux : 27%.

- si des élections avaient lieu aujourd’hui, le Likoud obtiendrait 33 sièges (+6) Kadima 29 sièges (+1) et Avoda 6 sièges (- 7).


Islamisation

- Les minarets édifiés dans les zones arabes diffusent les appels à la prière et, à l’occasion, des sermons enflammés.

- Le plus grand lycée arabe, réputé pour ses laboratoires de physique et de chimie a été infiltré, lui aussi, par le Mouvement Islamique. Celui-ci prône une plus grande dévotion à la religion et l’éloignement du mode de vie israélien, avec une aide socio-économique financée par l’étranger, à l’appui de ses thèses.

- La branche nord (Oum al Fahm) de ce mouvement préconise la radicalisation de la communauté musulmane et le boycott des élections.

- Son chef, Sheikh Raa’d Salah, appelle à « libérer la mosquée de al Aqsa par le sang et le feu ».

- Selon le professeur de sciences politiques de l’Université Hébraïque, Yitshaq Reiter, Salah, de plus en plus écouté, cherche à relier la Communauté musulmane d’Israël à l’islam international, dans la perspective d’une restauration du califat, avec Jérusalem pour capitale.


Universités

Sous prétexte de liberté d’expression, frustrés dans l’isolement universitaire où ils se sont mis par rapport à la société civile, qui évolue plus vite que leur pensée, de nombreux professeurs tiennent, devant leurs jeunes étudiants, un discours qui sape les bases de l’Etat. Qu’ils agissent ainsi par conviction personnelle, par extrémisme intellectuel, ou par perversion, ou le plus souvent pour se faire remarquer (et se faire de l’argent à l’étranger), faute de mieux, ces professeurs devraient plutôt se recycler afin de réapprendre le sens civique, la décence, la responsabilité et surtout la modestie.

Les excès - tels que les pétitions pour encourager la désertion, les appels au boycott de leur propre patrie, les appels à l’Europe pour intervenir et sauver « les pauvres Palestiniens » d’un « génocide » (comme s’il manquaient de protecteurs dans le monde…), et les invectives émotionnelles et hystériques publiques contre leurs propres concitoyens -devraient être sanctionnés par des réprimandes et des exclusions, en cas de récidive.

Selon un récent rapport publié par Haaretz, les étudiants de l’Université de Tel Aviv se sont plaints amèrement du langage anti-israélien de certains de leurs professeurs, mais ils ne peuvent exprimer leur opinion de peur d’être "saqués". Dans ce rapport, le Professeur Nita Hativa, du Centre pour l’Avancement de l’Enseignement, de cette université, écrit:

« Les étudiants se plaignent de leurs professeurs pour leurs attaques contre l’Etat, Tsahal, le mouvement sioniste et, pire, à tout bout de champ, et sans relation avec le sujet traité… ».

L’utilisation d’une chaire universitaire comme tribune politique devrait être interdite.

 

Implantations et Jérusalem


- Lors de sa récente visite en Egypte, Shimon Pérès a expliqué à M. Moubarak qu’on a eu tort de se focaliser sur la question des implantations, car, une fois les négociations entamées, on aurait pu trouver une solution satisfaisante pour les parties en ce qui concerne les frontières, en partant de la résolution 242 de l’ONU et de la "Feuille de route". En ce qui concerne Jérusalem, Pérès a précisé que cette ville était sous souveraineté israélienne et que tout changement de statut devait être approuvé par la Knesset. Il a ajouté qu’Israël maintenait le statu quo sur le Mont du Temple et qu’il n’avait aucune intention d’y construire.

« Nous respectons les musulmans et je regrette les rumeurs infondées fréquentes et les mensonges. On devrait éviter les crises préfabriquées […] Nous attendons aussi que les musulmans respectent les Juifs et protègent les synagogues et les églises dans leurs territoires, de la même manière que nous le faisons à leur égard » (la réciprocité).

- Selon le Bureau israélien du Droit Constitutionnel, les implantations en Cisjordanie ne sont pas "illégales" au regard de la loi internationale. Ce Bureau a expliqué à Mme Clinton qu’il existe une Convention anglo-américaine - traité signé par les parties en 1924 - qui stipule que les Etats-Unis acceptent totalement le mandat britannique en Palestine et, de ce fait, la Cisjordanie y était incluse. Le Mandat a expiré en 1948. Mais pas le traité anglo-américain qui, conformément à la loi internationale, se poursuit "ad infinitum". Le plan de partage onusien de 1947 n’était qu’un plan, et l’ONU n’a aucune autorité pour créer des Etats ou modifier des frontières.

En 1967, Israël a choisi une présence militaire en Cisjordanie, ce qui a donné à sa présence un parfum d’occupation; or, selon la Convention de 1924, la présence juive, autant qu’arabe, en Cisjordanie est tout à fait légale.


Etats-Unis

Dans une interview réalisée par Barbara Walters, dans sa fameuse émission "Good Morning America", la colistière du candidat John Mac Cain à la présidence des Etats-Unis, lors des élections de novembre 2008, l’ex-gouverneur de l’Alaska, Sarah Palin, a déclaré, au grand dam de l’association pseudo juive JStreet, qui a condamné ses propos :

« Quant au gel des implantations, je suis en désaccord avec l’administration Obama. Je pense qu’il faut laisser s’étendre les implantations juives car la population croît et de plus en plus de Juifs vont émigrer dans les semaines et mois à venir. L’administration américaine n’a pas le droit d’imposer à Israël le gel de l’expansion de ses implantations. »

Selon Michel Gurfinkiel, les propos de Sarah Palin avaient pour but de mobiliser l’électorat évangélique. Il ne faut pas oublier non plus que [à l’époque des élections à la Présidence] son bureau de gouverneur de l’Alaska, s’ornait d’un drapeau israélien.


© Albert Soued


[Article aimablement signalé par L. Minnaert.]

 

Mis en ligne le 7 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org