Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Jihad et haine des Juifs, retour sur le Mufti de Jérusalem
05/12/2009

05/12/09

Repris du Blogue Philosémitisme

"Arabes, levez-vous comme des hommes et combattez pour vos droits sacrés. Tuez les Juifs partout où vous les trouvez. Cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sauve votre honneur. Dieu est avec vous." (Haj Amin al-Husseini, "Grand Mufti" de Jérusalem)

La chaîne Arte diffuse le mercredi, 9 décembre 2009 à 20:45, un documentaire allemand réalisé par Heinrich Billstein, "La croix gammée et le turban - La tentation nazie du Grand mufti".

Il est impossible de comprendre le conflit israélo-arabe si l’on ne se fie qu’à ce qu’en rapportent les journalistes, et si on ne connaît pas l’idéologie qui animait des hommes comme Haj Amin al-Husseini, Hassan al-Banna, Sayyid Qutb, Izz al-Din al-Qassam.

Extraits de la préface de P.-A. Taguieff à l’ouvrage de Matthias Küntzel, "Jihad et haine des Juifs", repris du site UPJF

"Des années 1920 aux années 1940, avant la création de l’État d’Israël, la haine des Arabes nationalistes contre les Juifs était d’autant plus grande qu’ils percevaient les Juifs de Palestine comme une population étrangère établie par les Britanniques [1]. La haine antijuive était attisée par le "Grand Mufti" de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, leader arabo-musulman ayant déclaré la guerre aux Juifs dès la fin des années 1920 et dont l’action a été décisive dans la formation du nationalisme palestinien, toutes tendances confondues [2]. Peu après la nomination d’al-Husseini comme mufti de Jérusalem, en 1921, paraissait la première traduction arabe des Protocoles des Sages de Sion, publication "antisioniste" qui aurait bénéficié de l’approbation et du soutien enthousiaste du nouveau mufti [3]. Organisateur de pogroms en août 1929 et dans les années 1936-1939, décidé à lancer le jihad contre les Juifs et admirateur d’Hitler, al-Husseini voyait dans l’alliance avec les nazis le seul moyen d’en finir avec l’emprise britannique et la présence juive au Proche-Orient. C’est pourquoi al-Husseini, que la plupart des Arabes de Palestine considéraient comme leur chef légitime, s’est mis au service de la propagande nazie, incitant les Arabes et plus largement les musulmans à s’engager du côté de l’Axe durant la Seconde Guerre mondiale. Après s’être installé à Berlin en novembre 1941, il s’est employé à donner l’exemple d’une collaboration arabo-musulmane active à la guerre nazie contre les Juifs [4]. Le "Grand Mufti" est ainsi intervenu personnellement dans la création par Himmler, en février 1943, de la division de Waffen-SS "Handschar", composée principalement de musulmans bosniaques [5]. Sur les photos d’époque, on le voit, faisant le salut nazi, passer en revue les troupes musulmanes bosniaques de la Waffen-SS, auxquelles avait été distribuée la brochure de propagande rédigée par ses soins, Islam und Judentum ("L’Islam et la juiverie") [6]. Ce qu’ont bien établi les nombreux et récents travaux historiographiques consacrés à l’itinéraire d’al-Husseini, c’est que le fondateur du nationalisme palestinien a joué un rôle non négligeable dans la réalisation de la "Solution finale" [7].

En janvier 1944, al-Husseini fit une visite de trois jours en Bosnie pour galvaniser les combattants musulmans de la division de Waffen-SS "Handschar". Il fit à cette occasion un discours dont il reprit les éléments le 21 janvier 1944, au cours de son émission retransmise par les radios nazies. Le mufti pro-nazi, réaffirmant que la "juiverie mondiale" était le "principal ennemi de l’islam", y pointa et célébra une fois de plus les convergences de vues et les intérêts communs entre "les musulmans" et les nazis :

"Le Reich mène le combat contre les mêmes ennemis, ceux qui ont spolié les musulmans de leurs pays et anéanti leur foi religieuse en Asie, en Afrique et en Europe. L’Allemagne est la seule grande puissance qui n’a jamais attaqué un pays musulman. L’Allemagne national-socialiste lutte contre la juiverie mondiale. Comme dit le Coran : “Tu apprendras que les Juifs sont les pires ennemis des musulmans.” Les principes de l’islam et ceux du nazisme présentent de remarquables ressemblances, en particulier dans l’affirmation de la valeur du combat et de la fraternité d’armes, dans la prééminence du rôle du chef, dans l’idéal de l’ordre. Voilà ce qui rapproche étroitement nos visions du monde et facilite la coopération. Je suis heureux de voir, dans cette division [de Waffen-SS composée de musulmans], l’expression visible et la mise en pratique de nos deux visions du monde. [8]"

Le 1er mars 1944, dans son émission retransmise par la radio nazie de Berlin, al-Husseini, désireux d’étendre au Moyen-Orient les exterminations de masse conduites par les nazis, incitait les Arabes au meurtre des Juifs au nom d’Allah :

"Arabes, levez-vous comme des hommes et combattez pour vos droits sacrés. Tuez les Juifs partout où vous les trouvez. Cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sauve votre honneur. Dieu est avec vous. [9]"

Quelques mois plus tard, dans une lettre datée du 3 octobre 1944 adressée à Himmler, qu’il assurait de sa "plus haute estime", al-Husseini proposait au Reichsführer SS de mettre à sa disposition une légion de volontaires arabes et musulmans pour combattre à la fois les Britanniques et les Juifs [10]. L’une des principales conséquences de cette politique d’alliance entre le nazisme et le monde arabo-musulman aura été la "convergence de l’antisémitisme et de l’antisionisme dans le régime nazi" durant la Seconde Guerre mondiale [11]."

[1] Voir Lukasz Hirszowicz, The Third Reich and the Arab East, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1966.
[2] Voir Zvi Elpeleg, The Grand Mufti : Haj Amin al-Hussaini, Founder of the Palestinian National Movement, op. cit.
[3] Kenneth R. Timmerman, Preachers of Hate : Islam and the War on America [2003], New York, Three Rivers Press, 2004, p. 101 ; David G. Dalin and John F. Rothmann, Icon of Evil : Hitler’s Mufti and the Rise of Radical Islam, New York, Random House, 2008, p. 111.
[4] Maurice [Moshe] Pearlman, Mufti of Jerusalem : The Story of Haj Amin el Husseini, Londres, Victor Gollancz, 1947, pp. 41-74 ; Lukasz Hirszowicz, The Third Reich and the Arab East, op. cit., pp. 262-263, 312-313 ; David G. Dalin and John F. Rothmann, Icon of Evil, op. cit., pp. 39-78.
[5] Voir George Lepre, Himmler’s Bosnian Division : The Waffen-SS Handschar Division 1943-1945, Atgen, PA, Schiffer Publishing, 1997 ; Amandine Rochas, La Handschar. Histoire d’une division de Waffen-SS bosniaque, préface de Jean-William Dereymez, Paris, L’Harmattan, 2007. [6] Voir Yossef Bodansky, Islamic Anti-Semitism as a Political Instrument, Houston, TX, Ariel Center for Policy Research, 1999, p. 30 ; George Michael, The Enemy of my Enemy : The Alarming Convergence of Militant Islam and the Extreme Right, Lawrence, KS, University Press of Kansas, 2006, p. 117.
[7] Joseph B. Schechtman, The Mufti and the Fuehrer, op. cit., pp. 152-166 ; Yehuda Bauer, Repenser l’Holocauste [2001], tr. fr. Geneviève Brzustowski, postface d’Annette Wieviorka, Paris, Éditions Autrement, 2002, p. 219.
[8] Haj Amin al-Husseini, 21 janvier 1944 ; cité par Maurice Pearlman, Mufti of Jerusalem, op. cit., p. 64. Voir aussi Richard Bonney, Jihad : From Qur’an to Bin Laden, op. cit., pp. 275-276 ; David G. Dalin and John F. Rothmann, Icon of Evil, op. cit., pp. 57-58.
[9] Haj Amin al-Husseini, 1er mars 1944, cité par Maurice Pearlman, Mufti of Jerusalem, op. cit., p. 51. Voir aussi Zvi Elpeleg, The Grand Mufti, op. cit., p. 179 ; Joseph B. Schechtman, The Mufti and the Fuehrer, op. cit., pp. 150-151.
[10] Lettre d’al-Husseini intégralement traduite in Joseph B. Schechtman, The Mufti and the Fuehrer, op. cit., p. 309. Voir aussi Jeffrey Herf, The Jewish Enemy : Nazi Propaganda during World War II and the Holocaust, Cambridge, MA, et Londres, The Belknap Press of Harvard University Press, 2006, pp. 243-244.
[11] Voir Jeffrey Herf, "Convergence : The Classic Case. Nazi Germany, Anti-Semitism and Anti-Zionism during World War II", The Journal of Israeli History, 25 (1), mars 2006, [pp. 63-83], pp. 66-79.


Sur le Mufti et ses disciples :

- Entretien avec un Vampire …, par Richard Zrehen (Rencontre entre le Mufti de Jérusalem et Adof Hitler - compte-rendu de l’entretien)
-
La sombre histoire de l’hôtel Shepherd, par Lenny Ben-David
-
Abdel Aziz Rantisi: "la question n’est pas ce que les Allemands avaient fait aux Juifs, mais ce que les Juifs avaient fait aux Allemands"
-
Pas de progrès possible tant que vivra l’hydre du Hamas, Amir Taheri
-
National Socialism and Anti-Semitism in the Arab World, Matthias Küntzel, JCPA
-
Maryland historian links roots of radical Islam with Nazi propaganda Elimination of the Jewish National Home in Palestine: The Einsatzkommando of the Panzer Army Africa, 1942, Klaus-Michael Mallmann and Martin Cüppers, Yad Vashem
-
Jeffrey Herf: The Jewish Enemy: Nazi Propaganda during World War II and the Holocaust, review by Karl Pfeifer, Engage
-
The Mufti and the Holocaust, John Rosenthal on Der Mufti von Jerusalem und die Nationalsozialisten by Klaus Gensicke, Policy Review (The Hoover Institution)
-
Middle East Anti-Semitism, by Dr Denis MacEoin, A Liberal Defence of Israel blog
-
Hitler’s Jihadis : Muslim Volunteers of the SS, by Jonathan Trigg
-
Multiculturalisme à Berlin: cachez-moi ce Grand Mufti allié d’Hitler
-
Livre: Croissant fertile et croix gammée, Le IIIe Reich, les Arabes et la Palestine
 
---------------------------
 
A quoi je me permets d’ajouter :

Deux livres à ne pas manquer :

          Et sur le Web

          Consulter également le site Aval31, qui contient de nombreux documents et photos sur ce thème.

          ---------------------------

           

          Mis en ligne le 5 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org