Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam
Expansion/exigences islamistes

Rioufol et les minarets
04/12/2009

On attendait évidemment Rioufol sur ce coup-là. Et on n’a pas été déçus. Ci-après deux billets lapidaires, nullement triomphalistes, mais chirurgicaux. De la belle besogne, comme d’habitude. (Menahem Macina).

04/12/09


1. Quand des laïques capitulent devant l’islam, Ivan Rioufol

Sur le Blogue de l’auteur, dans Le Figaro, 2 décembre 2009


Le vote suisse contre les minarets, victoire initiée par le jeune député conservateur, Oskar Freysinger, a comme premier mérite de mettre au jour l’assujettissement de responsables prétendument laïques, devenus les efficaces porte-parole d’un islam prosélyte. Alors que le minaret ne représente pas une « exigence religieuse, cultuelle ou architecturale », comme le rappelle l’écrivain Ghaleb Benchiek, de nombreux hommes politiques et commentateurs se précipitent depuis dimanche pour dénoncer, comme Jean-François Copé, qui s’accroche à un politiquement correct qu’il dit rejeter, « un message de stigmatisation d’une pratique religieuse ». L’islam aurait-il besoin de signes extérieurs toujours plus visibles pour exister ?

Ce référendum a une seconde vertu, qui est de montrer à quel point les peuples sont en discordance avec leurs représentants à propos de la place qui doit être accordée à l’islam. A l’évidence, les reculades des gouvernements face aux exigences de l’islam politique (voile islamique, burqa, mariage forcé, polygamie, refus de la mixité, horaires réservés, etc.) sont devenues insupportables pour nombre d’Européens soucieux de préserver leur culture et leur mode de vie. Il est frappant de constater, en France, l’enthousiasme collectif qui a accueilli, sur Internet et ses forums pris d’assaut, la votation suisse [*]. Le désaveu des élites y est total.

J’observe d’ailleurs, ce mercredi, un radoucissement des critiques de maîtres censeurs qui ne peuvent que constater leur isolement et la lourde ambiguïté de leur défense d’une religion qui n’est pourtant pas attaquée (ce qui n’est pas le cas du christianisme en terres musulmanes, mais passons). Mardi soir, Nicolas Sarkozy a coupé court, avec justesse, à ce concert d’indignations en estimant que le vote était « l’illustration que les gens [....] ne veulent pas que leur pays change, qu’il soit dénaturé. Ils veulent garder leur identité », sans que cela signifie, « qu’ils sont hostiles à la pratique de l’islam ».

On ne saurait mieux dire.


© Ivan Rioufol

 

[*] Voir : "Tsunami anti-minarets en Europe : les sondages en ligne se suivent et se ressemblent". (Note d’upjf.org)


---------------------


Pourquoi j’approuve le référendum suisse, Ivan Rioufol


Sur le
Blogue de l’auteur dans Le Figaro, 30 novembre 2009


Où est l’intolérance? Chez les Suisses, comme l’a déclaré Bernard Kouchner ce lundi matin (RTL) en critiquant leur vote contre les minarets (à 57,5%), ou chez le ministre des Affaires étrangères, refusant d’accepter la règle démocratique ? Le mépris qui s’exprime contre le résultat du référendum - qualifié de honteux, populiste, raciste, extrémiste, etc. - donne une idée du divorce entre les élites politiques et médiatiques et les gens. On pense à Berthold Brecht : le peuple est contre les gouvernements ? Il faut dissoudre le peuple. Invité à débattre ce matin sur Europe 1 (entre 13h10 et 13h20), j’ai pu constater que la station ne pouvait diffuser, faute de contradicteurs, que des commentaires d’auditeurs approuvant le vote. Une semblable consultation, en France, donnerait probablement des résultats similaires tant l’exaspération contre le politiquement correct semble être devenu un dénominateur commun, partout en Europe.

Cette "votation" serait celle de la peur, entend-on parmi les phrases toutes faites. J’y vois plutôt un acte de courage. Ceux qui dénoncent un peuple pusillanime sont ceux qui, depuis ce matin, tremblent comme des feuilles devant les possibles réactions du monde musulman. Les Suisses ont décidé de passer outre aux intimidations de l’ombrageux islam politique et ils ont bien fait. Ils estiment que l’islam, dont ils ne contestent pas la présence dans leur pays, n’a pas besoin de signes extérieurs ostensibles pour exister. Personnellement, je leur donne raison. La visibilité recherchée par les minarets est devenue du même ordre que celle voulue par les voiles islamiques ou les burqas. Les citoyens ont refusé l’emprise de l’islamisme. Ils parlent au nom de nombreux européens, et leurs dirigeants paniqués l’ont compris.

Dominique Paillé comme Xavier Bertrand ont déclaré, pour l’UMP, ne pas être sûrs de la nécessité de minarets en France. Cet éveil est un premier pas. Dans ce débat qui s’ouvre, je conseille pour ma part d’écouter l’intellectuel musulman, Abdelwahad Meddeb. Dans la revue Le Débat (mai-août 2008) il déclarait, critiquant les minarets « empruntant la forme conquérante d’une érection phallique: Il nous faut "inventer" des mosquées européennes [...] Concevons une mosquée de l’islam "intérieur" qui doit être celui de l’Europe ». Pour lui, c’est à l’islam de "s’adapter" à l’Europe, à sa culture et à son héritage chrétien.

Les Suisses ne disent pas autre chose, en demandant à cette religion de respecter, dans ses édifices, l’identité du pays d’accueil. Où est le scandale, sinon chez ceux qui prétendent encore parler au nom du peuple ?


© Ivan Rioufol

 

Textes mis en ligne le 4 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org