Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde

Les minarets qui font le "buzz" à la télévision suisse, (Compte-rendu de Menahem Macina)
03/12/2009

« Belle claque à Cohn-Bendit et trois résultats de sondages sur le vote des minarets. » (Victor Perez). Outre le reportage du Blogue "Rebelles", que me signale Perez, j’ai ajouté quelques éléments extraits de l’émission "Infrarouge" de la Télévision suisse. Révélateur ! J’ai mis en rouge ce qui m’a amusé, ou... révulsé. (Menahem Macina).

03/12/09 

 

I. Cohn-Bendit crache son mépris du peuple et de la démocratie (Sur le Blogue Rebelles.Info)

En écoutant Cohn-Bendit je viens d’apprendre que Le Monde, Le Soir et Der Spiegel sont des journaux de droite. Cohn-Bendit, ou le parfait exemple du mépris et du mensonge de la nomenklatura envers les peuples européens. Combien de temps allons-nous supporter que ces sales types qui ont confisqué la démocratie dirigent nos vies ? Pour ces ploutocrates des temps modernes, la démocratie n’est acceptable que si elle légitime leurs idées sinon... on revote jusqu’à ce qu’on obtienne le résultat désiré. Simple non ?

 

 

[Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo]

 

[Transcription : Menahem Macina]

 

Cohn-Bendit : Ce que la Suisse, la majorité a fait, la plupart des peuples européens ne le comprennent pas (Il martèle) ne le comprennent pas…

Oskar Freysinger : (tandis que C.-B. parle en même temps que lui) Vous avez vu les sondages ? Vous avez vu les sondages qu’il y a eu aujourd’hui sur tous les sites Internet des grands journaux européens ? Partout, si le peuple pouvait décider, il voterait contre. Il voterait comme nous avons voté…

C.-B. (qui tente d’intervenir) : Inaudible

O.F.  : Il y a un grave problème entre les élites et la base de la population qui, dans l’Union européenne, ne peut pas s’exprimer,

C.-B. (qui parle en même temps) : C’est connu, c’est connu…

O.F.   Il n’y a que des gens comme vous qu’on entend.

C.-B. Oui, Monsieur, Oui…

[Cartoon incrusté dans la vidéo]

 

Présentatrice : Monsieur Cohn-Bendit, c’est vrai que, notamment sur le site du Figaro - alors, bien sûr, ce n’est qu’un sondage, je ne sais pas quelle est sa valeur scientifique – il est dit que, si les Français, par exemple, avaient à voter sur le même sujet, eh bien, une écrasante majorité dirait non aux minarets…

C.-B. (sur un ton perché) : Non, non, non, Madame, Madame, c’est le site des lecteurs du Figaro. [En arrière-plan on entend : « Le Monde aussi ! »] Les deux tiers du site des lecteurs du Figaro est [sic] rempli, est rempli par les électeurs du Front National. Arrêtez, arrêtez de dire n’importe quoi…

O.F.  (qui interrompt) : Tous les journaux européens, ils ont fait une trentaine de sondages de ce type : dans tous les cas, le résultat est le même…

C.-B. (qui coupe la parole à Freysinger en criant presque) : Mais non, c’est tous les journaux de droite, c’est tous les journaux de droite

O.F.  (qui poursuit) : Dites-vous bien que vous, les élites européennes, êtes déconnectés de la base de votre population…

C.-B. (qui interrompt avec insolence et ironie) : Mais oui, mon chéri, mais oui mon chéri… on est déconn…

O.F.  (qui continue son propos) : Vous leur avez enlevé les instruments pour démocratiquement s’opposer à vous…

C.-B. (qui continue son soliloque) : [Inaudible].

O.F. (qui poursuit malgré tout) …alors qu’en Suisse, le peuple a encore ses instruments et vous demande de respecter la volonté du peuple suisse. C’est tout.


 

[Résultats des sondages dans trois grands journaux européens (France, Belgique, Allemagne).]

 


II. Gros clash entre Freysinger et Cohn-Bendit sur la TSR (sur le site 20 Minutes Online - Suisse)

[Ci-dessous, le compte-rendu mis en ligne ]

 

Le député français Daniel Cohn-Bendit a eu un échange musclé face à Oskar Freysinger, mardi soir, dans l’émission «Infrarouge» sur la TSR.

 

Extrait (1er décembre 2009)

La tension était palpable, mardi soir, dans «Infrarouge», lors du débat faisant suite à l’acceptation par le peuple suisse de l’interdiction des minarets, et particulièrement entre Oskar Freysinger et Daniel Cohn-Bendit.

«La Suisse ne s’en sortira que si elle se remobilise, qu’elle refasse une votation dans un an, qu’il y ait un grand débat en Suisse et que la Suisse lave ce vote honteux»,

a déclaré le député français au Parlement européen.

«C’est [sic] les citoyens et les citoyennes suisses qui peuvent réparer ce truc [sic] et puis après on verra. Mais il faut arrêter d’être comme ça hypocrite ‘j’ai rien contre les musulmans, je veux juste les blesser, je veux juste leur foutre une gifle’. C’est comme les parents qui mettent des gifles à leurs enfants mais disent ‘j’adore les enfants’».

- «Oh oui, ça on sait que vous adorez les enfants, vous l’avez bien décrit dans votre livre»,

a lancé l’UDC valaisan en interrompant Daniel Cohn-Bendit.

Oskar Freysinger faisait allusion au livre «Le Grand Bazar», publié en 1975, dans lequel Daniel Cohn-Bendit évoquait son activité d’éducateur dans un jardin d’enfants allemand. Les propos tenus dans cet ouvrage ont fait polémique à plusieurs reprises, dont la dernière date de juin dernier, lorsque François Bayrou avait ressorti cette affaire dans un débat télévisé. Cohn-Bendit avait déclaré avoir «des remords d’avoir écrit tout cela», affirmant avoir «raconté ça par pure provocation, pour épater le bourgeois».


Daniel Cohn-Bendit: «Vous êtes tellement débile!»

Suite à l’attaque de Freysinger sur ce livre, le politicien français [en fait franco-allemand] lui a rétorqué:

«Ah je vous attendais, vous êtes tellement débile que vous tombez dans tous les pièges, mais oui, mon chéri, je vous embrasse

Oskar Freysinger est alors monté sur ses grands chevaux s’insurgeant des remarques du [Franco-Allemand] :

«Monsieur, prendre des leçons par un lanceur de pavés de votre sorte. Vous venez faire la leçon à un système démocratique à partir de votre passé, Monsieur. Mais moi je me cacherais de honte. Dany le rouge de honte, oui, voilà comment on devrait vous appeler».

Monsieur Cohn-Bendit a réagi en affirmant:

«Je ne sais pas qui, dans le monde d’aujourd’hui, devrait avoir honte. Monsieur Freysinger, je vous dis une chose : ce que la Suisse, la majorité, a fait, la plupart des peuples européens ne le comprennent pas».

Plus avant dans le débat, les deux politiciens se sont lancé à nouveau quelques piques musclées.

«Freysinger, Khadafi même combat, ça c’est bien», a déclaré Daniel Cohn-Bendit.

Ce a quoi l’UDC valaisan a rétorqué

«J’allais répondre : ’Cohn-Bendit, vil coït’! Mais c’est incroyable alors, le Cohn-Bendit il n’a pas changé depuis mai 68, il a une constance assez admirable».

ETC.

 

III. Minarets interdits : Le vote de la peur ?

 

[Intégralité de l’émission sur le site Infrarouge, de la TSR.]

 

La classe politique est sonnée après le oui à l’initiative demandant l’interdiction de construire des minarets. Personne, même pas les initiants, ne s’attendait à un tel résultat. Que signifie ce oui, alors que la Suisse vit pourtant sereinement avec sa communauté musulmane ? Quelles seront les conséquences de ce vote ? Est-ce la fin de la paix religieuse ? La Suisse va-t-elle être montrée du doigt à l’étranger ? Infrarouge ouvre le débat et vous donne la parole.

Pour en débattre, Infrarouge a invité:

Daniel Cohn-Bendit, député au Parlement européen, en duplex de Bruxelles.

Oskar Freysinger, conseiller national UDC, Valais, membre du comité d’initiative.

Ada Marra, conseillère nationale PS, [Canton de] Vaud.

Mouwafac El Rifaï, Imam du centre islamique de Lausanne.

Andreas Auer, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Zurich et directeur du Centre sur la démocratie directe.

Christine Renaudin, consultante et enseignante.

Stéphane Lathion, spécialiste de l’islam européen et coauteur de « Les minarets de la discorde », avec Patrick Haenni.

 

[Je recommande chaudement la lecture des commentaires des internautes, sur ce site.]

Menahem Macina


© upjf.org avec Rebelles.Info, 20 Minutes Online et TSR

 


Mis en ligne le 3 décembre 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org