Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Churchill avait compris la centralité de l’antisémitisme dans l’idéologie nazie
17/12/2009

"Churchill avait si bien perçu la centralité terrifiante de l’antisémitisme dans l’idéologie nazie, que Hitler renonça finalement à venir parler avec lui en 1932."

jeudi 17 décembre 2009

Sur le Blogue Philosémitisme

"La supériorité de Churchill ne tient pas, comme on a souvent tendance à le croire, à sa seule énergie, mais à son intelligence du phénomène hitlérien. Dès 1925, il avait lu Mein Kampf et avait été convaincu de tenir entre ses mains le nouveau « coran du fanatisme de la Guerre », porteur d’un message redoutable, quoique confus et verbeux.
 
D’emblée, la vraie raison de la haine de Hitler à l’égard des Juifs lui devint évidente : le Führer avait le culte de la force brutale, régénératrice à ses yeux. Pour lui, l’être humain n’était rien d’autre qu’un animal supérieur condamné à lutter à mort pour survivre. Les Juifs, incarnation par excellence des valeurs universelles, représentaient à ses yeux des agents de désintégration à éliminer d’urgence. Churchill avait si bien perçu la centralité terrifiante de l’antisémitisme dans l’idéologie nazie que Hitler renonça finalement à venir parler avec lui en 1932. Cet été-là, l’homme d’État britannique se trouvait en Allemagne afin de visiter les lieux où jadis s’était illustré son ancêtre, le duc de Marlborough, dont il préparait la biographie. Dès son arrivée, un envoyé officieux du Führer s’était manifesté avant de se volatiliser rapidement. « C’est ainsi qu’Hitler perdit son unique chance de me rencontrer », conclut superbement le mémorialiste.

La grande force de Churchill tenait aussi à son optimisme résolu. Jamais il n’envisagea le triomphe du national-socialisme, jamais il ne douta de la capacité de ses compatriotes à se reprendre face à un danger mortel. « Lorsque vous parlez de guerre, devait-il déclarer très crânement à Ribbentrop, ambassadeur du Reich à Londres en 1937, il ne vous faut pas sous-estimer l’Angleterre. C’est un curieux pays, dont peu d’étrangers parviennent à comprendre la mentalité. Qu’une grande cause s’offre à son peuple et vous verrez de combien d’actions inattendues seront capables ce même gouvernement et la nation britannique ! »"

Source: Le Figaro Littéraire - extraits d’un texte ("Winston Churchill, le guerrier visionnaire") d’Éric Roussel sur les « Mémoires de guerre, tome I (1919-1941)» de Winston Churchill, traduit, présenté et annoté par François Kersaudy. Editions Tallandier, 448 p, 29 €.

François Kersaudy : «Un héros de Kipling»
 

© 
Le Figaro Littéraire

 

Mis en ligne le 17 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org