Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Politique

Le Foreign Office ne permet pas à la Reine Elisabeth d’aller en Israël
11/12/2009

11/12/09

Article repris du Blogue Philosémitisme

Source: Melanie Phillips (An inconvenient truth)

J’ai traduit un extrait du discours prononcé à l’occasion du dîner annuel de l’Association Anglo-Israélienne par l’historien Andrew Roberts sur la politique du Foreign Office (Ministère des Affaires étrangères). Celui-ci interdit aux membres de la famille royale britannique de se rendre en Israël en voyage officiel. Andrew Roberts dénonce les agissements du Foreign Office à l’égard d’Israël - son discours est remarquable et mérite d’être lu en entier. (Il est possible d’en obtenir un traduction grâce à Google traduction).

"Un domaine de la politique dans lequel, traditionnellement, le Foreign Office exerce beaucoup d’influence est la question de la destination des visites royales. Ce n’est donc pas un hasard si, bien qu’au cours de son règne, Sa Majesté ait effectué plus de 250 visites officielles à l’étranger dans 129 pays différents, ni elle, ni aucun membre de la famille royale britannique, n’ont jamais été en visite officielle en Israël. De surcroît, malgré le fait que la mère du Prince Philip, la Princesse Alice de Grèce, qui a été reconnue comme "Juste parmi les Nations" pour avoir caché une famille juive dans sa maison d’Athènes pendant la Shoah, soit inhumée sur le Mont des Oliviers, le duc d’Edimbourg n’a reçu qu’en 1994 [la Princesse étant décédée en 1969] l’autorisation du Foreign Office d’aller se recueillir sur sa tombe, et ce seulement dans le cadre d’une visite privée.

Lorsque le Prince Edward fit un voyage en Israël, à titre privé, un attaché de presse du Palais a expliqué que "Les visites officielles sont organisées et décidées sur les conseils du Foreign and Commonwealth Office". Un porte-parole du Foreign Office a précisé qu’"Israël n’est pas le seul pays" à ne pas avoir reçu de visite royale officielle, car "beaucoup de pays n’ont pas reçu de visites officielles". Cela pourrait être vrai pour le Burkina Faso et le Tchad, mais le Foreign Office a réussi, au fil des ans, à envoyer la reine en visite d’Etat en Libye, en Iran, au Soudan, au Koweït, au Bahreïn, au Qatar, aux Émirats Arabes Unis, à Oman, en Arabie saoudite, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, en Jordanie et en Turquie. On ne peut donc pas évoquer comme raison qu’elle n’a jamais séjourné dans la région.

Peut-être que, dans l’optique du Foreign Office, Sa Majesté n’est pas sur le trône depuis assez longtemps, c’est-à-dire depuis 57 ans, pour qu’il lui soit permis de visiter l’une des seules démocraties au Moyen-Orient. Au moins, en Israël elle pouvait être assurée d’un accueil chaleureux, contrairement au Maroc où le Roi l’a fait attendre pendant trois heures par une température de 32°, ou à l’avant-dernière réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth en Ouganda, la construction de son hôtel n’était pas terminée.

La vraie raison, bien sûr, c’est que le Foreign Office interdit les visites officielles de la famille royale en Israël, et cette pratique est d’autant plus puissante qu’elle n’est ni actée ni reconnue. En tant qu’acte de délégitimation d’Israël, ce boycott efficace est tout aussi grave que d’autres actes similaires, tel le boycott universitaire, et la faute en incombe directement aux arabisants du Foreign Office."

Oliver Miles (un ancien du Foreign Office) ne veut pas de Juifs dans commission d’enquête sur la guerre d’Irak.
 


© Philosémitisme

 

Mis en ligne le 11 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org