Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Une église de Bellizone (Suisse) accueille une crèche aux minarets
28/12/2009

Cette année, à Noël, dans l’église du Sacré-Coeur de Bellinzona en Suisse, le petit Jésus naîtra entouré de minarets. (Mosci).

28/12/09

 

Texte repris du Blogue Bivouac-ID.com, 27 décembre 2009

 

Traduction française : Bivouac-ID.com

Les créateurs de cette crèche, qui sort pour le moins de l’ordinaire, nous affirment que le fruit de leur inspiration apportera aux paroissiens une occasion de réfléchir sur la tolérance et sur les Droits de l’Homme.

Installées près de l’autel principal, à côté d’un crucifix monumental, six tours blanches de deux mètres de haut surmontées de croissants islamiques entourent un baptistère où repose l’Enfant-Jésus et devant lequel on a posé un livre ouvert présentant en parallèle des versets du Coran et une citation de l’Évangile, voilà ce que l’on propose comme étant une crèche symbolique aux fidèles de la paroisse. Par son originalité provocatrice, l’ensemble se détache nettement des quarante autres crèches plus traditionnelles qui seront exposées du 25 décembre au 31 janvier, dans le choeur de l’église du Sacré-Coeur de Bellinzona.

«Nous avons reçu des critiques autant positives que négatives » nous expliquent Matteo Casoni et Letizia Fontana, les artisans créateurs de cette oeuvre, en ajoutant : « pour nous c’est déjà un succès, vu que notre but était effectivement de faire réfléchir les gens et de les inciter à se poser des questions durant cette période particulière de l’année

« L’idée nous est venue à la fin novembre après la votation contre la construction de minarets en Suisse » précisent ces deux jeunes qui ne partagent en aucune façon l’avis des 57 % de leurs concitoyens qui, eux, veulent interdire ces constructions.

« Au delà de la décision politique, nous nous sommes dit que l’on devait continuer à proposer une réflexion sur les autres religions et sur leur rôle», nous explique Matteo Casoni, qui est membre de la communauté du Sacré-Coeur et qui veut proposer un message spirituel : « Dans notre crèche, les trois principales religions monothéistes sont représentées, la religion musulmane, la religion juive et le christianisme. Le message principal est celui de la comparaison et du dialogue. » Ce n’est pas pour rien que le livre ouvert compare deux versets qui se réfèrent à l’eau. D’un côté, en référence à l’origine de l’homme qui a été créé par Dieu comme espèce unique mais semblable à lui et de l’autre, comme un symbole de purification et comme une promesse d’un monde nouveau et à cela, toujours selon Matteo Casoni, on doit ajouter la dimension franciscaine : « Saint-François a recherché le dialogue avec l’islam, sans prétendre vouloir convertir, mais avec la volonté de résoudre un conflit d’une façon pacifique. »

Letizia Fontana, jeune historienne qui travaille à l’Institut Bibliographique du Tessin, nous explique, elle aussi, ses motivations : « Je sentais le besoin de faire quelque chose pour sensibiliser la population sur ce sujet. Mon action est une action d’engagement civique. Quelqu’un m’a fait remarquer que, selon lui, cette représentation [de la Nativité ] ne respectait pas la volonté du peuple, en faisant clairement référence au résultat du vote référendaire. Mais, d’après moi, en démocratie, la minorité a un poids et surtout dans un cas comme celui-ci où, moi, je fais partie de la minorité, je sens le devoir de continuer à sensibiliser [ la population]. »

Cette initiative a été approuvée par le père Callisto Caldelari, moine franciscain et curé de la paroisse du Sacré-Coeur : « Nous acceptons toutes les créations, l’unique exigence est qu’elles soient d’un certain niveau artistique » nous informe-t-il tout en s’affairant à terminer les dernières installations. « Cette année, il y aura plus de quarante crèches exposées : de la crèche traditionnelle équatorienne à celle illuminée par des rayons ultra-violets en passant par celle aux six minarets.» «Naturellement nous n’accueillons que les propositions qui respectent notre spiritualité », nous fait remarquer le religieux « et dans le cas qui nous concerne, le fait que la crèche aux minarets se trouve dans une église franciscaine ne fait qu’en renforcer le message de paix et de dialogue.»

Des réactions désagréables sont pourtant arrivées jusqu’aux oreilles du père Callisto : « Eh oui! la plus négative est justement celle de cette personne qui a dit que cette crèche va à l’encontre de la volonté du peuple. Moi, je lui ai répondu de cette façon : la volonté populaire n’est pas toujours éthique. Ici, on parle de fraternité et de Droits de l’Homme. »

Source : LaRegioneTicino [Lien erroné. Note d’upjf.org]
[Texte aimablement signalé par le MOSCI.]
Mis en ligne le 28 décembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org