Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Iran

Les puissances mondiales envisagent des nouvelles sanctions contre l'Iran
07/01/2010

07/01/10

Sur le site Réalité EU, 6 janvier 2010

Les pays les plus puissants de l'Europe Occidentale (la France, l'Allemagne et l'Angleterre) ainsi que les États-Unis sont convaincus que derrière son «prétendu programme nucléaire civil», le régime iranien cache un vrai programme de développement d'armes nucléaires. [1] La Russie et la Chine, qui dans le passé ont refusé de prendre une position ferme sur le dossier iranien, ont fait part de leurs inquiétudes en soutenant, en novembre 2009, une résolution présentée par l'AIEA demandant le gel immédiat du programme de développement d'armes nucléaires de l'Iran. [2] Le 21 décembre 2009, le ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, a déclaré que la communauté internationale n'avait pas d'autre choix que d'imposer de nouvelles sanctions contre l'Iran étant donné le refus de Téhéran d'accepter les demandes d'Occident. Et d'ajouter «Je pense qu'il n'y a pas d'autre solution», en signalant que la Russie «était déjà à bord.» [3] La Maison Blanche souhaite que les nouvelles sanctions se concentrent sur les Gardiens de la révolution islamique (IRGC), la branche gouvernementale suspectée de gérer le programme nucléaire iranien. [4]

L'administration Obama s'est longuement penchée sur les possibles sanctions que l'ONU ou les États-Unis en collaboration avec l'UE pourraient imposer. [5] Parmi ces sanctions, l'on prévoit l'augmentation des restrictions de voyage pour les individus et les institutions liés au gouvernement iranien et à l'IRGC. Cependant, les pays européens seraient plus enclins à imposer des sanctions qui toucheraient le secteur bancaire, le secteur des assurances et les marchés financiers en Iran. Selon les experts, le Conseil de Sécurité de l'ONU n'ouvrira certainement pas les débats sur les sanctions avant la mi-janvier, et les négociations pourraient prendre plusieurs mois. [6] Les États-Unis essaient de rallier les pays arabes et asiatiques à la position européenne en matière de suspension des opérations financières avec des sociétés écrans liées à l'IRGC. Washington soutient que l'application d'une nouvelle vague de sanctions maintenant serait très convenable étant donné le malaise interne qui pourrait rendre les leaders iraniens «particulièrement vulnérables.» [7]

Le 2 janvier 2010, le ministre des Affaires étrangères de l'Iran, Manouchehr Mottaki, a annoncé que l'Occident avait jusqu'au 1 février pour accepter sa contre-proposition à l'accord présenté par l'ONU et qui devrait permettre d'apaiser les inquiétudes de la communauté internationale vis-à-vis du programme iranien de développement d'armes nucléaires. «Il s'agit d'un ultimatum. La communauté internationale ne dispose que d'un mois pour prendre une décision. Autrement, Téhéran enrichira l'uranium au niveau de pureté nécessaire pour le carburant» a affirmé Mottaki. [8]

Malgré les nombreuses résolutions présentées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et les sanctions imposées par l'Europe, l'Iran continue d'ignorer toutes les initiatives internationales ayant pour but de l'obliger à suspendre son programme d'enrichissement d'uranium. En effet, pour la République islamique, ces sanctions seraient illégales, [9] et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad les a écartées en les qualifiant «d'idée puérile et une grande erreur.» [10] Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que l'Iran a «montré aux puissances mondiales qu'elles ne peuvent pas bloquer son développement nucléaire.» [11]

Le 22 décembre 2009, Ahmadinejad a une fois de plus ignoré un délai imposé par l'Occident (qui devait expirer fin 2009) qui exhortait l'Iran à envoyer la plupart de son uranium faiblement enrichi à l'étranger pour traitement. Ahmadinejad a répondu à l'offre en déclarant: «Qui sont-ils pour nous imposer un délai?» [12] En réponse à la négative d'Ahmadinejad de respecter ce délai, le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs a affirmé que la délégation américaine, ainsi que le P5+1, sont prêts à « agir en conséquence.» Et d'ajouter « étant donné que l'Iran refuse d'assumer ses responsabilités, nous avons commencé à nous préparer ». [13] Les membres du P5+1 ont organisé une téléconférence le 22 décembre dernier et le secrétaire d'État adjoint américain P.J. Crowley a déclaré que le groupe «a renforcé sa détermination : l'Iran se doit de répondre aux questions que nous nous posons sur ses ambitions nucléaires ou il devra faire face à des pressions supplémentaires» et que Washington mènerait «une ample consultation auprès de la communauté internationale pendant les prochains jours et les prochaines semaines» sur ses options. [14]

Bien que l'Iran n'ait pas complètement écarté la possibilité de négocier un accord avec l'Occident, beaucoup dénoncent la mauvaise fois du régime qui ne souhaiterait que gagner du temps pour produire une bombe nucléaire. [15] 
Afin d'éviter que le régime iranien développe une bombe nucléaire, la communauté internationale devrait faire un pas décisif en approuvant l'application de mesures considérablement plus strictes que celles prévues dans la dernière vague de sanctions. En début d'année, le président français Nicolas Sarkozy a déclaré: «Nous avons qu'une seule solution, c'est de renforcer les sanctions contre l'Iran [?].» [16] La Chancelière allemande Angela Merkel avait aussi déclaré: «Nous sommes prêts à adopter des sanctions plus strictes : nous devons éviter que l'Iran développe des armes nucléaires.» [17]

Les récentes révélations sur un programme secret iranien destiné à produire une arme nucléaire ont souligné la nécessité d'appliquer de nouvelles sanctions, plus effectives cette fois-ci, contre le régime. [18] Le 27 novembre 2009, l'AIEA demandait à l'Iran de renoncer immédiatement à l'exploitation de l'usine nucléaire (autrefois secrète) près de la ville sante iranienne de Qom. [19] Le même jour, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a adopté une résolution appelant à la «complète coopération» de l'Iran pour clarifier toutes les questions en suspens concernant son programme nucléaire. Il s'agit ici de la première résolution contre l'Iran adoptée par l'AIEA depuis 2006. [20]

Ahmadinejad a qualifié de «ridicules» les mises en garde des puissances de l'Occident sur l'isolement du régime iranien [21] et a déclaré que « [?] isoler l'Iran est impossible. [?] Nous couperons la main de quiconque voudrait tirer une balle avant même qu'il n'appuie sur la gâchette.» [22]

Selon les experts, les pistes les plus sérieuses pour des sanctions plus strictes et plus effectives seraient:

Blocage naval de tous les produits pétroliers raffinés

Bien qu'étant le deuxième producteur de pétrole au sein de l'Organisation de pays exportateurs de pétrole (OPEP) et tout en possédant la deuxième réserve de gaz du monde, l'Iran n'a pas assez de raffineries pétrolières et par conséquent, doit «réimporter son propre pétrole une fois raffiné.» [23] Selon la BBC, «l'arme la plus puissante dans l'arsenal américain et européen serait l'imposition d'un embargo sur les ventes de pétrole à l'Iran.» [24] Un blocage naval contre l'Iran priverait la république islamique du pétrole raffiné importé, ce qui aurait des conséquences importantes sur l'économie iranienne et porterait un « coup dur virtuel à l'infrastructure du régime islamique.» [25] Selon Olivier Guitta du Middle East Times, étant donné que les sanctions et les résolutions se sont avérées inefficaces, la «seule arme qui peut éviter la guerre» avec l'Iran serait l'application d'un embargo énergétique seulement en denier recours. [26] Puisque 85% des recettes iraniennes proviennent du pétrole, [27] l'Iran a deux points faibles au sein de son système: non seulement le pays dépend financièrement du pétrole mais aussi il a besoin d'importer son propre pétrole raffiné. Il est évident qu'un embargo ou un blocage naval pourraient compromettre la stabilité iranienne. Selon Guitta, une possible interdiction internationale des exportations de «produits pétroliers raffinés vers l'Iran, associée à un embargo» sur le pétrole que l'Iran exporte tous les jours, pourrait «déstabiliser le régime.» [28] En octobre 2008, le président Obama avait déclaré: «Si nous sommes capables de les empêcher [les iraniens] d'importer le carburant et les produits pétroliers raffinés dont ils ont besoin, leur analyse coûts ? avantages changera et servira comme moyen de pression.» [29]

Le 16 décembre 2009, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté un projet de loi permettant de sanctionner les entreprises internationales qui participeraient dans l'exportation d'essence vers l'Iran. Le projet de loi est un moyen de punir la République islamique pour son programme nucléaire et permet au président Obama de sanctionner les sociétés qui fournissent directement de l'essence à ce pays. [30] Des représentants de son administration ont déclaré que les sanctions commenceraient à être imposées à partir de janvier 2010. [31]

Gel des actifs et restriction sur les voyages

En décembre 2009, le Crédit Suisse a été obligé de payer 536 millions de dollars pour avoir aidé des clients en Iran (et ailleurs) à réaliser des opérations financières secrètes. Le Crédit Suisse «a créé un modèle économique permettant à ces investisseurs espiègles d'avoir accès à des dollars américains.» [32] Les amendes contre le Crédit Suisse font partie des efforts entrepris pour utiliser le système financier mondial comme moyen de pression contre l'Iran, afin que celui-ci mette un terme à son programme de développement d'armes nucléaires. [33]

En janvier 2009, la banque britannique Lloyds TSB a dû payer une amende de 350 millions de dollars pour avoir aidé l'Iran et le Soudan à contourner des sanctions américaines. [34] En effet, la Lloyds TSB a délibérément falsifié des bordereaux de virements bancaires internationaux afin de cacher leur origine, permettant ainsi d'introduire des fonds iraniens (et soudanais) dans le système bancaire américain entre 1995 et 2007. Le département de justice américain affirme qu'entre 1995 et 2007, la Lloyds TSB a systématiquement effacé des informations telles que les noms des clients et des banques, ainsi que les adresses des paiements afin que les transferts de fonds arrivent vers des institutions bancaires américaines sans être décelés. Dans le cadre d'un accord de plaidoyer, [35] la Lloyds TSB a admis avoir violé la International Emergency Economic Powers Act. La banque purgera une sorte de mise à l'épreuve pendant une période de deux ans, ce qui représente la peine la plus lourde jamais imposée pour une violation des sanctions américaines. [36]

Selon The Financial Times et Il Reformista (un journal italien), l'UE3 a élaboré une liste de 34 entités iraniennes et 10 de individus qui auraient des liens avec le programme de développement d'armes nucléaires ou biologiques de l'Iran. La liste inclut des organisations gouvernementales telles que l'Université technologique de Sharif, la Compagnie d'assurance iranienne, Iran Air Cargo, l'Agence spatiale iranienne, l'Institut Razi pour la production de sérum et de vaccins, et six banques, y compris la Banque Tejarat. [37] 

Le 13 mars 2009, le président américain a prolongé l'une des nombreuses sanctions imposées en 1995 contre l'Iran sous l'administration Clinton, car ce pays «était impliqué dans des activités terroristes et voulait se doter d'armes de destruction massive.» [38] Les sanctions interdisent les sociétés américaines de contribuer au développement de l'industrie pétrolière iranienne, ainsi que d'établir des relations commerciales ou d'investir dans la République islamique. [39] En outre, l'Iran doit faire face aux sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, après avoir refusé pendant les cinq dernières années de mettre fin à son programme d'enrichissement d'uranium. [40]  

Au mois de mars 2009, le département du trésor américain a imposé des sanctions à onze sociétés liées à la Banque iranienne Melli, qui selon Washington jouerait un rôle majeur dans le programme iranien de développement d'armes nucléaires et de missiles balistiques. [41] Par conséquent, les États-Unis, l'UE et l'Australie ont qualifiée cette banque de «proliférateur d'armes nucléaires.» Selon Stuart Levey, secrétaire adjoint au Trésor chargé de la lutte contre le terrorisme, «La communauté internationale a reconnu les risques de prolifération posés par la Banque Melli. Nous continuerons à prendre des mesures pour protéger l'intégrité du système financier international en exposant les banques, les sociétés et les individus qui soutiennent le programme iranien de développement d'armes nucléaires et de missiles balistiques.» [42] Par ailleurs, la Banque Melli fournit des services financiers à des sociétés et à des groupes écran impliqués dans les activités de prolifération, a facilité l'achat de matériels sensibles pour les programmes nucléaire et de missiles iraniens, et a effectué des transactions pour d'autres groupes iraniens suspectés, tels que la Banque Sepah, l'Organisation des industries de défense et le Groupe industriel Shahid Hammat. [43]

En juillet 2009, l'UE annonçait qu'elle ne libérerait pas les actifs de la Banque Melli étant donné les sanctions imposées contre l'Iran. La Cour de Luxembourg a déclaré au nom de l'UE que: «Geler les fonds des entités qui appartiennent ou qui sont contrôlées par une entité qui favorise la prolifération nucléaire est nécessaire et approprié afin de garantir l'efficacité des mesures adoptées.» [44]

Plus de deux milliards de dollars qui auraient été déposés au nom de l'Iran dans plusieurs comptes de la banque Citigroup Inc. ont été gelés sur décision d'un tribunal américain en 2008. Il s'agirait ici de la saisie la plus importante de fonds iraniens par les États-Unis depuis la révolution islamique de 1979. Le 11 décembre dernier, le secrétaire américain de la Défense, Robert Gates, a déclaré: «Je pense que d'autres sanctions importantes seront imposées par la communauté internationale.» [45]

Interdiction de la vente d'armes à l'Iran

L'Iran possède un «système de défense anti-missile désuet, qui remonte aux années 60 et 70.» [46] Ainsi, l'Iran a décidé d'augmenter ses capacités militaires par l'intermédiaire de sources internes et internationales. En 2006, les États-Unis ont lancé un appel à tous les pays du monde pour mette fin à l'exportation d'armes vers l'Iran. [47]

En mars 2007, Le Conseil de Sécurité de l'ONU a imposé une série de sanctions contre l'Iran, conduisant à l'interdiction des ventes d'armes et à l'extension du gel des actifs. La résolution impose une interdiction absolue d'importer et d'exporter des armes iraniennes, précisant que: «l'Iran ne doit fournir, vendre ou transférer, directement ou indirectement, à partir de son territoire ou par l'intermédiaire de ses nationaux ou au moyen de navires ou d'aéronefs battant son pavillon, aucune arme ni aucun matériel connexe et que tous les États devront interdire l'acquisition de ces articles auprès de l'Iran par leurs ressortissants, ou au moyen de navires ou d'aéronefs battant leur pavillon, que ces articles aient ou non leur origine dans le territoire iranien.» [48]

Selon les diplomates de l'ONU, puisque l'Iran subit déjà des sanctions, tout ce que le Conseil peut faire pour l'instant c'est d'essayer d'embarrasser Téhéran le plus possible. [49]

En novembre 2009, Jacques Monsieur, un trafiquant d'armes belge, a été condamné à la peine maximale pour avoir exporter de façon illégale des moteurs et des pièces détachées d'avions de combat depuis les États-Unis vers l'Iran.[50]

Le 18 mars 2009, un membre du service fédéral pour la coopération technico militaire a confirmé que la Russie et l'Iran avaient signé un contrat autorisant la Russie à vendre des missiles de défense anti-aériens S-300 à l'Iran. Un mois auparavant, la Russie avait gelé la vente de ce genre de missiles à l'Iran. [51] Cependant, les médias russes ont rapporté que l'Iran cherchait à acheter ce genre de missiles, [52] qui s'avèrent être parmi les plus perfectionnés au monde. [53] Fournir ces missiles à l'Iran pourrait « considérablement changer l'équilibre militaire au Proche-Orient.» [54]

Références:

[1] ?Sensitive points added to Iran's nuclear issue?, Xinhua, March 19, 2009, 
http://news.xinhuanet.com/english/2009-03/19/content_11034413.htm  

[2] ?Russia, China back U.S. on Iran resolution,? Uinted Press International, November 27, 2009, http://www.upi.com/Top_News/International/2009/11/27/IAEA-resolution-rebukes-Iran-over-facility/UPI-71161259324813/

[3] ?France: Iran sanctionsa must,? Agence France Presse, December 21, 2009, http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3823194,00.html

[4] Sanger, David E.; Broad, William J.: ?U.S. Sees An Opportunity to Press Iran on Nuclear Fuel," The New York Times, January 2, 2010, http://www.nytimes.com/2010/01/03/world/middleeast/03iran.html?pagewanted=1

[5] ?U.S.eyeing more targeted sanctions against Iran,? Reuters, December 30, 2009, http://www.reuters.com/article/politicsNews/idUSTRE5BS3X920091230

[6] U.S.eyeing more targeted sanctions against Iran,? Reuters, December 30, 2009, http://www.reuters.com/article/politicsNews/idUSTRE5BS3X920091230

[7] Sanger, David E.; Broad, William J.: ?U.S. Sees An Opportunity to Press Iran on Nuclear Fuel,
?The New York Times, January 2, 2010, http://www.nytimes.com/2010/01/03/world/middleeast/03iran.html?pagewanted=1

[8] ?Iran Sets Deadline for West to Accept Nuclear Counter Proposal,? RTT News, January 2, 2010, http://www.rttnews.com/ArticleView.aspx?Id=1169193&SMap=1 

[9] ?Iran brands UN resolution illegal?, BBC Online, September 25, 2005, 
http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/4279824.stm  

[10] ?Iran dismisses ?childish' sanctions?, AlJazeera Online, March 13, 2009, 
http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/03/200931318342784460.html  

[11] Hosseinian, Zahra: ?Iran leader says world can't Stopp nuclear progress?, Reuters, March 20, 2009, 
http://www.reuters.com/article/newsOne/idUSTRE52J31420090320?sp=true  

[12] ?Iran: Leader Dismisses Deadline for Deal on Shipping Nuclear Fuel,? Reuters, December 22, 2009, http://www.nytimes.com/2009/12/23/world/middleeast/23briefs-Iran1bf.html

[13] ?Press Briefing by Press Secretary Robert Gibbs,? The White House Office of the Press Secretary, December 22, 2009

[14] Labott, Elise: ?World powers discuss options should Iran miss nuclear deadline,? CNN Online, December 23, 2009, http://edition.cnn.com/2009/WORLD/meast/12/22/iran.nuclear.program/

[15] Rivers, Tom: ?British PM Warns of Tougher Sanctions for Iran Nuclear Program?, Voice of America, March 17, 2009, 
http://www.voanews.com/english/2009-03-17-voa21.cfm 

[16] ?Germany mulls more sanctions against Iran, Merkel says?, DPA, February 7, 2009, 
http://www.earthtimes.org/articles/show/254639,extra-germany-mulls-more-sanctions-against-iran-merkel-says.html

[17] Salhani, Claude: ?SPECIAL REPORT: Kuwait Readying for War in Gulf??, Middle East Times, August 11, 2008, 
http://www.metimes.com/International/2008/08/11/special_report_kuwait_
readying_for_war_in_gulf/7724/
  

[18] Reid, Tim; Whittell, Giles; Philp, Catherine: ?Tough sanctions against Iran are needed urgently, Washington says,? Times Online, December 15, 2009, http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/middle_east/article6956623.ece

[19] Cooper, Helene; Broad, William J.: ?Russia and China Endorse Agency's Rebuke of Iran,? The New York Times, November 27, 2009, http://www.nytimes.com/2009/11/28/world/28nuke.html

[20] ?Russia should respond why it votes for IAEA resolution against Iran: spokesman,? Xinhua, December 1, 2009, http://news.xinhuanet.com/english/2009-12/01/content_12571398.htm

[21] ?Ahmadinejad says UN sanctions on Iran will not work,? BBC Online, December 1, 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/8389639.stm

[22] ?Ahmadinejad says UN sanctions on Iran will not work,? BBC Online, December 1, 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/8389639.stm

[23] Leyne, Jon: ?Iran economy facing ?perfect storm'?, BBC Online, October 24, 2008, 
http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/7687107.stm  

[24] Salhani, Claude: ?SPECIAL REPORT: Kuwait Readying for War in Gulf??, Middle East Times, August 11, 2008, 
http://www.metimes.com/International/2008/08/11/special_report_
kuwait_readying_for_war_in_gulf/7724/
 

[25] Guitta, Olivier: ?Use of the Energy Weapon to Avert War?, Middle East Times, July 14, 2008, 
http://www.metimes.com/International/2008/07/14/use_of_the_energy_
weapon_to_avert_war/3764/
  

[26] Guitta, Olivier: ?Use of the Energy Weapon to Avert War?, Middle East Times, July 14, 2008, 
http://www.metimes.com/International/2008/07/14/use_of_the_energy_
weapon_to_avert_war/3764/
  

[27] Guitta, Olivier: ?Use of the Energy Weapon to Avert War?, Middle East Times, July 14, 2008, 
http://www.metimes.com/International/2008/07/14/use_of_the_energy_
weapon_to_avert_war/3764/
  

[28] ?EU trio propose tougher list of Iran sanctions: report?, Reuters, February 27, 2009, 
http://www.ibtimes.com.hk/articles/20090227/iran-nuclear-program-sanctions-france-germany-and-britain_all.htm

[29] Klare, Michael; Feffer, John: ?Iran Gas Ban: Step toward War with Iran,? Foreign Policy in Focus, August 20, 2009, http://www.fpif.org/articles/iran_gas_ban_step_toward_war_with_iran 

[30] ?US House passes Iran sanctions bill,? AlJazeera, December 16, 2009, http://english.aljazeera.net/news/americas/2009/12/2009121643857535504.html

[31] Garrett, Major: ?U.S. to push for Iran Sanctions in January,? Fox News Online, December 22, 2009, http://www.foxnews.com/politics/2009/12/22/white-house-says-push-iran-sanctions-likely-january/

[32] Lucchetti, Aaron; Solomon, Jay: ?Credit Suisse's Secret Deals,? The Wall Street Journal, December 17, 2009, http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704541004574600032631634884.html

[33] Lucchetti, Aaron; Solomon, Jay: ?Credit Suisse's Secret Deals,? The Wall Street Journal, December 17, 2009, http://online.wsj.com/article/SB100014240527487045410
04574600032631634884.html

[34] Lucchetti, Aaron; Solomon, Jay: ?Credit Suisse's Secret Deals,? The Wall Street Journal, December 17, 2009, http://online.wsj.com/article/SB1000142405274870454100
4574600032631634884.html

[35] Clark, Andrew: ?Lloyds forfeits $350m for disguising origin of funds from Iran and Sudan,? The Guardian, January 10, 2009, http://www.guardian.co.uk/business/2009
/jan/10/lloyds-forfeits-350m-to-us

[36] Clark, Andrew: ?Lloyds forfeits $350m for disguising origin of funds from Iran and Sudan,? The Guardian, January 10, 2009, http://www.guardian.co.uk/business/2009/jan/10/lloyds-forfeits-350m-to-us

[37] ?Obama extends Iran sanctions?, Agence France Presse, March 13, 2009, 
http://www.france24.com/en/20090313-barack-obama-extends-iran-sanctions-usa-oil-trade  

[38] ?Obama Extends U.S. Sanctions Agianst Iran?, Radio Free Europe/Radio Liberty, March 13, 2009, 
http://www.rferl.org/Content/Obama_Extends_US_Sanctions_Against_Iran/1509261.html  

[39] ?Obama extends Iran sanctions?, Agence France Presse, March 13, 2009, 
http://www.france24.com/en/20090313-barack-obama-extends-iran-sanctions-usa-oil-trade  

[40] ?U.S: sanctions 11 companies tied to Iranian bank?, Xinhua, March 3, 2009, 
http://news.xinhuanet.com/english/2009-03/04/content_10937883.htm  

[41] ?Treasury Designates Companies Tied to Iran's Bank Melli as Proliferators?, U.S. Department of the Treasury, March 3, 2009, 
http://www.treas.gov/press/releases/tg46.htm 

[42] ?Treasury Designates Companies Tied to Iran's Bank Melli as Proliferators?, U.S. Department of the Treasury, March 3, 2009, 
http://www.treas.gov/press/releases/tg46.htm 

[43] ?US warns Russia against selling missiles to Iran?, Chinadaily BBS, December 23, 2008, 
http://bbs.chinadaily.com.cn/viewthread.php?gid=2&tid=623517&extra=page%3D2  

[44] ?EU refuses to ease freeze on Melli Bank,? PressTV, July 9, 2009, http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=100231&sectionid=351020102

[45] Solomon, Jay: ?U.S. Freezes $2 Billion in Iran Case,? The Wall Street Journal, December 12, 2009, http://online.wsj.com/article/SB126057864707988237.html

[46] Katz, Yaakov; Keinon, Herb: ?Israel warns Russia on Iran arms sale?, The Jerusalem Post, January 16, 2007, 
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?c=JPArticle&cid=1167467745535&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull  

[47] ?Security Council tightens sanctions against Iran over uranium enrichment?, UN News Center, March 24, 2007, 
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=21997&Cr=Iran&Cr1  

[48] ?UN Committee Accuses Iran Of Violating Arms Embargo?, Reuters, March 10, 2009, 
http://www.rferl.org/Content/UN_Committee_Accuses_Iran_Of_
Violating_Arms_Embargo/1507598.html
  

[49] ?Reports: Russia confirms Iran missile contract?, Associated Press, March 18, 2009, 
http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5iBLHJGdHUD
5xKiB9QYH6NlZhfTXgD970C8A01

[50] ?Belgian pleads guilty to US-Iran arms sales,? BBC Online, November 24, 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/8375560.stm

[51] ?Report: Moscow freezes sale of S-300 to Iran?, The Jerusalem Post, February 18, 2009, 
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?pagename=
JPost/JPArticle/ShowFull&cid=1233304818025
  

[52] ?US fails to derail Iran-Russia arms deal?, Press TV, March 7, 2009, 
http://www.presstv.com/Detail.aspx?id=87790§ionid=351020101 

[53] ?Report: Moscow freezes sale of S-300 to Iran?, The Jerusalem Post, February 18, 2009, 
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?pagename=JPost/
JPArticle/ShowFull&cid=1233304818025
 

[54] ?Reports: Russia confirms Iran missile contract?, Associated Press, March 18, 2009, http://tinyurl.com/d6pfn4

© Réalité EU

 

Mis en ligne le 7 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org