Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Conflits, terrorisme, oppression, etc.
Terrorisme

Les terroristes, cavaliers de l'Apocalypse, Gabriel Lévy
07/01/2010


07/01/10

 

«  Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité." (1) 


Nous ne pourrons pas reprocher au pape actuel son silence devant le danger extrême du terrorisme : « Le terrorisme, quelle qu'en soit l'origine, est un choix pervers et cruel, qui bafoue le droit sacro-saint à la vie et qui sape les fondements mêmes de toute convivialité sociale » (2).  

Malheureusement la condamnation ne suffit plus et la répétition des actes terroristes doit nous inciter à les analyser pour les prévenir :

Trois observations au sujet de l'acte le plus récent : la tentative d'attentat contre un avion assurant la liaison entre Amsterdam et Détroit.

1°) Les 278 passagers, de nationalités diverses, auraient été victimes d'un terrorisme aveugle. Des « victimes innocentes » comme le disait naguère un de nos premiers ministres (M. Barre), ne prévoyant pas qu'elles seraient de plus en plus nombreuses et que le terrorisme n'épargnerait personne ;

2°) Le terroriste, M. Abdul Mudallad, reconnaît être adepte du réseau arabo-islamique d'Al-Qaïda. Il n'invoque aucun conflit précis se déroulant au Moyen ou au Proche-Orient, comme, par exemple, la situation à Gaza.

3°) Il est issu d'une famille aisée ; son pays n'est pas occupé par une armée occidentale ; son père, ainsi que lui-même, sont, ce que l'on peut appeler, des intellectuels.

Trois observations relatives aux attentats permanents en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Indonésie, etc. :

1°) Ils détruisent des milliers de vie humaine et sont le plus souvent exécutés par des kamikazes.

2°) Sauf erreur de notre part, cette méthode d'attentats n'est employée que par des individus issus du monde arabo-musulman. Ces individus se réclament d'une idéologie fondée sur la conquête et le djihad et qui, en définitive, nous concéderait la dhimmitude.

3°) Ils ne visent pas forcément des troupes d'occupation, ni des « Occidentaux », mais, le plus souvent, leur propre communauté nationale ou religieuse, sunnite ou chiite. Le fait que ces attentats se déroulent dans des mosquées le jour de la prière, sur des stades au cours d'un match ou sur des marchés, les rend intentionnellement très meurtriers et totalement incompréhensibles pour nous.

Trois déductions :

1°) L'existence de déviances pour lesquelles la vie humaine est négligeable, doit nous inquiéter. 

Certes, des exemples de suicides dans des sectes sont connus, mais ils n'ont pas pour but de tuer le maximum de nos congénères.

L'acte isolé est plus dangereux que les actions organisées. Le premier, spontané et imprévisible, n'exige pas la minutie de la préparation du second et donc sa possibilité d'être découvert avant son exécution.

Or, l'enseignement de la haine de l'Occident dans des manuels scolaires - en grande partie payés par les contribuables européens - a pris une telle ampleur, que le nombre de fanatiques (ou de décérébrés) devient considérable. Le contrôle de cet enseignement a, par lâcheté, échappé totalement aux bailleurs de fonds. Il faut donc mettre fin à ces complaisances. Non seulement elles nous mettent en danger, mais, de plus, elles témoignent d'une soumission prématurée humiliante, « d'une reddition préventive » (Guy Millière) [*]

2°) La ferveur des nouveaux convertis, Polyeucte des temps modernes, augmente encore le nombre de candidats au suicide. Ils sont d'autant plus dangereux qu'ils disposent, pour de multiples raisons, de plus grandes facilités de déplacement. La vigilance doit s'exercer sur les officines à conversion.

3°) Le monde occidental ne peut plus vivre « hors de toute convivialité sociale » (Benoît XVI). Il ne peut plus vivre dans la crainte de s'exprimer et la hantise de se déplacer. Il ne peut pas accepter l'effondrement de son économie pour se prémunir contre les attentats. Il ne suffit pas de soumettre à des contrôles accrus « les voyageurs provenant de quatorze pays tiers considérés comme des soutiens au terrorisme » (3). Il faut rompre avec les pays qui abritent des terroristes et les financent, ainsi qu'avec ceux qui se montrent incapables d'en venir à bout (4). Il faut soutenir les gouvernements qui luttent pour éviter leur propre subversion et, dans nos pays, les personnalités religieuses modérées qui condamnent ces crimes.

Si « l'apocalypse » est inévitable, au moins aurons-nous tenté de la retarder.

 

© Gabriel Lévy

 

[Liens ajoutés par et sous la responsabilité de M. Macina.]

(1) « Apocalypse de Jean, verset 6 ». Le symbolisme des cavaliers. Voir Wikipedia.

(2) Rencontre du Pape avec les représentants musulmans à l'archevêché de Cologne, décembre 2005.

(3) Le Figaro du 4 janvier 2010.

(4) La France (endettée) accorde 500 millions d'euros au Liban (Le Figaro, 23 décembre 2009), pays dont les nationaux figurent sur la liste des voyageurs soumis à un contrôle accru, et dont une faction, qui dispose de ministres dans son gouvernement, entretient une milice armée.

------------------

Note de Menahem Macina

 

[*] Voici, entre autres, un extrait d'article de millière, où figure cette formule :

« Les bien pensants européens, quant à eux, estiment que les islamistes peuvent être gentils si on ne les énerve pas, que la soumission apporte la paix, que la reddition préventive est une vertu, qu'il n'y a pas de fanatique totalitaire ou de dictateur barbare avec lequel on ne finisse par s'entendre et commercer, qu'il faut pratiquer la diplomatie avec les pires assassins? »

(Guy Millière, "Entre la justice des Iraqiens et la prose des alliés du gazeur", Metula News Agency, 9 janvier 2007).

 


Mis en ligne le 7 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org