Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Conflits, terrorisme, oppression, etc.
Terrorisme

Expansion des groupes djihadistes liés à Al-Qaïda à Gaza, Dore Gold
07/01/2010

07/01/10 

 

JCPA, Vol. 9, N° 17, 4 Janvier 2010

 

Texte anglais original : "The Expansion of Al-Qaeda-Affiliated Jihadi Groups in Gaza: Diplomatic Implications"

Adaptation française : Marc Brzustowski, pour le blog Lessakele

 

Il existe, en Occident, une tendance croissante à percevoir le Hamas comme distinct d'al Qaeda, dans le but d'entreprendre un dialogue politique avec le Hamas, mais cette perception est-elle exacte ?

Dans son rapport d'observation des menaces terroristes contre Israël en 2009, l'Agence de Sécurité Israélienne mentionne la propagation et le renforcement des organisations du « Jihad Global » à Gaza. Durant les dernières années, un certain nombre de ces groupes djihadistes ont émergé, qui s'identifient ouvertement avec al-Qaeda, tels le Jaish al-Islam (l'Armée de l'Islam), Jaish al-Umma (l'Armée de la Nation), et le Fatah al-Islam.

Le Hamas a été fondé en 1987, en tant que branche palestinienne des Frères Musulmans. Osama Ben Laden a été formé en  Arabie Saoudite  par Mohammed Qutb, des Frères Musulmans égyptiens et par Abdullah Azzam, de la confrérie jordanienne des Frères Musulmans. Khalid Sheikh Mohammed, le planificateur des attentats du 11/09, provient de la branche koweitienne des Frères Musulmans. Les Frères Musulmans définissent toujours comme leur objectif ultime l'édification d'"un Etat Islamique mondial".

En février 2004, les Etats-Unis ont désigné Sheikh Abd-al-Majid Zindani, (cf : Le prédicateur yéménite Abd Al-Majid Al-Zindani : Les Juifs sont les frères des singes et des porcs) [*], président de l'Université Iman au Yémen, comme étant un « adepte d'Osama Ben Laden ». Le 20 mars 2006, Zindani, qui recrute des volontaires pour al-Qaeda, a parrainé le financement d'un événement majeur de soutien au Hamas, au Yémen. Umar Farouk Abdulmutallab, le Nigérian qui a tenté de faire sauter le vol 253 de la Northwest vers Detroit, venait participer à des conférences sur l'islam radical à l'Université Iman.

 

Le Jaysh al-Islam, affilié à al-Qaeda, a coordonné avec le Hamas le kidnapping du soldat israélien, Gilad Shalit. Cela prouve que le Hamas et les affidés d'al-Qaeda sont impliqués dans des opérations conjointes. En 2007, la presse égyptienne a rapporté que l'un des dirigeants d'al-Qaeda en Egypte s'était évadé et avait trouvé refuge à Gaza. En mai 2009, l'Egypte a accusé un autre groupe affilié à al-Qaeda d'utiliser Gaza pour ses bases d'entraînement afin de planifier des attaques en Egypte.

Dans son rapport annuel d'observation des menaces terroristes sur Israël de 2009, l'Agence de Sécurité Israélienne (également connue sous son acronyme hébraïque Shabak ou Shin Bet) fait ressortir un ensemble de tendances positives ? à une exception près, qui saute aux yeux : la propagation et le renforcement structurel des organisations du Jihad Global à Gaza (1). Un grand nombre de ces groupes, tels que le Jaish al-Islam (l'Armée de l'Islam), le Jaish al-Umma (l'Armée de la Nation) et le Fatah al-Islam, s'identifient ouvertement avec al-Qaeda (2).

De surcroît, le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas a déclaré à al-Hayat le 26 février 2008, qu'al-Qaeda était présent à Gaza, et il a accusé « le Hamas de faire le lit d'al-Qaeda». Il a décrit les deux groupes comme étant des « alliés ». Cependant, en Occident, existe une tendance grandissante à percevoir le Hamas comme distinct d'al-Qaeda, dans le but d'ouvrir un dialogue politique avec le Hamas.

 

L'Occident appelle à engager le dialogue avec le Hamas

 

De ce fait, il ne serait guère surprenant que, dans les mois à venir, il devienne probable que les Britanniques, les Européens, et même des groupes américains de pression décuplent leurs efforts pour exiger que le Hamas soit invité à participer au processus politique. Pour faire progresser cette cause, on entendra des appels croissants en faveur d'un engagement politique direct avec le Hamas, de la part de gouvernements divers et variés et des responsables actuels ou passés. Déjà, en juillet 2009, le chef de la Commission des Affaires étrangères du Parlement britannique, Michael Gapes, a émis une déclaration allant en ce sens (3).

A peine quelques mois plus tôt, un groupe de pression américain, comprenant l'ancien représentant au Congrès, Lee Hamilton (qui co-présidait l'influent Groupe d'Etude sur l'Irak durant les années Bush), et l'ancien ambassadeur américain aux Nations Unies, Thomas Pickering, ont appelé l'Administration Obama à commencer à discuter avec le Hamas sans conditions préalables. Le Sénateur John Kerry, président du Comité des Relations Etrangères du Sénat, a conduit une petite délégation du Congrès à Gaza, en février 2009, sans, cependant, rencontrer de membres officiels du Hamas. Quoi qu'il en soit, Ahmed Youssef, le délégué du Ministre des Affaires étrangères du Hamas a loué cette visite comme représentant une première étape très prometteuse.

Ceux qui appellent à conférer une légitimité politique au Hamas rejettent, bien entendu, totalement l'idée que le Hamas puisse être comparé à al-Qaeda, en dépit du fait que les deux groupes ont employé le terrorisme-suicide, encouragés par les mêmes doctrines de l'islam radical. En fait, l'image du Hamas, en tant qu'organisation plus pragmatique a été renforcée, en août 2009, lorsque ses forces ont attaqué un affidé d'al-Qaeda à Gaza, appelé Jund Ansar Allah, à Rafah, tuant 15 de ses membres. Dans un discours devant l'Université d'Oxford, l'an dernier, le Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, David Milibrand a semblé faire allusion au Hamas et à al-Qaeda, en implorant les décideurs politiques  de faire la distinction, à l'avenir, entre deux types de groupes islamiques : « Peu et parfois aucune distinction n'a jusqu'à présent été faite entre ceux qui se vouent à la lutte pour un territoire national et ceux qui poursuivent des objectifs globaux ou panislamiques » (4).

 

Le Hamas et al-Qaeda sont liés par un même coeur de doctrine

 

Mais est-il exact de percevoir le Hamas comme complètement différent d'al-Qaeda ? Historiquement, le Hamas a été fondé en 1987, en tant que branche palestinienne des Frères Musulmans, conformément à l'article 2 de sa charte. Au début des années 90, Osama Ben Laden a été formé en Arabie Saoudite par Mohammed Qutb, issu des Frères Musulmans égyptiens et Abdallah Azzam, de la confrérie des Frères Musulmans jordaniens. Khalid Sheikh Mohammed, le planificateur des attentats du 11 septembre, est un pur produit des Frères Musulmans koweitiens. Aujourd'hui, les Frères Musulmans demeurent une organisation vouée à une mission globale : son site Internet définit son objectif comme étant l'édification d'un « Etat Islamique mondial » (5). Le Hamas n'a jamais renié ses liens avec les Frères Musulmans ni avec son idéologie universelle.

Le Hamas se perçoit avec conviction comme faisant partie intégrante du réseau du dihad global, même s'il n'a jamais attaqué le territoire américain, comme al-Qaeda. Une affiche du Hamas diffusée en Cisjordanie (Judée-Samarie) montrait le fondateur du Hamas, le Sheikh Ahmed Yacine, aux côtés d'un groupe de dirigeants djihadistes, comprenant le dirigeant tchétchène, Shamil Bassayev, et Osama Ben Laden. Les commentaires de l'affiche en arabe détaillaient l'ensemble des champs de bataille du djihad : La Tchétchénie, les Balkans, l'Afghanistan, le Cachemire, la Palestine et le Liban (6). Durant la même période, les autorités religieuses qui apparaissaient sur le site Internet du Hamas étaient aussi des mentors idéologiques notoires d'al-Qaeda, en général, et d'Ousama Ben Laden, en particulier, comme le sheikh Sulaiman ben Nasser al-Ulwan, un prédicateur wahhabite saoudien. Ses écrits ont également été enseignés dans les écoles du Hamas, illustrant le chevauchement idéologique entre les deux organisations. Il est vrai que les deux organisations connaissent de fortes différences tactiques, de temps en temps, sur des questions telles que l'entrée dans des processus électoraux, mais leurs objectifs à long terme restent, néanmoins, les mêmes, quoi qu'on en dise.

 

Les liens opérationnels entre le Hamas et al-Qaeda. 

 

Pratiquement, il y a eu des liens opérationnels notables entre le Hamas et al-Qaeda. Lorsque deux musulmans britanniques d'origine pakistanaise sont venus en Israël, sur les ordres d'al-Qaeda, et ont commis un attentat au « Mike's Place », un bar de Tel Aviv, le 30 avril 2003, ils s'étaient préalablement enregistrés en vidéo, revêtus des uniformes du Hamas. Après le désengagement de Gaza en 2005, les rapports concernant la coordination entre le Hamas et al-Qaeda se sont multipliés, particulièrement à l'occasion de la victoire du Hamas lors des élections parlementaires de 2006. Le 20 mars 2006, le Sheikh Abd al-Majid Zindani, qui recrute des volontaires pour al-Qaeda, a parrainé un évènement majeur en faveur du Hamas, au Yémen. En février 2004, le Département du Trésor américain a désigné Zindani comme étant un « adepte d'Osama Ben Laden ». Il est le Président de l'Université Iman, la fameuse pépinière terroriste des faubourgs de la capitale du Yémen, Saan'a, où Umar Farouk Abdul Mutallab, le Nigérian qui a tenté de faire sauter le vol 253, un avion de ligne de la Nord-West en direction de Détroit, venait assister à des conférences sur l'islam radical (7).

David Welch, l'assistant du secrétaire d'Etat américain pour les affaires du Proche-Orient, a confié à al-Hayat, en avril 2006, que le Hamas orchestrait de nombreuses attaques en recourant à ses relations terroristes internationales, une référence implicite à al-Qaeda (8). Dans les faits, al-Hayat relatait, le 4 avril 2006, une « présence certaine » d'agents d'al-Qaeda ayant infiltré Gaza depuis l'Egypte, le Soudan et le Yémen. Le 18 juillet 2007, le Ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, a admis que al-Qaeda et le Hamas étaient en contact l'un avec l'autre (9).

Un assortiment complet d'organisations affiliées à al-Qaeda a surgi à Gaza depuis 2005, le plus éminent d'entre eux étant le Jaish al-Islam, qui a rejoint le Hamas, lors du kidnapping, en 2006, du soldat israélien Gilad Shalit. Cela prouve que le Hamas et les affidés d'al-Qaeda se sont engagés dans des opérations conjointes. En 2007, La presse égyptienne a fait état de l'évasion d'un dirigeant d'al-Qaeda en Egypte, qui est allé chercher refuge à Gaza (10). En mai 2009, l'Egypte a accusé un autre groupe affilié à al-Qaeda d'utiliser Gaza pour y entraîner des terroristes en projetant des attentats en Egypte. Ce groupe comprenait des Musulmans belges, britanniques et français (11). Ce n'est plus un mystère que l'Egypte a commencé à se montrer plus déterminée que jamais auparavant à faire barrage aux tunnels de contrebande entre le Sinaï égyptien et Gaza ; et ce, non pas uniquement parce que la sécurité d'Israël serait minée par ces tunnels, mais au moins autant parce qu'il en va de même pour la sécurité de l'Egypte.

Malgré ces développements, s'est imposée l'opinion commune que le Hamas appartiendrait à une catégorie d'organisation islamiste et al-Qaeda à une autre. Le résultat, c'est qu'il est devenu difficile de soutenir l'argument selon lequel al-Qaeda et le Hamas aient quoi que ce soit à voir l'un avec l'autre. Quoi qu'il en soit, l'argument inverse mérite d'être examiné en toute rigueur.

De plus, il est encore plus facile de mettre en évidence les similarités entre le Hamas à Gaza et les Taliban en Afghanistan, puisque l'un comme l'autre fournissent un asile aux branches d'al-Qaeda. Aujourd'hui, les Américains, secondés par l'OTAN, sont engagés dans une guerre en Afghanistan contre les Taliban, parce qu'ils ont fourni des bases arrières à al Qaeda pour attaquer New-York et Washington. Israël a certainement le droit de se défendre contre un régime qui, non seulement héberge les affidés d'al-Qaeda, mais, de plus, attaque directement Israël même. Si l'Occident ne reconnaît pas les Taliban, il devrait appliquer les mêmes règles concernant le Hamas.


Dore Gold *

-----------------------
 

Notes

 

1. Voir : http://www.shabak.gov.il/pages/default.aspx .

2. Lt. Col. (res.) Jonathan Dahoah Halevi, "Al-Qaeda Affiliate - Jaish al-Islam - Receives Formal Sanctuary in Hamas-Ruled Gaza," Jerusalem Issue Brief, Vol. 8, No. 7, August 20, 2008, Jerusalem Center for Public Affairs/Institute for Contemporary Affairs, http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/ShowPage.asp?DRIT=1&DBID=1&LNGID=1&TMID=111&FID=379&PID=0&IID=2408&TTL=Al-Qaeda_Affiliate_-_Jaish_al-Islam_-_Receives_Formal_Sanctuary_in_Hamas-Ruled_Gaza .

3. "Britain Should Approach Hamas," BBC News, July 26, 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/8169105.stm .

4. Julian Borger, "West Must Show Respect to Gain Trust of Muslims, Admits David Miliband," Guardian (UK), May 21, 2009, http://www.guardian.co.uk/politics/2009/may/21/david-milliband-iraq-middle-east .

5. Lt. Col. (res.) Jonathan Dahoah Halevi, "The Muslim Brotherhood: A Moderate Islamic Alternative to Al-Qaeda or a Partner in Global Jihad?" Jerusalem Viewpoints, No. 558, November 1, 2007, Jerusalem Center for Public Affairs, http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/ShowPage.asp?DRIT=2&DBID=1&LNGID=1&TMID=111&FID=443&PID=0&IID=1920&TTL=
The_Muslim_Brotherhood:_A_Moderate_Islamic_Alternative_to_al-Qaeda_or_a_Partner_in_Global_Jihad
?  

6. "Hamas Identifies With and Supports Chechen and International Islamic Terrorism on CDs found in the Palestinian Authority-Administered Territories. The CDs Are Distributed by Hamas to Palestinian Youth in Various Educational Institutions," Intelligence and Terrorism Information Center at the Center for Special Studies, September 2004, http://www.terrorism-info.org.il/malam_multimedia/html/final/eng/sib/9_04/chechnya.htm.

7. "Umar Farouk Abdulmutallab: One Boy's Journey to Jihad," Sunday Times (UK), January 3, 2010, http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/middle_east/article6974073.ece?print=yes&randnum=1262499494680.

8. "U.S. Concerned Over Possible Al-Qaeda-Hamas Link," Jerusalem Post, April 28, 2008, http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1145961243718&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull.

9. "Hamas Has Contacts with Al-Qaeda - French Minister," Reuters, July 18, 2007, http://www.reuters.com/article/idUSL181571520070718.

10. See http://www.almasry-alyoum.com/article2.aspx?ArticleID=68758.

11. Michael Slackman, "Egypt Arrests 7 in Bombing of Cairo Bazaar," New York Times, May 23, 2009, http://www.nytimes.com/2009/05/24/world/middleeast/24egypt.html.

 

* Dr. Dore Gold, Ambassadeur d'Israël aux Nations Unies entre 1997-99, est Président du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem  et auteur de Hatred's Kingdom: How Saudi Arabia Supports the New Global Terrorism (Regnery, 2003), The Fight for Jerusalem: Radical Islam, the West, and the Future of the Holy City (Regnery, 2007), et The Rise of Nuclear Iran: How Tehran Defies the West (Regnery, 2009).

 

----------------------------

 

Note de M. Macina

 

[*] Sur cette thématique, voir un document plus détaillé : A. Solnick, "Les Juifs sont les descendants des singes et des porcs".

 


© JCPA

 

Mis en ligne le 7 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org