Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Servitudes et grandeur de Benoît XVI, Bernard-Henri Lévy
22/01/2010

[J'aurais beaucoup à dire sur cette réaction de BHL qui montre ici ses limites, en se basant sur des sources journalistiques, dans l'ignorance la plus totale des ouvrages sérieux sur le sujet, rédigés par des historiens. Surtout, il connaît mal le contentieux théologique entre le judaïsme et le christianisme et il ne comprend pas la nature des reproches qui sont faits à l'Eglise, en général, et à Benoît XVI, en particulier sur ce terrain-là. Ceci étant dit, il rend un fier service à la propagande des zélateurs de Pie XII. C'est pour cela que la version italienne de son article à les honneurs de la première page de L'Osservatore Romano. Et un "Juif du pape" de plus, un ! (Menahem Macina).]


Le Point
du 21/01/2010


Il faudrait quand même que l'on arrête avec la mauvaise foi, les partis pris et, pour tout dire, la désinformation dès qu'il est question de Benoît XVI.

Il y a eu, lors de son élection, ce procès en «   ultraconservatisme   » repris en boucle par les médias (comme si un pape pouvait être autre chose, en effet, que «   conservateur   »).

Il y a eu ces sous-entendus appuyés, quand ce ne furent pas ces grosses blagues, sur le «   pape allemand   », le «   post-nazi   » ensoutané, celui que les Guignols de l'info surnommaient carrément Adolf II (et ce parce qu'il fut enrôlé, comme tous les enfants et adolescents de son âge, dans les mouvements de jeunesse du régime).

Il y a eu le truquage pur et simple des textes – à propos, par exemple, de son voyage à Auschwitz de 2006 où l'on prétendit et où, le temps passant, les souvenirs devenant plus incertains, l'on répéta, là aussi, en boucle, qu'il aurait évoqué les 6 millions de morts polonais, victimes d'une simple «   bande de criminels   », sans préciser que la moitié d'entre eux étaient juifs (la contre-vérité est, ici, proprement sidérante puisque Benoît XVI parla bel et bien, ce jour-là, des «   puissants du IIIe Reich   » tentant d'«   éliminer   » le «   peuple juif   » du «   rang des nations de la terre   » – cf. Le Monde du 30 mai 2006).

Et puis voici, aujourd'hui, le record, j'allais dire le pompon, avec cette visite à la synagogue de Rome, venue après ses deux visites aux synagogues de Cologne et de New York et où le même chœur de désinformateurs n'a pas attendu qu'il ait franchi le Tibre pour annoncer, urbi et orbi, qu'il n'avait ni trouvé les mots qu'il fallait, ni accompli les gestes qui convenaient – et qu'il avait, donc, raté son coup…

Alors, puisque l'événement est encore chaud, on me permettra de mettre, ici, quelques points sur quelques i.

Benoît XVI, quand il s'est recueilli devant la couronne de roses rouges que l'on disposait face à la plaque commémorative du martyre des 1 021 juifs romains déportés, n'a fait que son devoir mais il l'a fait.

Benoît XVI, quand il a rendu hommage aux «   visages   » de ces «   hommes, femmes et enfants   » raflés dans le cadre du projet d'«   extermination du peuple de l'Alliance de Moïse   », a dit une évidence mais il l'a dite.

De Benoît XVI reprenant, mot pour mot, les termes de la prière de Jean-Paul II, il y a dix ans, au Mur des lamentations, de Benoît XVI demandant donc «   pardon   » au peuple juif pogromisé par la fureur d'un antisémitisme longtemps d'essence catholique et formulant les choses, je le répète, en lisant le propre texte de Jean-Paul II, il faut arrêter de répéter, comme des ânes, qu'il est en-retrait-sur-son-prédécesseur.

A Benoît XVI déclarant enfin, après une deuxième station devant l'inscription commémorant l'attentat commis en 1982, à Rome, par des extrémistes palestiniens, que le dialogue judéo-catholique engagé par Vatican II est désormais « ? irrévocable ? », à Benoît XVI annonçant qu'il entend « ? approfondir ? » et «   développer   » le «   débat entre égaux   » qu'est le débat avec ces «   frères aînés   » que sont les juifs, on peut faire tous les procès que l'on veut mais pas celui de «   geler   » le processus engagé par Jean XXIII.

Et quant à l'affaire Pie XII…

Je reviendrai, s'il le faut, sur la très complexe affaire Pie XII.

Je reviendrai sur le cas de Rolf Hochhuth, auteur de ce -fameux « ? Vicaire ? » qui lança, en 1963, la polémique autour des « ? silences de Pie XII   ».

Je reviendrai sur le fait, en particulier, que ce bouillant justicier est aussi un négationniste patenté, condamné -plusieurs fois comme tel et dont la dernière provocation consista, il y a cinq ans, dans une interview à l'hebdomadaire d'extrême droite Junge Freiheit, à prendre la défense du négateur des chambres à gaz David Irving.

Pour l'heure je veux juste rappeler, comme vient de le refaire Laurent Dispot, dans la revue que je dirige, La Règle du jeu, que le terrible Pie XII fut, en 1937, alors qu'il n'était encore que le cardinal Pacelli, le coauteur de l'encyclique « Avec une brûlante inquiétude » qui demeure, aujourd'hui encore, l'un des manifestes antinazis et les plus éloquents de l'époque.

Pour l'heure, on doit à l'exactitude historique de préciser qu'avant d'opter pour l'action clandestine et le secret, avant d'ouvrir donc, sans le dire, ses couvents aux juifs romains traqués par les nervis fascistes, le « silencieux » Pie XII prononça des - allocutions radiophoniques (celles, par exemple, de Noël 1941 et 1942) qui lui valurent, après sa mort, l'hommage d'une Golda Meir qui savait ce que parler veut dire et ne - craignit pas de déclarer   : «   pendant les dix ans de la terreur nazie, alors que notre peuple souffrait un martyre effroyable, la voix du pape s'est élevée pour condamner les bourreaux.   »

Et, pour l'heure, on s'étonnera surtout que, de l'assourdissant silence qui se fit, dans le monde entier, autour de la Shoah, on fasse porter tout le poids, ou presque, sur celui des Souverains du moment qui a) n'avait ni canons ni -avions à sa -disposition ? ; b) ne ménagea pas ses efforts pour, nous disent la plupart des historiens sérieux, partager avec ceux qui en disposaient les informations dont il avait connaissance ? ; c) sauva, lui, effectivement, à Rome mais aussi ailleurs, un grand nombre de ceux dont il avait la responsabilité morale.

Ultime retouche au Grand Livre de la sottise – contemporaine   : Pie ou Benoît, on peut être pape et bouc émissaire.


Bernard-Henri Lévy

 

© Le Point

 

[Article aimablement signalé par D.E.G.]

 

Mis en ligne le 21 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org