Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Le député grec Theodoros Pangalos accuse Israël de commettre des vols
23/01/2010

Article repris du Blog Philosémitisme

Jonny Paul rappelle dans The Jerusalem Post un nouveau cas de nazification d'Israël par un ancien ministre des affaires étrangères grec - d'après nos recherches les faits relatés sont intervenus en décembre 2008 et la lettre en question porte la date du 31 décembre 2008, ce qui n'est pas précisé dans l'article.


L'intellectuel américain, Paul Berman, auteur de Les Habits neufs du terrorrisme, rappelle que la nazification d'Israël trouve son origine en Europe et ne date pas d'hier : "Les comparaisons d'Israël avec l'apartheid - ou les comparaisons plus radicales, et de nos jours plus fréquentes, avec les nazis - ont fait irruption en Europe de l'Ouest et dans le monde arabe dans les années 1970, et maintenant on les trouve partout."

 Greek MP returns 'stolen' Golan wine (adaptation)

"L'actuel Vice-Premier ministre grec a renvoyé à l'ambassade israélienne à Athènes trois bouteilles de vin qui lui avaient été offertes, au motif que le vin ['volé'] provenait du Golan, qui "appartient à la Syrie" et qui est "occupé illégalement".

L'ambassade avait offert les bouteilles à Theodoros Pangalos, député du parti socialiste PASOK et responsable de la coordination de la politique étrangère et du comité de défense dans le gouvernement grec, à l'occasion de Noël [2008] avec les voeux de l'ambassadeur d'Israël en Grèce, Eli Yihiye.

M. Pangalos a retourné le vin à l'ambassade, accompagné d'une lettre dans laquelle il précisait qu'on lui a appris depuis qu'il est tout petit à ne pas voler et à ne pas accepter le produit d'un vol :

"J'ai malheureusement noté que le vin que vous m'avez offert a été produit dans le Golan. J'ai toujours su depuis que j'était tout tout petit que l'on ne doit ni voler ni accepter le fruit d'un vol. Je ne peux donc pas accepter ce cadeau et je dois vous le retourner.  Comme on le sait, votre pays occupe illégalement les Hauteurs du Golan qui appartiennent à la Syrie, selon le droit international et de nombreuses décisions de la communauté internationale."

Se référant aux atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre des Balkans, le député socialiste a ajouté : "Les actions des militaires israéliens actuellement à Gaza rappellent les holocaustes de Grecs à Kalavrita, Doxato, Distomo et certainement aussi le Ghetto de Varsovie."

Tout en appelant à la cessation des activités terroristes du Hamas, il a comparé l'action d'Israël à Gaza à [celle de] l'armée de l'Allemagne nazie:

"Je saisis l'occasion pour exprimer mon espoir qu'Israël obtiendra la sécurité à l'intérieur de frontières reconnues et que les activités terroristes contre son territoire, de la part du Hamas ou de toute autre organisation, seront endiguées et rendues impossibles.  Mais j'espère également que votre gouvernement cessera de pratiquer une politique de punition collective, comme celle pratiquée à une échelle de masse par Hitler et ses armées."

- - - - - - - - - - - - - -


L'antisémitisme à la grecque n'est pas mal non plus, merci (UPJF, juin 2004)
 
[Voir aussi: Pour un journal grec 'propre sur lui', la victoire d'Obama, sonne « la fin de la domination juive »"!; "M. Theodorakis, compositeur grec, Israël «racine du mal»" ; "Le « bonbon du terrorisme », selon Theodorakis" ; "Théodorakis, 'don de Dieu' dont notre peuple se passerait bien" ; "Théodorakis : «Mon opinion sur le peuple israélien»" ; "M. Theodorakis,  les vrais meurtriers ne sont pas Américains". (Note de M. Macina)]

"Le 30 mars 2002, le député socialiste et ancien ministre grec des affaires étrangères, Theodoros Pangalos, emmena dix-sept parlementaires manifester devant l'ambassade d'Israël, à Athènes, pour une énième protestation contre la politique israélienne. C'était le samedi de Pessah, une fête qui commémore la fin de l'esclavage en Égypte. Trouvant porte close, il déclara, furibond : "On est en Grèce, et en Grèce, ça n'est pas le Sabbat de Pessah. Ils devraient un peu respecter le pays où ils vivent".

L'ambassadeur d'Israël rappela, le lendemain, que le Sabbat est "jour de repos sacré pour les juifs et qu'en plus on (était) en pleine fête de Pessah", ce que le quotidien Ta Nea traduisit par : "L'ambassade a usé du prétexte de la Pâque juive pour se défiler devant la délégation parlementaire grecque". Dès le lundi, à la radio, Pangalos, ajoutant la grossièreté à la confusion et à l'ignorance, ajouta : "Mais les raisons pour lesquelles lui, un juif, se croit justifié de proclamer la Pâque catholique [sic] comme journée de repos absolu pour les chrétiens orthodoxes que nous sommes, cela demande une explication, et cette explication, il la doit aux gens qui lui donnent l'hospitalité ici, les Athéniens, les Grecs ! A mon avis, nous devons faire un exemple de ce genre d'arrogance, de la part d'un monsieur qui a osé insulter et mépriser le Parlement grec, expression du peuple de Grèce ! [. ..] C'est scandaleux et inacceptable, d'un point de vue moral et politique. Cela rappelle le souvenir de l'épuration ethnique hitlérienne, car si ce n'est pas de l'épuration ethnique, alors qu'est-ce que c'est ?". Voilà comment s'exprime un ancien ministre des affaires étrangères d'un pays de l'Union européenne, à propos de l'une de principales fêtes juives, sous prétexte que l'ambassade d'Israël la célèbre."


Sur la moralité du parti socialiste grec, voir
The Greeks had a word for it: hypocrisy (FresnoZionism.org).

Pour en savoir plus sur la Grèce cliquer ICI

© Philosémitisme avec Jerusalem Post 

 

Mis en ligne le 23 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org