Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France-2 (développements récents)

Mohammed n'est pas mort, Reuven Pedatzur
24/01/2010

[Mon ami, Ph. Karsenty, me signale cet article important. Bien qu'il en existe une version anglaise je l'ai traduit de l'original hébreu.]

Texte original hébreu : ????? ?? ??

Sur le site de Haaretz, 24 janvier 2009

Traduction française : Menahem Macina pour debriefing.org

 

L'image de Mohammed et Jamal Al-Dura se cachant derrière un fût de béton, dans le vain espoir d'échapper aux balles des soldats israéliens, est devenue le symbole de la cruauté et de la brutalité d'Israël et a donné de Tsahal l'image d'une armée assoiffée de sang, et agissant selon des normes illégitimes. Les 55 secondes diffusées par France 2, la chaîne [nationale] de télévision française, au terme desquelles le journaliste, Charles Enderlin, déclara : « Mohammed est mort », ont ouvert « les vannes d'un énorme déluge de désirs de vengeance », pour reprendre les termes de Amos Arel et Avi Isacharoff, dans leur livre "La septième guerre".

Mohammed Al-Dura devint un martyr, le symbole de la lutte du peuple palestinien contre le conquérant cruel. Des timbres à l'effigie du père et du fils furent imprimés dans tout le monde arabe, et le nom de l'enfant fut donné à des rues. L'affaire Mohammed Al-Dura est une formidable victoire de la propagande palestinienne. Mais il s'avère qu'elle est aussi la plus grande et la plus incompréhensible carence de l'information israélienne. Carence, du fait qu'il y a suffisamment de preuves montrant que le récit de la mort de l'enfant n'a été qu'une mise en scène réalisée avec un art consommé par les Palestiniens.

Ce qui est inquiétant, dans toute cette affaire, c'est l'indifférence dont a fait preuve l'Israël officiel à l'égard des témoignages et des enquêtes qui se sont accumulés aussitôt après l'événement. Le documentaire de la journaliste allemande, Esther Shapira, et l'enquête effectuée par l'homme d'affaires français, Philippe Karsenty, font naître le soupçon que le caméraman qui a réalisé le film transmis à France 2, a concocté l'histoire en concertation avec beaucoup de gens. Le témoignage du caméraman est rempli de contradictions. Il raconte que « les soldats ont tiré de sang-froid sur le père et son fils durant 45 minutes ». Or, si les soldats de Tsahal voulaient vraiment atteindre, « de sans froid », Mohammed et son père, ils auraient pu les éliminer en moins d'une minute. A la question portant sur le nombre de balles tirées dans leur direction, Abu Rahmah a répondu : « au moins quatre cents ». Sur les lieux, on peut voir clairement qu'il n'y a que huit trous dans le mur [auquel étaient adossés Mohammed et son père].

Karsenty a obtenu les rushes réalisés par Abu Rahmah et, lors de la projection des dix secondes filmées après que Enderlin ait déclaré : « Mohammed est mort », on voit l'enfant lever le bras et jeter un coup d'œil en direction de la caméra. Dans aucune des prises de vues du film on ne voit d'impacts de balles dans les corps du père et du fils, alors même que le père affirme avoir été lui-même atteint de douze balles et son fils de trois. On n'a pas trouvé la moindre goutte de sang sur le lieu de l'événement.

Les funérailles de Mohammed Al-Dura ont rassemblé une foule de gens. Toutefois, au témoignage du médecin qui l'a réceptionné, l'enfant qui a été enterré était arrivé à l'hôpital Shifa à dix heures du matin. Les tirs au Carrefour de Netzarim n'ont eu lieu qu'à 14 heures et Mohammed a été évacué   après 15 heures. Sur la photo qu'exhibe le médecin pathologiste de Gaza, on voit, certes, un enfant touché par des balles, mais ses blessures ne sont pas celles qu'a évoquées Jamal [le père de Mohammed]. Alors que le père témoigne que Mohammed a été atteint à la jambe droite, l'enfant de l'hôpital Shifa a été atteint à la jambe gauche. Un spécialiste de l'identification biométrique a comparé la photo de l'enfant inhumé avec celle de l'enfant du Carrefour de Netzarim, et il est arrivé à la conclusion qu'il s'agit de deux enfants différents.

Jamal affirme que 12 balles ont percé son corps et exhibe publiquement les cicatrices de ses bras. Mais Shapira a pu rencontrer le docteur Yehouda David, lequel témoigne qu'il a opéré Jamal six ans avant l'événement de Netzarim, et que les cicatrices que l'homme a montrées sont la conséquence de blessures au couteau.

Et malgré tout cela, l'Israël officiel garde le silence. Pour une raison difficilement compréhensible, une occasion en or de mettre en doute la fiabilité de la version palestinienne concernant l'un des événements marquants de l'histoire du conflit, a été perdue. Tsahal se rend plus d'une fois coupable d'utilisation excessive de la force militaire, causant ainsi la mort de gens innocents. Mais quand il s'avère que, dans le cas des Al-Dura, les soldats de Tsahal n'ont pas tiré sur un enfant et son père, tant les responsables de l'information de Tsahal que le ministère des Affaires étrangères se taisent. De la sorte, Israël abandonne le champ de la communication aux Palestiniens, qui en font un usage sophistiqué, en profitant de la coopération des chaînes de télévision favorables à la cause palestinienne, comme c'est le cas de France 2.


Reuven
Pedatzur

 

© Haaretz

 

J'ai réuni des centaines d'articles sur cette affaire. Ils sont consultables sur mon site personnel www.debriefing.org

A-Dura / France-2 (développements récents)

depuis l'arrêt du 21/05/2008

de l'origine (2001) au 15/11/2007

 

Mis en ligne le 24 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org