Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 25 janvier 2010
25/01/2010

ISRAËLIENS - PALESTINIENS

La visite de Mitchell s'est terminée sans résultat en faveur des négociations avec l'Autorité palestinienne / Barak Ravid - Haaretz

L'émissaire américain George Mitchell s'est entretenu une nouvelle fois hier avec le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu et le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, mais il semblerait qu'aucun progrès n'ait été fait en vue de la reprise des négociations entre Israël et l'Autorité Palestinienne, et que ce nouveau voyage de Mitchell se soit clos sur un échec.

Après son entretien avec Mitchell, Netanyahu a ouvert le conseil des ministres en évoquant les messages transmis par l'émissaire américain : « Il a présenté plusieurs idées intéressantes sur la manière de relancer le processus. Nous souhaitons y parvenir. Les Palestiniens doivent adhérer à ces idées ».

Des membres du cabinet du Premier ministre ont exprimé hier leur pessimisme quant à l'éventualité d'une relance des négociations. Ils ont ajouté que les idées de Mitchell n'étaient pas révolutionnaires et étaient plutôt techniques, comme l'ordre des sujets qui seront évoqués lors des pourparlers, leur cadre et les préparatifs.

Binyamin Netanyahu a participé hier à des plantations d'arbres à l'occasion de la fête juive de Tou Bishvat, dans les colonies de Kfar Etzion et de Ma'alé Adoumim. Bien qu'il soit possible d'interpréter son geste comme une provocation contre les efforts de relance des négociations, Netanyahu a bien veillé à ne pas se rendre dans les colonies isolées mais uniquement dans les blocs d'implantions.

S'exprimant lors de ces cérémonies de plantation d'arbres, Netanyahu a affirmé sa volonté de former un consensus international autour des grands blocs d'implantions. « Notre message est bien clair, nous plantons des arbres ici et nous y resterons », a-t-il déclaré à Kfar Etzion. « Cet endroit constituera une partie intégrante de l'Etat d'Israël, pour toujours », a-t-il ajouté.

 

A l'approche du débat sur le rapport Goldstone : Israël demande que le Secrétaire général de l'ONU émette une appréciation positive sur les enquêtes menées par Tsahal / Barak Ravid - Haaretz

Le ministère des Affaires étrangères et Tsahal se préparent en vue du débat de l'Assemblée générale de l'ONU, prévu pour le 5 février prochain, lors duquel le Secrétaire général de l'ONU devrait rendre compte des actions faites par Israël et par l'Autorité Palestinienne, dans le cadre de l'application du rapport Goldstone sur l'opération Plomb durci. Selon des responsables du ministère des Affaires étrangères, Israël oeuvre auprès de Ban Ki-Moon pour que son rapport comporte une appréciation positive des efforts déployés par Israël pour enquêter sur les atteintes portées à des victimes innocentes au cours de cette opération.

Dans les jours à venir, Israël diffusera au siège de l'ONU à New York un rapport dressant le bilan des enquêtes menées par Tsahal sur les atteintes à des personnes innocentes. Ce rapport a été préparé conjointement par le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Justice, le parquet militaire et la direction de la planification au sein de Tsahal. Il détaille 100 incidents investigués par Tsahal, dont 30 qui figuraient dans le rapport Goldstone.

Des responsables du ministère des Affaires étrangères chargés de ce dossier craignent que le rapport israélien ne satisfasse pas la communauté internationale puisqu'il n'inclut pas de données sur des soldats condamnés pour atteinte à des personnes innocentes ou sur la volonté de les inculper. « Le monde veut voir combien il y a eu de condamnations ou d'actes d'accusation », indique un responsable du ministère des Affaires étrangères. « Cela ne les intéresse pas de savoir combien d'enquêtes nous avons menées, si elles n'ont pas abouti », a-t-il expliqué.

 

DIPLOMATIE

Le ministre belge n'a pas été autorisé à se rendre à Gaza / Itamar Eichner - Yediot

Deux semaines après le conflit médiatisé entre le vice-ministre des Affaires étrangères, Dany Ayalon, et l'ambassadeur turc en Israël, il y a encore eu un affrontement entre un invité étranger et le vice-ministre.

Le ministre belge de coopération au développement, Charles Michel, qui effectue une visite dans la région, a demandé à se rendre dans la bande de Gaza pour suivre la progression des projets soutenus par son pays. Dany Ayalon l'en a empêché, lui annonçant qu'il ne pourrait entrer à Gaza.

« Cela légitimera le Hamas », lui a-t-il expliqué ; « de toute façon, toute aide apportée par la Belgique sera volée par le Hamas », a ajouté Ayalon. Le ministre belge s'est indigné de cette interdiction et a dit à Ayalon qu'il n'était « pas normal qu'une visite humanitaire à Gaza soit interdite ».

 

INTERNATIONAL

De la haine antisémite dans le monde / Dalya Mazori - Maariv

2009 a été l'année record des incidents antisémites en Europe occidentale depuis la Deuxième Guerre mondiale. Ces données alarmantes ressortent du rapport annuel du forum de la lutte contre l'antisémitisme de l'Agence juive. Outre la hausse considérable du nombre des incidents antisémites, il y a également eu une aggravation des agressions physiques contre les Juifs.

Le bilan de 2009 montre en effet que durant le premier trimestre de cette année, un plus grand nombre d'incidents antisémites ont eu lieu en Europe occidentale que durant toute l'année 2008. En France, par exemple, 631 incidents ont été enregistrés au premier semestre 2009, contre 474 en 2008.

Ce rapport qui a été présenté en vue de la journée mondiale de lutte contre l'antisémitisme, qui aura lieu le 27 janvier prochain, révèle que 42 % des habitants d'Europe occidentale soupçonnent que les Juifs abusent de leur passé de victimes pour obtenir des fonds. En Pologne et en Espagne, ce chiffre est bien plus élevé : 75 % des habitants estiment que les Juifs sont des profiteurs contre seulement 5 % aux Pays-Bas.

 

INTERIEUR

L'Etat d'Israël contre les travailleurs étrangers / Itamar Eichner - Yediot

« Nous sommes tout d'abord engagés en faveur de nos propres pauvres », ont déclaré hier le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu et son ministre des Finances Yuval Steinitz, avant de présenter une réforme destinée à réduire le nombre de travailleurs étrangers en Israël.

Le nombre de ces derniers est estimé à 255.000 dont 77.000 seulement possèdent des permis de travail comme l'exige la loi. Ils sont principalement employés dans cinq secteurs : l'assistance médicale, l'agriculture, le bâtiment, les restaurants asiatiques et l'industrie. Il y aurait, en plus de cela, 19.000 Africains qui se sont infiltrés en Israël par l'Egypte dont très peu sont reconnus comme réfugiés.

L'objectif de la réforme présentée hier par Netanyahu et par Steinitz, lors d'une conférence de presse organisée au cabinet du Premier ministre, est de réduire le nombre des travailleurs étrangers de 30 à 50.000 d'ici le début de 2011. Le gouvernement a également décidé de durcir les sanctions contre leurs employeurs : augmenter les amendes, les empêcher de partir à l'étranger, ne pas renouveler leurs passeports, restreindre leurs comptes bancaires, ne pas renouveler leur permis de conduire et les empêcher d'utiliser des cartes bancaires.

Cette réforme permettrait de libérer 30.000 emplois en faveur des Israéliens, de réduire le taux de chômage de un pour cent et augmenter les salaires. « Nous ne pouvons encourager l'insertion des populations ultra-orthodoxes et arabes dans le marché de travail tout en permettant que leurs futurs emplois soient pris par des travailleurs étrangers illégaux », a déclaré le Premier ministre.

La France en Israël


------------------------------------------------------------------------------------

Cliquer pour accéder au site "La France en Israël"


Mis en ligne le 25 janvier 2010, par M. Macina, sur le site debriefing.org