Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 20 janvier 2010
31/01/2010

Revue de Presse de l'Ambassade de France en Israël, 29 janvier 2010

 

DIPLOMATIE

Israël devrait faire savoir aujourd'hui s'il accepte d'examiner les affirmations du rapport Goldstone / Barak Ravid – Haaretz

Le Premier ministre Netanyahu et le ministre de la Défense, Ehud Barak, ne sont pas parvenus hier à un accord concernant les démarches qu'effectuera Israël dans le cadre de la réponse qu'il adressera au secrétaire général de l'ONU sur les conclusions du rapport Goldstone. MM. Barak et Netanyahu étaient hier toujours en désaccord quant à la mise en place d'une commission de vérification indépendante, une proposition que rejette le ministre de la Défense, mais à laquelle les ministères des Affaires étrangères et de la Justice sont favorables. Israël doit faire connaître d'ici ce soir au secrétaire général de l'ONU les démarches qu'il a effectué afin d'appliquer les conclusions et les recommandations du rapport Goldstone sur l'opération Plomb Durci.

Au bureau du Premier ministre on affirmait hier soir que M. Netanyahu a pris sa décision mais qu'il doit encore consulter à ce sujet les ministres de son gouvernement et des dirigeants étrangers et que, par conséquent, il ne fera part de cette décision qu'aujourd'hui. Ce soir, la délégation israélienne aux Nations Unies rencontrera les collaborateurs du secrétaire général pour leur remettre la réponse israélienne quant aux mesures qui ont été prises pour mettre en œuvre les conclusions du rapport. Cette réponse sera prise en compte dans le rapport que présentera le secrétaire général à l'assemblée générale, vendredi prochain.

La réponse israélienne comprendra plus d'une centaine d'enquêtes qui ont été ou sont effectuées par Tsahal, dont trente qui portent sur des cas évoqués par le rapport Goldstone. Cependant on ignore toujours si Israël compte annoncer la mise en place d'une commission indépendante et extérieure à l'armée pour enquêter sur l'opération Plomb Durci.


Le Premier ministre accepte de libérer plusieurs centaines de prisonniers du Fatah pour faire redémarrer les pourparlers / Barak Ravid et Natasha Mozgovaya – Haaretz

Le Premier ministre Netanyahu accepte de libérer plusieurs centaines de prisonniers dans le cadre de la démarche que les Etats-Unis tentent d'effectuer pour relancer les pourparlers avec les Palestiniens. M. Netanyahu a fait savoir à l'émissaire américain, George Mitchell, qu'il est prêt à faire ce geste dans le cadre de l'ouverture de négociations à un échelon subalterne et par le biais des Etats-Unis.

Selon un haut responsable israélien, George Mitchell a fait une nouvelle proposition au Premier ministre Netanyahu et au président de l'Autorité palestinienne, Abou Mazen, et a suggéré que la première phase des pourparlers prenne la forme de « pourparlers de proximité », semblables aux négociations qui se sont déroulées entre Israël et la Syrie.

Dans ce cadre de ces pourparlers, M. Mitchell ferra la navette entre Jérusalem et Ramallah et transmettra les messages de deux parties et leurs positions sur les questions fondamentales. Des pourparlers pourraient ensuite s'ouvrir à des échelons subalternes pour voir s'il y a lieu de passer à des pourparlers au niveau des dirigeants.

La proposition faite par George Mitchell comprend des gestes de bonne volonté de la part d'Israël, le principal étant la libération de plusieurs centaines de prisonniers du Fatah. Selon un haut responsable israélien, il s'agirait surtout de prisonniers qui n'ont plus que de courtes périodes de prison à purger. D'autres gestes seront effectués tels que la levée de barrages.

Toujours selon ce responsable, le Premier ministre Netanyahu aurait accepté cette proposition tout en soulignant la nécessité d'obtenir une réponse positive de la part des Palestiniens. George Mitchell a fait part de sa proposition à Abou Mazen mais celui-ci, affirme le responsable israélien, « a dit qu'il réfléchirait puis est parti pour l'étranger sans donner de réponse ».

Hier, le président américain, Barack Obama, a consacré une partie de son discours au habitants de Tampa, en Floride, au dossier du Proche-Orient, évoquant les obstacles politiques internes aux sein des deux camps : « Le Premier ministre Netanyahu fait un effort pour aller au-delà de ce que sa coalition lui permet, tandis que le président Abbas a des difficultés à faire face au Hamas, une organisation qui ne reconnaît pas le droit d'Israël à exister ».


Le Premier ministre Jordanien : « La paix est en train de se refroidir » / Gideon Kutz – Maariv

Le président Shimon Pérès a eu hier un entretien de travail avec le roi Abdallah de Jordanie, dans le cadre du Forum économique mondial de Davos. Au cours de cette rencontre, qui a été qualifiée de « franche et ouverte », les deux hommes ont évoqué les moyens qui permettraient de relancer les négociations entre Israël et les Palestiniens. Avant cette rencontre, le Premier ministre jordanien, Sami al-Rifaï, a tenu des propos inhabituels en déclarant à Maariv : « La Jordanie regrette que la paix avec Israël soit en train de se refroidir, à cause de la situation dans laquelle se trouvent les pourparlers ».

Le président Pérès et le roi Abdallah se sont entretenus hier à Davos pendant trois quarts d'heure. A la demande des Jordaniens, la rencontre s'est faite dans la discrétion, en l'absence de journalistes.

Selon les Israéliens, l'entretien a été « franc et ouvert » et le souverain jordanien a exprimé son inquiétude pour l'avenir de la région. Il a souligné l'importance du processus de paix entre Israël et les Palestiniens pour le processus régional et la nécessité de reprendre rapidement des négociations qui mèneront à deux Etats pour deux peuples.

Le président Pérès a réaffirmé l'engagement d'Israël en faveur de la paix et a indiqué qu'il existe en Israël un consensus en faveur de la solution de deux Etats pour les deux peuples. M. Pérès a souligné qu'Israël est prêt à se rasseoir sans délai à la table des négociations et que des efforts suprêmes doivent être faits pour relancer le processus diplomatique.

Le Premier ministre jordanien, Samir al-Rifaï, participait, lui aussi, à l'entretien. Avant d'entrer dans la salle, il a déclaré : « La Jordanie regrette que la paix avec Israël soit en train de se refroidir à cause de la situation dans laquelle se trouvent les négociations israélo-palestiniennes. Nous souhaiterions au contraire que cette paix se réchauffe ». Le Premier ministre al-Rifaï a cependant indiqué que les relations entre la Jordanie et Israël poursuivent leur cours normal et que la Jordanie reste impliquée dans la région pour ramener les parties à la table des négociations.


Le Hamas : Le médiateur allemand va démissionner à cause d'Israël / Roni Shaked et Itamar Eichner – Yediot Aharonot

Le médiateur allemand dans le dossier Shalit, Gerhard Conrad, pourrait démissionner de ses fonctions dans les prochaines semaines. C'est ce qu'affirme le Hamas qui accuse Israël d'avoir causé cette démission par son entêtement.

Iman Taha, un des hauts responsables du Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré hier au journal égyptien, al-Yum a-Sabaa : « Le médiateur allemand va démissionner prochainement. Il met fin à sa mission à cause des Israéliens qui s'entêtent à rejeter les demandes du Hamas, ce qui a mené les négociations dans l'impasse. Les Israéliens l'ont tout simplement mis dans l'embarras ».

Au Hamas on continue à affirmer que l'accord sur Guilad Shalit n'a pas été conclu car Israël est revenu sur certains de ses engagements, concernant notamment la libération de Marwan Barghuti et Ahmed Saadat.

Le journal égyptien al-Masriyun, affirmait avant-hier que les négociations concernant Guilad Shalit reprendront la semaine prochaine. Selon le journal, c'est la France, et non l'Allemagne, qui servira cette fois-ci de médiateur. Les Français, affirme al-Masriyun, souhaitent effectuer l'échange de prisonniers en une seule étape et non en trois comme le prévoyait la médiation allemande. Par ailleurs, le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, a déclaré hier en privé qu'il souhaite reprendre immédiatement les pourparlers avec Israël mais qu'Abou Mazen refuse de se rasseoir à la table des négociations.

La France en Israël


------------------------------------------------------------------------------------

Cliquer pour accéder au site "La France en Israël"


Mis en ligne le 29 janvier 2010, par M. Macina, sur le site debriefing.org