Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (politique intérieure)

La Knesset va discuter de la tempête que cause le New Israel Fund
03/02/2010

 

Maariv, 31 janvier 2010

 

Original hébreu : ????? ???? ????? "???? ?????"

Le député Israël Hasson, de Qadima, ancien directeur adjoint du Shabaq (services de sécurité intérieure) demande qu'un débat ait lieu à la Knesset concernant New Israel Fund. Et d'affirmer : « Il faut enquêter sur le problème des groupes qui approuvent les arrestations d'officiers de Tsahal et contribuent à l'action de soutien au Hamas ».

De plus, sont explorées des méthodes d'action supplémentaires en matière d'enquêtes, et de nombreux députés envisagent de demander au gouvernement de cesser de collaborer avec le New Israel Fund dans toutes les initiatives communes auxquelles ce Fonds collabore avec les services du Gouvernement, tel le ministère de l'Education.

L'étude réalisée par le mouvement ‘Im tirtsou, que dirige Ronen Shoval, et qu'a publiée publié Maariv la semaine dernière, soulève une tempête de réactions dans l'establishment politique et dans l'opinion publique. Selon cette étude, 92% des citations de source israélienne, qu'évoque la Commission Goldstone à l'encontre d'Israël et de Tsahal, ont été fournies par des associations financées par le New Israel Fund.


Ouverture d'une enquête officielle, recommandée

Le président de ‘Im tirtsou, Ronen Shova, s'est plaint hier, à la police de Jérusalem, d'avoir reçu des menaces anonymes par téléphone en fin de semaine. Pour l'instant, il s'avère que le matériau révélé en fin de semaine est connu des autorités de Tsahal ainsi que des autorités judiciaires israéliennes : une partie en a été transmise il y a environ six mois à l'avocat général de Tsahal, le colonel Avihai Mandelblit.

Il a examiné le matériau et l'a transmis au Conseiller juridique du Gouvernement, en y adjoignant une recommandation de lancer une enquête officielle. Une enquête de cette nature, n'a pour l'instant pas été mise en oeuvre. Les services de la sécurité intérieure sont également au courant de ce matériau et de son caractère sensible. Prendre des mesures contre ce phénomène n'est pas chose simple, du fait que le New Israel Fund est une association de droit américain. Il faut souligner également qu'une grande partie de l'action de cette association en Israël est consacrée à des sujets sociaux et publics de haut niveau.

« Il sera difficile de faire un lien entre cette activité et une subversion politique »,

affirme une source sécuritaire qui connaît très bien la question,

« mais, d'autre part, il est clair qu'il y a là un type d'action inquiétant qui cause un tort considérable à Israël et qui permet à ceux qui l'avilissent de lier les mains de Tsahal et de porter atteinte à la légitimité de l'Etat juif, en général, et à son droit à se défendre, en particulier. »


Pour l'instant, ‘Im tirtsou a l'intention de lancer une vaste campagne publique, orientée, de manière générale, contre le New Israel Fund, et à titre privé, contre celle qui le dirige, la professeure Naomi Hazan. Des dizaines de militants du mouvement [‘Im tirtsu] ont déjà manifesté devant le domicile de Hazan, à Jérusalem, déguisés en militants du Hamas et arborant des pancartes de remerciement et de félicitation à Hazan et au New Israel Fund. Jusqu'à plus ample informé, Hazan se trouve actuellement aux Etats-Unis.

 

© Maariv

 

Mis en ligne le 1er février 2010, par Menahem Macina, sur le site rivtsion.org






Traduction française de l'hébreu : Menahem Macina


[Sous le titre, " Comment le New Israel Fund a alimenté et financé le rapport Goldstone ", l'Upjf mettait en ligne, le 31 janvier, une information importante concernant le scandale qui éclabousse l'association juive américaine New Israel Fund, laquelle n'était déjà pas en odeur de sainteté en raison de son soutien non dissimulé à la cause palestinienne. « Une enquête récente de l'organisation "Im Tirtsou" révèle que 92 % des citations du rapport Goldstone accusant Israël proviennent de 16 associations israéliennes. Et ce qui est encore plus étonnant : la majorité de ces associations sont financées par le New Israel Fund », écrivait le site de l' UPJF en introduction de l'article de Maariv dont il résumait la teneur. Le même organe de presse israélien, nous apprenait hier qu'à la demande d'un député, l'affaire pourrait être débattue à la Knesset. (Menahem Macina).]