Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Hamas

Selon un rapport américain alarmiste : le Hezbollah prépare un plan d'incursion dans le nord d'Israël, Khaled Asmar
03/02/2010

[Un article à prendre avec précaution. Tout d'abord parce qu'il provient de Debkafile, une officine d'informations de presse - majoritairement sensationnalistes, voire catastrophalistes - qui, au fil des années, a prédit le pire, lequel... fort heureusement, ne s'est jamais réalisé. Que le Hezbollah iranien arme le bras du Hamas, ce n'est un mystère pour personne. Que le Hamas rêve d'affronter Israël, même s'il sait qu'il ne l'emportera pas, cela fait également partie des scénarios envisagés, de longue date, par l'état-major de Tsahal, le mouvement islamiste radical étant prêt à sacrifier autant de vies humaines qu'il le faudra pour pouvoir se targuer d'une "victoire" sur Israël. Ceci étant dit, il est clair qu'il ne faut pas prendre à la légère la probabilité – réelle – d'une insurrection armée de ce genre ou d'un autre. On me permettra seulement d'être sceptique sur l'authenticité des précisions stratégiques fournies par le rapport de DEBKAfile, dont l'auteur donne l'impression d'avoir lu par-dessus l'épaule du rédacteur de ce "plan d'invasion". Ce qui est certain, c'est qu'il n'y aura pas de Kippour cisjordanien, l'armée israélienne étant prête depuis des mois à contrer durement ce type d'action. Le véritable danger est que, quel que soit son succès ou son échec, une telle attaque d'envergure, si elle devait avoir lieu, obligerait Israël à reprendre le contrôle total de la Cisjordanie et de Gaza. En termes de guerre subversive, ce serait, pour le Hamas, une opération "win-win", comme disent les Anglo-Saxons – c'est-à-dire que, quelle qu'en soit l'issue, elle nuirait considérablement à Israël, en termes de pertes humaines palestiniennes, d'abord, mais, également et surtout, en termes d'image, Israël étant à nouveau mis au pilori au plan international pour la "brutalité" et la "disproportion" de sa riposte. Pour toutes ces raisons, et malgré mes réticences à l'égard de la "révélation" de DEBKAfile, je crois possible une opération de ce type, même si son ampleur ne devait pas être celle que décrit l'officine de presse citée. (Menahem Macina).]  

 

Sur le site MediArabe.info, mardi 2 février 2010


Source: DEBKAfile

Beyrouth

L'inquiétude s'empare des Libanais. En amplifiant la menace, Israël cherche-t-il à justifier une nouvelle guerre ?

S'appuyant sur une enquête menée durant plusieurs mois, les services de renseignement américains auraient établi un rapport alarmiste évoquant un plan préparé par l'Iran, la Syrie, le Hezbollah et le Hamas pour envahir le nord d'Israël. Près de 5.000 combattants du Hezbollah se seraient entraînés en Iran pour mener ces incursions et contrôler la Galilée et le nord-ouest de l'Etat hébreu. En février 2009, « MediArabe.info » avait révélé l'existence de tunnels destinés à ce type d'opérations qualitatives en Israël.

Ce rapport, révélé par le site israélien Debkafile connu pour être proche des services israéliens et très informé, est à prendre très au sérieux. En effet, cette source s'appuie sur un rapport solide des renseignements américains, établi à l'issue de plusieurs mois d'enquête, et qui révèle que l'axe composé par l'Iran, la Syrie, le Hezbollah et le Hamas a mis au point un plan offensif en territoire israélien. Il s'agit plus précisément d'une incursion qui serait menée par quatre bataillons du Hezbollah qui franchiraient la frontière entre le Liban et Israël sur quatre fronts allant de la Méditerranée à l'ouest à la Galilée à l'est. Un cinquième bataillon, plus en retrait, assurerait la couverture balistique grâce aux dizaines de milliers de missiles détenus par le Hezbollah, et qui auraient été déployés loin de la frontière, y compris dans le nord du Liban, pour les mettre à l'abri des raids aériens de Tsahal.

Dans le même temps, le rapport souligne que le Hamas ouvrirait deux fronts pour affaiblir Israël, le premier au Sud (Gaza), le second à l'Est (Cisjordanie). Les Arabes Israéliens seraient également sollicités pour se soulever contre l'Etat hébreu et pour le déborder. De son côté, la Syrie serait mise à contribution à travers une couverture aérienne et l'ouverture d'un front dans le Golan. Pour réaliser ce plan, l'Iran aurait entraîné près de 5.000 combattants du Hezbollah dans les camps des Pasdarans, à proximité de Téhéran. Il s'agirait en effet de cinq bataillons composés chacun d'un millier d'hommes. Ils auraient reçu un entraînement intensif et auraient été préparés aux incursions, particulièrement en milieu urbain.

En effet, selon le rapport, l'un de ces bataillons serait chargé de l'incursion sur l'axe côtier Naqoura-Nahariya, sur une profondeur de 7 km, et de la prise de la totalité ou d'une partie de Nahariya (55.000 habitants) et de la capture du plus grand nombre possible d'otages. Un second bataillon s'occuperait de la prise de la ville de Shlomi (6.500 habitants), proche de la frontière, pour couper les lignes de ravitaillement de l'armée israélienne, reliant Nahariya à la Galilée. Un troisième bataillon assurerait une importante percée pour couper la route entre Acre et Safed, grâce à la prise de B'ina, Deïr El-Asad et Majd El-Krum. Ce faisant, le Hezbollah entendrait paralyser les voies de communication de Tsahal dans l'ensemble de cette région. Un quatrième bataillon effectuerait une incursion à l'est, en bordure du Golan, dans la vallée de Hula. Le cinquième bataillon serait chargé de la couverture balistique, bombardant essentiellement les cibles stratégiques et militaires israéliennes.

Enfin, le rapport évoque le rôle de la Syrie dans ce plan offensif. Damas y contribuerait, dans une première phase, en assurant l'appui logistique et la couverture aérienne au Hezbollah. Mais au besoin, l'armée syrienne pourrait intervenir directement en ouvrant un front dans le Golan pour soulager le Hezbollah, notamment si l'armée israélienne parvient à contenir l'offensive.

C'est sans doute grâce à ce scénario que le Hezbollah multiplie ses menaces à l'encontre de l'ennemi sioniste. Hassan Nasrallah a récemment affirmé que son parti était capable de modifier fondamentalement le paysage régional. Les responsables iraniens ont de leur côté réitéré leur détermination à rayer Israël de la carte du monde et à débarrasser la région du cancer sioniste.

Notons enfin que « MédiArabe.info » avait mis en garde, déjà en février 2009, contre un scénario similaire. Nous avions alors révélé l'existence de quatre tunnels reliant le Liban au territoire israélien (Naqoura, Galilée et le fond israélien), creusés à 20 m. de profondeur par le Hezbollah. Trois autres tunnels logistiques, reliant le Liban à la Syrie, étaient déjà praticables par des camions de grand gabarit pour le transport des missiles longue portée. Enfin, nous avions évoqué la présence de plusieurs sous-marins de fabrication iranienne à Ouzaï, au sud de Beyrouth, dans une base du Hezbollah reliée à la Méditerranée par un canal souterrain.

A la lecture de ces révélations américaines, relayées par le site israélien « Debkafile », les Libanais redoutent une « guerre inévitable », et estiment que l'Etat hébreu amplifie la menace que représente le Hezbollah pour justifier a priori cette guerre, notamment auprès de l'Occident. L'inquiétude est d'autant plus ressentie que les Américains déploient des missiles anti-missiles dans les eaux du Golfe et dans quatre monarchies de cette région, pour protéger leurs bases et l'industrie pétrolière de ces pays. D'autres bâtiments américains seraient en outre déployés en Méditerranée pour assurer un bouclier anti-missile à Israël. Aussi, comme « MédiArabe.info » l'avait récemment signalé, de plus en plus d'experts internationaux et de responsables Américains accusent l'Iran de vouloir provoquer des « guerres périphériques », loin du territoire iranien, pour faire diversion, détourner l'attention et éviter la pression qui s'accentue sur Téhéran. Après la guerre au Liban en été 2006, celle de Gaza fin 2008, et le conflit interminable au Yémen et à la frontière de l'Arabie saoudite, tous les regards se tournent à nouveau vers le Liban qui réunit tous les ingrédients d'un nouveau conflit.

Khaled Asmar

© MediArabe.info *

* Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

[Article aimablement signalé par J.-P. Bensimon, qui dirige le site Objectif-Info.fr.]

 

Mis en ligne le 3 février 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org