Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Dans la synagogue de Rome, Benoit XVI défend Pie XII

[On notera le désaccord - discret mais impossible à ignorer ? qu'a exprimé le public juif de la Grande Synagogue de Rome, en accueillant dans un silence glaçant la phrase du pape faisant allusion à l' « action de secours, cachée et discrète » du Vatican. Ce silence contrastait violemment avec les applaudissements qui avaient salué, l'instant d'avant, l'évocation, par Benoît XVI, de la réaction « de courage de beaucoup, parmi les catholiques italiens » qui « ouvrirent les bras pour secourir les juifs traqués? ». Telle est la manière - digne mais sans équivoque -  dont ces juifs ont refusé d'entériner le satisfecit que le pape accordait indirectement à son lointain prédécesseur. (Menahem Macina).]


17/01/10

France-Info.com

« Même le Siège apostolique a mené une action de secours, souvent cachée et discrète... »
© REUTERS/ Tony Gentile


Le pape, qui a relancé le processus de béatification de Pie XII en décembre dernier, a été interpellé dés son arrivée à la synagogue de Rome, sur le silence de celui-ci pendant la Shoah. Le chef de la communauté juive romaine, Riccardo Pacifici, a notamment demandé l'ouverture des archives du Vatican. Le pape a répondu en affirmant que le Vatican avait aidé les Juifs de façon "souvent cachée et discrète".

« Le silence de Pie XII face à la shoah continue de faire mal car quelque chose aurait dû être fait... Cela n'aurait peut-être pas arrêté les trains de la mort, mais cela aurait constitué un signe, un mot d'extrême réconfort, de solidarité humaine, pour ceux de nos frères transportés vers les fours d'Auschwitz »,

a affirmé le chef de la communauté juive romaine, Riccardo Pacifici.

Le Vatican a aidé les Juifs, de façon « souvent cachée et discrète », durant la seconde guerre mondiale, a répondu Benoît XVI.

Une petite phrase incluse dans un long discours rendant hommage aux Juifs romains

« qui furent emportés de leurs maisons, devant ces murs [...] et furent tués à Auschwitz. Comment est-il possible d'oublier leurs visages, leurs noms, les larmes, le désespoir des hommes, des femmes et des enfants ?... Hélas beaucoup restèrent indifférents, mais beaucoup, y compris parmi les catholiques italiens, soutenus par la foi et l'enseignement chrétien, réagirent avec courage, en ouvrant les bras pour secourir les juifs traqués et en fuite, au risque de leur propre vie. Ils méritent une gratitude éternelle »,

a-t-il ajouté sous les applaudissements. Avant d'enchaîner dans le plus grand silence :

« Même le Siège apostolique (le Vatican) a mené une action de secours, souvent cachée et discrète ».


Mais Benoît XVI n'a pas répondu directement à la demande d'ouverture des archives du Vatican

concernant cette période.

Avant d'être accueilli dans la synagogue, le pape s'était arrêté pendant qu'une grande couronne de roses rouges était déposée devant une plaque rappelant la déportation, dans le Ghetto de Rome, le 16 octobre 1943, de 1 021 Juifs romains. Seuls 17 d'entre eux revinrent des camps d'extermination.

Un geste symbolique salué par des applaudissements à l'intérieur de la synagogue où la scène était retransmise sur un écran.

Le pape s'est également brièvement arrêté devant une autre inscription marquant un attentat commis en 1982 à Rome par des extrémistes palestiniens qui avaient tué un enfant de 2 ans et fait 27 blessés.

 

© France Info.com

 

Mis en ligne le 17 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org