Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 18 janvier 2010


18/01/10

DIPLOMATIE

Barak en Turquie : La coopération se poursuivra / Yossi Yehoshua et Itamar Eichner -Yediot Aharonot

« La Turquie et Israël seront des alliés stratégiques tant que nos intérêts le dicteront. Nous vivons dans la même région, et nous voulons coopérer », a déclaré le ministre turc de la Défense, Vecdi Gönül, lors de sa conférence de presse conjointe avec Ehud Barak qui était hier à Ankara.

M. Barak s'est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, et a exprimé ses regrets pour l'incident lors duquel le vice-ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, a humilié l'ambassadeur de Turquie en Israël. « J'estime que c'était une erreur, les relations diplomatiques doivent être menées selon les règles de la diplomatie, c'est là notre devoir », a déclaré Ehud Barak, qui a exprimé l'espoir que les deux pays sauront surmonter les récents remous qui affectent leurs relations.

M. Barak a qualifié ses entretiens à Ankara de « bons » affirmant que la Turquie est un pays important et un acteur central dans la région et que, par conséquent, « il est important que nous continuions à entretenir des relations basées sur le dialogue et la coopération ». Concernant la possibilité que la Turquie serve de médiateur entre Israël et la Syrie, M. Barak a déclaré que, pour l'heure, cela n'est pas envisageable.

Hier, le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, s'est joint aux critiques contre le « bizutage » infligé à l'ambassadeur de Turquie en Israël. « Il ne fait aucun doute que, sur le fond, la protestation était justifiée, mais il ne fait aucun doute non plus que la manière dont cela s'est fait était une erreur », a-t-il déclaré.

 

Le drapeau israélien flotte à Abou Dhabi / Maya Bengal - Maariv

La première visite d'un ministre israélien à Abou Dhabi. Le ministre des Infrastructures nationales, Uzi Landau du parti Israel Beteinou, était hier dans la capitale des Emirats Arabes Unis.

M. Landau participait à une réunion sur les énergies renouvelables aux côtés de représentants de pays arabes tels que la Syrie et le Liban. La venue d'Uzi Landau aux Emirats Arabes Unis est le résultat d'une décision de l'Agence internationale des énergies renouvables (IRENA), selon laquelle Israël prendra part à ses activités et aura un plein accès au siège de l'agence à Abou Dhabi.

 

Un gouvernement germano-israélien / Shimon Shiffer, Eldad Beck et Itamar Eichner - Yediot Aharonot

A l'heure où certains hauts responsables israéliens hésitent à se rendre dans de nombreux pays d'Europe, par crainte d'être arrêtés pour « crimes de guerre », une délégation de ministres, avec, à sa tête, le Premier ministre Netanyahu, se rendra ce matin à Berlin pour un conseil des ministres commun avec la chancelière Angela Merkel et nombre de ses ministres.

Le Premier ministre sera accompagné du ministre de la Défense, Ehud Barak, du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Emploi, Binyamin Ben Eliezer, du ministre des Sciences, Daniel Hershkowitz et du vice-ministres des Affaires étrangères, Danny Ayalon. Le ministre de l'Environnement, Guilad Erdan, qui devait se joindre à la délégation, ne sera pas du voyage, son épouse ayant mis au monde hier leur troisième enfant.

Les ministres s'entretiendront avec leurs homologues allemands avant un conseil des ministres conjoint. Le Premier ministre, Benyamin Netanyahu s'entretiendra avec la chancelière Andrea Merkel, de l'Iran, du processus de paix et des relations bilatérales. Toutefois, un seul accord ayant des répercussions pratiques sera signé : un mémorandum sur la coopération israélo-allemande concernant l'aide aux pays d'Afrique et d'Asie centrale. Ce document historique sera signé par le ministre allemand de la Coopération économique, Dirk Neibel, et Danny Ayalon.

 

Le pape a été accueilli à la synagogue de Rome par des applaudissements, et des critiques / Sivan Kotler de Benedetti - Haaretz

La visite du pape Benoît XVI à la synagogue de Rome s'est déroulée hier dans une atmosphère calme, malgré les tensions et les divergences qui l'ont précédée. Les représentants de la communauté juive n'ont cependant pas manqué de protester contre la béatification du controversé pape Pie XII.

Le président de la communauté juive de Rome, Riccardo Pacifici, a parlé dans son discours avec émotion de l'importance de cette visite qui, selon lui, marquera de manière significative les relations judéo-chrétiennes. Evoquant la béatification de Pie XII, il a déclaré : « La douleur continue aujourd'hui d'être présente face au silence du pape durant la Shoah ». Une intervention du pape « n'aurait peut-être pas arrêté les trains de la mort, mais aurait lancé un message de solidarité humaine à nos frères qui ont été envoyés aux crématoires d'Auschwitz ».

Dans son discours, qui a été interrompu à neuf reprises par des applaudissements, le pape Benoît XVI a, lui aussi, évoqué les victimes de la Shoah et a exprimé l'espoir que les blessures puissent être guéries. Il a également rappelé la contribution de l'Eglise au sauvetage des Juifs durant cette période et a appelé au dialogue entre les religions.

 

INTERNATIONAL

« Faire venir en Israël cinquante orphelins » / Itamar Eichner - Yediot Aharonot

Le ministère des Affaires étrangères essaie de trouver une solution pour les enfants haïtiens qui ont atterri à l'hôpital israélien et vérifiera s'il est légalement possible de faire venir une cinquantaine d'orphelins rescapés du tremblement de terre en Israël pour y être adoptés.

Le ministère a fait savoir hier soir qu'une telle proposition a effectivement été faite par l'ambassadeur d'Israël en République dominicaine et que celle-ci sera étudiée. Un haut responsable a toutefois indiqué qu'il s'agit là d'une question complexe, tant sur le plan légal que sur le plan moral.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu a déclaré hier, en ouverture du conseil des ministres : « J'estime que le devoir de l'Etat d'Israël, de l'Etat de ce peuple juif qui a vécu tant de tragédies, est de se mobiliser immédiatement, ce que nous avons fait. Dès que nous avons eu connaissance de l'étendue de la catastrophe, j'ai ordonné l'envoi d'une délégation. Elle est partie rapidement, comme Tsahal sait le faire, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères. La mission qui se trouve à Haïti sauve d'ores et déjà des vies. Nous sommes un petit pays mais avec un grand coeur. Je souhaite à la délégation de sauver de nombreuses vies et à Haïti de parvenir à se reconstruire après cette terrible tragédie ».

© La France en Israël 

 

Mis en ligne le 18 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org