Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 10 février 2010
10/02/2010


REGIONAL

Obama : De nouvelles sanctions seront prises contre l'Iran d'ici quelques semaines / Barak Ravid, Amos Harel et Natacha Mozgovaya – Haaretz

Le Premier ministre, Binyamin Netanyahu, a appelé hier les puissances occidentales à agir pour que soient prises des « sanctions sévères » contre l'Iran qui a repris l'enrichissement d'uranium et poursuit son programme nucléaire. M. Netanyahu a tenu ces propos lors d'une rencontre avec les ambassadeurs de l'Union européenne en Israël. Le ministre de la Défense, Ehud Barak, a lui aussi déclaré avant-hier que cette nouvelle démarche iranienne prouve une nouvelle fois que Téhéran leurre le monde entier. Le président américain, Barack Obama, a déclaré hier que les Etats-Unis élaborent un ensemble de nouvelles sanctions contre l'Iran et que cette démarche sera complétée dans les semaines à venir.

Le Premier ministre, [Binyamin] Netanyahu n'a pas évoqué hier l'option militaire contre l'Iran et n'a parlé que de sanctions. Des ambassadeurs européens qui participaient à la rencontre ont eu l'impression que Netanyahu a voulu adresser un message modéré et concerté avec le gouvernement américain et la communauté internationale et s'est abstenu de tout propos qui pourrait nuire à la coalition qui est en train de se former en faveur de nouvelles sanctions contre l'Iran. « Il n'a même pas dit la phrase : "Toutes les options sont ouvertes" », a fait remarquer un des ambassadeurs.

Face aux ambassadeurs européens, M. Netanyahu a souligné que l'occasion s'est créée d'imposer des sanctions sévères contre l'Iran au Conseil de sécurité, tout en indiquant que si cette option échoue, il faudra élaborer des sanctions qui seront imposées par « les pays responsables » dans le cadre d'une coalition ad hoc.

Selon le Premier ministre, pour stopper la menace iranienne, il faut prendre des sanctions tout en poursuivant le processus diplomatique avec les Palestiniens. « Pour freiner les éléments radicaux menés par l'Iran, il faut accomplir une double mission : entamer immédiatement des pourparlers de paix, et stopper la course à l'arme nucléaire de l'Iran grâce à des sanctions sévères », a-t-il déclaré.

Il y a quelques jours, la France a pris la présidence [tournante] du Conseil de sécurité et s'est lancée dans l'élaboration d'une résolution visant à imposer une quatrième vague de sanctions contre l'Iran. Des diplomates des six puissances – Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Russie et Chine – se sont entretenus à ce sujet au cours des derniers jours. A ce stade, aucune avancée n'a cependant eu lieu.

Tandis que la France et la Grande-Bretagne poussent le Conseil de sécurité à imposer des sanctions sévères contre l'Iran, suivies par les Etats-Unis et l'Allemagne qui sont favorables à cette démarche, la Russie et la Chine sont encore à la traîne. Les Russes sont plutôt favorables à des sanctions mais soulignent que celles-ci doivent viser uniquement les personnes et les organisations impliquées dans le programme nucléaire et ne pas nuire à l'économie iranienne dans son ensemble, pour éviter de faire du tort au peuple iranien. Le Premier ministre [Binyamin] Netanyahu devrait s'entretenir lundi prochain de ce dossier à Moscou avec le président, Dmitri Medvedev, le Premier ministre, Vladimir Poutine, et le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

La Chine demeure le principal obstacle à de nouvelles sanctions. La Chine craint en effet que cela porte atteinte à ses intérêts économiques en Iran, qui sont de première importance, notamment dans le domaine de l'énergie. En outre, l'affrontement entre la Chine et les Etats-Unis autour de la vente d'armes américaines à Taïwan et de la rencontre prévue entre le président Obama et le Dalaï-Lama, renforce l'opposition de la Chine.


ISRAELIENS - PALESTINIENS

Les batailles de Shuafat / Eli Berdenstein et Avi Ashkenazi – Maariv

Trente-quatre habitants de Shuafat ont été arrêtés au cours des deux derniers jours après des affrontements entre la police et des jeteurs de pierres.

Neuf jeunes Arabes de Shuafat ont été arrêtés hier après avoir jeté des pierres au cours de la deuxième journée consécutive d'affrontements avec les forces de l'ordre, dans le cadre d'une opération du fisc au cours de laquelle les inspecteurs des impôts, accompagnés de policiers et de gardes-frontières, ont notamment saisi les véhicules de trois habitants du quartier et effectué des contrôles dans des commerces.

Il y a trois jours, la police a pénétré dans le quartier pour procéder à l'arrestation de plusieurs personnes recherchées, notamment par le service de recouvrement des impayés. L'opération s'est déroulée relativement dans le calme et vingt-cinq personnes ont été interpellées. Toutefois, à la fin de la journée d'école, des lycéens ont commencé à s'affronter aux forces de l'ordre et à leur jeter des pierres. Cinq policiers ont été blessés. Selon les Palestiniens, dix habitants ont eux aussi été blessés.

Selon la police, parallèlement aux affrontements, la mairie de Jérusalem continue à effectuer des travaux de rénovation dans le quartier. Parmi les personnes arrêtées figurent des personnes en situation irrégulière, des agitateurs, des débiteurs du service de recouvrement des impayés et des personnes « recherchées pour enquête ». L'opération menée par le fisc se poursuivra demain.

 

INTERIEUR

La guerre des généraux / Yossi Yehoshua – Yediot Aharonot

Cela fait déjà longtemps que la situation au quatorzième étage du ministère de la Défense est explosive, et ce n'était qu'une question de temps avant qu'une étincelle ne mette le feu aux poudres. Selon des responsables militaires, l'explosion d'hier est le résultat de la vive tension qui règne ces derniers mois entre le ministre de la Défense, Ehud Barak, et le chef d'état-major, Gaby Ashkenazi.

La cause directe de cette explosion est l'information publiée par la première chaîne selon laquelle le ministre de la Défense envisagerait de prolonger d'un an le mandat de Gaby Ashkenazi. Le ministère de la Défense s'est empressé de réagir à cette information en publiant un communiqué particulièrement virulent : « Les responsables du ministère de la Défense et de l'armée ont beaucoup d'estime pour le chef d'état-major, Gaby Ashkenazi. Toutefois, la prolongation du mandat du chef d'état-major d'un an supplémentaire n'a jamais été évoquée. La publication de cette information ‘fabriquée' par les services du porte-parole de Tsahal, Avi Benayahu, porte atteinte au chef d'état-major et à sa fonction ».

Ce communiqué anonyme, qui s'en prend au porte-parole de Tsahal, est inhabituel également car il cite nommément le porte-parole, un officier en fonction qui est sous l'autorité du chef d'état-major. Ce communiqué, qui n'aurait pu être publié sans l'accord du ministre de la Défense, témoigne de l'atmosphère empoisonnée de ces derniers mois entre le cabinet du ministre de la Défense et celui du chef d'état-major, deux bureaux qui ne sont séparés que par une seule porte.


La France en Israël

------------------------------------------------------------------------------------

Cliquer pour accéder au site "La France en Israël"


Mis en ligne le 10 février 2010, par M. Macina, sur le site debriefing.org