Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Incitation des cœurs et des esprits d'enfants espagnols de 5 à 10 ans à la haine envers Israël, Menahem Macina
01/03/2010


1er mars 2010

 

Une correspondante me fait part de sa colère et de son scandale après avoir lu l'article intitulé "Israël vexé par des lettres d'enfants", paru dans Le Figaro du 28 février.

Je partage son indignation. Il s'agit de questions posées à l'ambassadeur d'Israël à Madrid. Le journal en cite deux qui suffisent, à elles seules, à susciter ma détresse :

« Combien d'enfants palestiniens as-tu tués aujourd'hui? »

« Arrête de tuer pour de l'argent ».


J'ai parlé de « détresse », parce que ces très jeunes enfants n'ont pas trouvé cela tout seul. Il est évident qu'ils ont été endoctrinés. Mais par qui ?

Difficile de croire que c'est par la presse. A cet âge tendre, en effet, on ne lit pas les journaux.

Par leurs parents ? – C'est possible, mais difficile à établir.

A l'école, alors ? C'est plus probable. A en croire Naor Gilon, directeur général adjoint chargé de l'Europe à l'Ambassade d'Israël à Madrid, ces enfants ont rédigé ces lettres « dans le cadre de l'école publique », d'où l'appel adressé par ce responsable israélien au ministère espagnol de l'Education à « tout faire pour empêcher ce genre d'initiative très dangereuse qui influe directement sur l'esprit des enfants ».

Mais ce sont là des causes périphériques. Pour cerner l'origine du mal il faudrait être capable de sonder les reins et les cœurs, comme dit la Bible. Mais seul Dieu en est capable.

Ce qui est certain, c'est que l'opinion publique espagnole est dans son ensemble hostile à l'Etat d'Israël. Il suffit de parcourir mon site pour s'en convaincre. Ci-après une liste (non limitative) d'articles témoignant de cet état d'esprit, assortie d'extraits de leur contenu.

Une telle haine n'est pas explicable rationnellement. A mes yeux, elle est inspirée par l'Adversaire, par excellence, du peuple juif… le Diable.


Menahem Macina


---------------------------

"Pour une municipalité socialiste espagnole, Jour de l'Holocauste = «jour du génocide palestinien»", 02/02/07

"L'ambassadeur israélien en Espagne, Víctor Harel, dénonce l'initiative, prise par la municipalité de la localité madrilène de Ciempozuelos, de «remplacer» le Jour de la Commémoration de l'Holocauste, par une chose «inouïe», appelée «commémoration du génocide palestinien»."

E. Krauze, "« L'emphase suspecte » - La perversité des parallèles Israël=nazis, Gaza=Holocauste", 08/02/09

"L'auteur rappelle l'étude de l'institut Pew Research Center de Chicago, qui révèle qu'en Europe, c'est en Espagne que les préjugés antisémites ont le plus progressé depuis 2005, passant de 21% à 46%. Il évoque un autre sondage réalisé par l'Observatorio Español de Convivencia Escolar, qui a mis en lumière que plus de la moitié des élèves espagnols de l'enseignement secondaire préfèrent ne pas s'asseoir en classe à côté d'un jeune Juif."

"Espagne: article antisémite dans le journal « El Mundo »", 20/02/09. Extraits :

On peut y lire, entre autres : «Sans paix, sans limites, sans mettre un frein à l'avarice et aux faux rapports, le peuple juif succombera à nouveau… Ne feraient-ils pas mieux de se demander pourquoi ils passent toujours par les mêmes choses? Ou c'est peut-être le reste du monde qui a tort ? ». Et encore : « Le sionisme équivaut à un fondamentalisme et, par conséquent, en tant que tel, est aveugle et vindicatif ».

"Des parlementaires américains alarmés par l'antisémitisme en Espagne écrivent à Zapatero", 12/05/09

Le Blog Philosémitisme, qui relaie cette information cite ce communiqué de Guysen : "Un torrent d'insultes antisémites s'est abattu sur l'ambassadeur israélien en Espagne, Rafi Shotz, alors qu'il rentrait chez lui après le match Real de Madrid – Barcelone dans la capitale espagnole samedi 2 mai. Les trois auteurs des insultes, patrons d'un bar, lui ont lancé des "chien juif, sale juif", avant d'être éconduits par la police qui escortait Shotz. Dans un message personnel envoyé au ministre des Affaires étrangères israélien sous le titre "Antisémitisme – un témoignage personnel", Rafi Shotz a déclaré que les auteurs des insultes se tenaient à seulement quelques mètres de lui, proférant des propos "qui ne peuvent pas apparaître par écrit". Alors qu'il ignorait les insultes, les personnes témoins de la scène regardaient sans interrompre le flot d'insultes. L'Espagne a assisté à une recrudescence du sentiment anti-israélien ces dernières années, alimenté par les propos critiques des média à propos des actions de l'armée en Judée Samarie et dans la Bande de Gaza, et particulièrement l'opération Plomb Durci menée voici quelques mois."


"L'Espagne boycotte le centre universitaire d'Ariel", 23/09/09

"Le ministère espagnol du Logement a annulé la semaine dernière la participation du collège universitaire d'Ariel à une compétition internationale d'architecture entre diverses facultés du monde entier.

Cette compétition, intitulée Solar Decathlon Europe, prévue à Madrid en juin 2010, est un concours biannuel organisé par le Département de l'Energie des Etats-Unis pour les universités qui doivent présenter un projet de construction conforme aux exigences écologiques et équipé d'un système d'énergie solaire.

Le directeur de ce concours, Sergio Vega, a indiqué dans un communiqué que "la décision avait été prise par le gouvernement espagnol qui a expliqué que l'Université d'Ariel se trouvait sur un territoire occupé en Samarie [sic]". Et de préciser : « Le gouvernement espagnol doit honorer les accords internationaux, respectés par l'Union européenne et l'Onu, concernant cette zone géographique ».

Le centre universitaire d'Ariel a été sélectionné, avec vingt autres établissements du monde, après deux ans d'activités communes avec la direction de la compétition et le gouvernement espagnol. Il est donc évident qu'au départ, rien n'empêchait la participation de ce centre. Mais entre-temps, une organisation, qui s'intitule « Les architectes en faveur de la Justice pour les Palestiniens », est intervenue pour faire pression sur les autorités espagnoles, s'inspirant de l'action menée par le BNC, Comité national palestinien pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions, qui œuvre pour le boycott universitaire d'Israël.

Après cette décision, le BNC a précisé encore que ce « boycott universitaire serait maintenu et même renforcé contre l'Etat d'Israël et ses institutions, y compris toutes les universités, tant que l'occupation ne prendrait pas fin et tant qu'Israël ne permettrait pas l'application du droit au retour des réfugiés palestiniens dans leurs maisons ».

La direction du centre universitaire d'Ariel n'a pas tardé à réagir: « Nous repoussons avec indignation l'annonce unilatérale que nous a adressée le ministère espagnol du Logement. Il s'agit d'une décision anti-universitaire qui porte atteinte à des dizaines de milliers d'étudiants de notre établissement, dont plus de 500 Arabes qui étudient chez nous, et qui nuit plus particulièrement à des étudiants juifs et arabes qui suivent ensemble les cours d'architecture ».

Et de préciser encore: « C'est l'expression d'une lutte politique non légitime allant à l'encontre des lois internationales et des chartes internationales concernant la liberté d'expression universitaire. Le centre universitaire Ariel, en coopération avec le ministère des Affaires étrangères et l'Union des Universités contre le boycott universitaire, mettra tout en œuvre pour mettre fin à ce type de comportement »."

---------------------------

© Debriefing

 

Mis en ligne le 1er mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org