Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam
Islam intégriste

Nigeria - Des nomades musulmans attaquent des villages chrétiens - Mise à jour-On parle maintenant de 500 morts...
09/03/2010

[Pauvres gens! Et ces horreurs ne soulèvent pas l'indignation des nations. Elles réservent leurs glapissements aux obus ou aux balles qui n'ont pas atteint leur cible et ont tué ou blessé des civils. Ici, c'est différent: les coups de machettes ne sont pas perdus pour tous le monde et les chrétiens en font l'expérience dramatique. Mondo cane! Bravo à ce Blogue qui ne se tait pas! (Menahem Macina).]

09/03/10 

Sur le Blog Bivouac-ID.com, 7 mars 2010

carteNigeria - Massacre dans un village.  Les autorités de l'État central du Plateau affirment que plus d'une centaine de villageois chrétiens ont été massacrés dimanche matin au sud de la ville de Jos, pour des raisons encore inconnues.

Afin de prévenir une extension du conflit, l'état d'alerte a été décrété dans la région.

Des survivants ont déclaré à Reuters que le village de Dogo Nahawa avait été attaqué durant la nuit par des paysans musulmans de l'ethnie Fulani. Ces derniers auraient ont tiré en l'air pour faire sortir les villageois, pour ensuite les massacrer à coups de machette.Le correspondant de l'agence qui s'est rendu à Dogo Nahawa a aussi recensé une centaine de corps entassés en plein air.

« Il y a eu une attaque à Dogo Nahawa (…) les gens ont été tués par dizaines, la plupart sont des femmes et des enfants, dont certains ont moins d'un an. De nombreuses maisons ont été brûlées, c'est maintenant un village fantôme », a indiqué à l'Agence France Presse une source du gouvernement de l'État du Plateau, qui a demandé l'anonymat.

Les informations demeurent toutefois incomplètes. Le responsable de la Ligue des droits de l'Homme à Jos, une organisation locale, Shamaki Gad Peter, a déclaré que trois villages avaient été attaqués et que de nombreuses victimes avaient été attaquées à la machette et brûlées. Le bilan des victimes pourrait donc être beaucoup plus élevé.

Des témoins affirment que les assaillants sont des pasteurs de l'ethnie Fulani, généralement des nomades, et que les attaques visaient des populations de l'ethnie Berom, des sédentaires.

La région est régulièrement le théâtre de violences interethniques ou interconfessionnelles.

En janvier dernier, des affrontements entre chrétiens et musulmans ont fait plus de 300 morts dans cette région, située à la charnière entre le Nord, à majorité musulmane, et le Sud, à prédominance chrétienne.

Ce massacre illustre l'instabilité du pays et le manque d'autorité centrale. Il s'agit d'une bien mauvaise nouvelle pour le président intérimaire Goodluck Jonathan qui tente d'asseoir son autorité sur le pays, à un an de l'élection présidentielle.

Le président en titre, Umaru Yar'Adua, qui est rentré d'Arabie saoudite après trois mois de soins, n'est toujours pas en mesure de reprendre les commandes.

SOURCE: Massacre dans un village chrétien du Nigeria

D'autres sources parlent de 200 victimes :

Nouvelle flambée de violence entre chrétiens et musulmans dans le centre du Nigeria

nigeria 1

























De nouvelles violences entre chrétiens et musulmans ont fait plus de 200 morts près de Jos dans le centre du Nigeria, selon un journaliste. 

Yemi Kosoko, un reporter de la chaîne de télévision indépendante nigériane Channels, a déclaré avoir effectué ce décompte dimanche après-midi avec un responsable local. Selon le journaliste, les victimes, principalement des femmes et des enfants tués à coups de machette, gisaient dans les rues de Dogo Nahawa, localité à majorité chrétienne situé à cinq kilomètres au sud de Jos.

Un porte-parole de la Croix-Rouge, Robin Waubo, n'a pas confirmé ce bilan. D'après des témoins, les violences ont débuté vers 3h du matin, malgré le couvre-feu décrété dans la région après des troubles qui ont fait plus de 300 morts en janvier 2010.

L'armée et la police se sont refusés à tout commentaire sur cette nouvelle flambée de violences, “apparemment perpétrées en représailles” selon Robin Waubo.

La ville de Jos est située dans le centre-nord du Nigeria, où vit la population musulmane. La localité est régulièrement le théâtre de violences religieuses. En septembre 2001, des émeutes avaient causé la mort de plus de 1.000 personnes et en 2004, 700 personnes sont mortes dans des affrontements entre musulmans et chrétiens. AP

SOURCE : Flambée de violence entre musulmans et chrétiens au centre du Nigeria

 victimenigeria nigerianigerianigeria

Mise a jour - 8 mars 2010 -

Au Nigeria plusieurs centaines de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été massacrées à coups de machette hier près de Jos dans le centre du pays. Un nouvel épisode de violence entre chrétiens et musulmans pour le contrôle de l'Etat du Plateau.

Un nouveau déchaînement de violence aurait fait plus de 500 morts hier au Nigeria selon les autorités. Des habitants de villages chrétiens situés près de Jos, capitale de l'État du Plateau dans le centre du pays, ont été massacrés.

Selon les témoins les attaques coordonnées ont été menées dans la nuit de samedi à dimanche. Parmi les victimes, tuées à la machette et brûlées, de nombreuses femmes et des enfants.
Peter Gyang, un habitant de Dogo Nahawa, le village le plus touché, a perdu sa femme et deux enfants. “Ils ont tiré des coups de feu pour effrayer les gens et les ont ensuite tués à la machette”.

Ces attaques ont été perpétrées par des éleveurs de l'ethnie fulani majoritairement musulmane, contre des Berom, une ethnie sédentaire majoritairement chrétienne. Elles s'ajoutent à la longue série de violences et d'affrontements dans le pays déclenchés en 2000.
L'État du Plateau se trouve au croisement du Nord musulman et du sud chrétien. Les tensions sont vives entre les communautés pour le contrôle de ces terres fertiles.Aujourd'hui des dizaines d'étudiants ont manifesté à Jos pour protester contre ces tueries. Toutes les forces de sécurité sont placées en alerte maximum pour éviter tout nouveau massacre et toute volonté de représailles.

Ce matin la France, par la voix du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, a fermement condamné “les graves violences qui ont frappé les communautés villageoises”. Le Vatican a lui exprimé sa “douleur et préoccupation” face aux “horribles faits de violence”.

 SOURCE : France-Info.com

Avertissement - dans cette dernière vidéo, des images insoutenables :

8.III-2010  - Nouvelle série de photos -

nigeria 1nigeria 2nigeria 3nigeria 4nigeria 5nigeria 6nigeria 7nigeria 8nigeria 9nigeria 10nigeria 11

© Bivouac-ID.com

 

[Article aimablement signalé par O. Peel.]

 

Mis en ligne le 9 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org