Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Temps couvert [pour les Juifs en Europe], Isaac Franco
12/03/2010


"Joschka Fischer, ancien ministre allemand des Affaires étrangères, disait de l'Europe qu'elle ne serait guérie de ses démons que lorsque ses Juifs ne devront plus être protégés dans leur vie quotidienne, ou quand l'exigence de cette protection suscitera la saine indignation de leurs concitoyens. Nous en sommes loin, hélas."

C'est vrai, la guerre passée, la situation de la communauté juive fut longtemps si enviable en Belgique, que notre pays mérita ses témoignages unanimes de reconnaissance.  Mais ils sont peu nombreux désormais ceux parmi elle qui ignorent que le virus de l'antisémitisme achève, là, sous leurs yeux aussi, une nouvelle mue.

Il n'est pas contestable que les mécanismes de défense réagissent vigoureusement quand ce virus s'exprime dans la même langue et s'habille des mêmes symboles qu'hier, stérilisant le ventre de cette mauvaise mère et le prévenant ainsi d'enfanter un même danger demain. Mais, consciencieusement perverti, l'esprit de ce temps néglige cette autre langue et ces nouveaux symboles dans lesquels s'élabore le devenir de l'antisémitisme. C'est que, en effet, communiant dans une même détestation pour le sionisme et une certaine idée de l'Amérique, il fabrique du racisme dans la langue de l'antiracisme et des droits de l'Homme et déshumanise au nom de l'Humanisme.

Si les Juifs étaient hier accusés d'être de nulle part, ils sont aujourd'hui considérés comme justiciables du crime de se reconnaître et de se défendre dans le pays qu'ils ont recréé avec la caution de la communauté internationale. En somme, après la culpabilité et la honte pour les fautes et les abandons passés, c'est libre de s'irriter de leur évocation, que le virus attaque aujourd'hui les Juifs avec l'outil créé pour les défendre: Israël.

La conscience ceinte d'un keffieh, Israël est ainsi chargé des péchés de ses procureurs, rhabillé en bourreau pour hâter de les soulager de leurs fautes d'hier, et offert en sacrifice pour le rachat de leurs lâchetés passées ! Empruntant à la langue du débat politique, la critique obsessionnelle d'Israël permet de dire licitement un rejet vieux comme la haine des hommes à l'égard de ceux qui ne leur ressemblent pas assez, mais dont le sort est par trop semblable.

Comment, sinon, expliquer que trop peu des citoyens de nos pays s'offusquent de ce qu'un Juif, ses synagogues et ses écoles, doivent encore y être protégés ?

Joschka Fischer, ancien ministre allemand des Affaires étrangères, disait de l'Europe qu'elle ne sera guérie de ses démons que lorsque ses Juifs ne devront plus être protégés dans leur vie quotidienne, ou quand l'exigence de cette protection suscitera la saine indignation de leurs concitoyens.  Nous en sommes loin, hélas.

Et nous nous en éloignons davantage dans ce pays quand ses places publiques sont le théâtre de psychodrames qui suggèrent des symétries infâmantes entre Israël et l'Allemagne nazie ;

  • Quand les représentants de ses partis politiques démocratiques ne désertent pas une manifestation où retentissent, pour la première fois depuis la Libération, les cris de "Mort aux Juifs!" ;
  • Quand ces partis diagnostiquent un handicap électoral dans la dénonciation de la résurgence de l'antisémitisme ;
  • Quand est affirmé, sur ses chaînes de télévision, le droit de rire de la Shoah et de ses victimes et celui de moquer les sensibilités outragées, ou quand y sont ignorés les mots Juif, génocide, Shoah et Holocauste pour rendre compte du 65ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz Birkenau ;
  • Quand un de ses élus progressistes invite à la Maison des Parlementaires des représentants du Hezbollah et de la chaîne de télévision Al Manar, théoriciens contemporains de l'éradication des Juifs ;
  • Quand un autre progressiste impute à la communauté juive les ratés de l'intégration d'une partie de nos concitoyens musulmans, et qu'une de ses consoeurs voit de l'extrémisme dans le judaïsme et du colonialisme dans le sionisme ;
  • Quand un ancien quotidien de référence de la capitale se fait le relais des thèses du Hamas et donne la parole à un apologiste des attentats terroristes, sous les traits d'un éducateur et militant pour l'autodétermination des peuples ;
  • Quand, en pleine tragédie de Haïti, un ministre de la Coopération témoigne de l'inflexion humaniste de son parti en fantasmant sur une prétendue crise humanitaire à Gaza ;
  • Quand la section belge de la Ligue des droits de l'homme plaide la liberté d'expression pour un humoriste condamné trois fois en France pour propos antisémites, et dont la récente dénonciation du puissant "lobby de youpins sionistes" fait en ce moment l'objet d'une instruction judiciaire ;
  • Quand la page d'accueil de la Grande Mosquée de Bruxelles, financée par l'Arabie Saoudite et dirigée par son ambassadeur en Belgique, renvoie impunément à des sites au contenu antisémite et négationniste que réprime la loi ;
  • Quand les journalistes et les élus européens désertent largement la conférence du directeur du Bureau de Presse israélien, organisée dans leur Parlement, pour ne pas entendre les raisons d'Israël et épargner à leurs certitudes sur le conflit le plus médiatisé de la planète l'épreuve d'une autre grille de lecture.

Enfin, nous nous en éloignons davantage quand, à l'instar du maire de la ville suédoise de Malmö, il peut désormais être suggéré, sinon imposé, à la communauté juive de se désolidariser d'un Israël dûment diabolisé, si elle veut encore prétendre à une pleine place au sein de la communauté nationale.

Mais nous nous en éloignerons davantage encore, si ceux qui parlent au nom des communautés juives européennes négligent d'interpréter l'humeur de ce temps et osent encore se proclamer aussi heureux qu'un Juif en France devant leurs interlocuteurs distraits.

© Isaac Franco – Bruxelles

 

Mis en ligne le 12 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org