Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Le meilleur et surtout le pire du Shoah-show, Alain Michel
12/03/2010


12/03/10

Sur le site du CRIF

 

 

A l'occasion de la sortie du film "La Rafle", France 2 avait organisé ce soir une émission spéciale consacrée à la rafle du Vel d'Hiv. Je suppose que sur le plan du "rating" [taux d'écoute], France 2 a réalisé une soirée particulièrement réussie. Mais l'historien et éducateur que je suis ne peut que sortir consterné de ce qui s'est déroulé sur le petit écran.
 
Certes, il y a eu quelques points tout à fait positifs, à commencer par ces témoins extraordinaires que nous avons croisés au passage. Il y avait également toute une brochette d'historiens ou de spécialistes qui étaient souvent parmi les meilleurs de la question. Ajoutons à cela des passages du film qui donnent l'eau à la bouche et vous invitent à vous précipiter dans une salle obscure dès demain après-midi. Mais une fois dépassé cela, qui constitue finalement un résumé du brillant générique que la chaîne publique avait composé, le reste est absolument navrant!
 
Tout d'abord, parce qu'en voulant aborder tous les sujets liés à la question, on a assisté à un patchwork incompréhensible pour la grande majorité des spectateurs, puisque, à peine chaque question abordée, on la quittait immédiatement pour passer à la suivante, sans possibilité d'exposé réel et d'un minimum de profondeur et de réflexion.
 
Ensuite, parce que comme l'essentiel consistait, comme dans tout bon show, à montrer la richesse du plateau et non pas celle des intervenants, la quasi-totalité des intervenants n'ont tout simplement pas pu intervenir ! A peine commençaient-ils à exposer ce pourquoi on les avait fait venir qu'ils étaient interrompus par Mr Loyal déguisé en charmante présentatrice, qui avait tellement d'animaux à présenter dans son cirque, qu'elle avait sûrement mieux à faire que de les laisser présenter leur numéro. J'ai souffert pour certains de mes collègues, gens de valeur qui passent leur temps et leur vie dans leurs recherches respectives, et qui devaient résumer leurs œuvres et leurs thèses en trois phrases avant de dégager la piste et de laisser leur fauteuil à la prochaine victime.
 
A ce parti-pris de paillettes et de récits superficiels - que le show continue, comme disent les Américains - sont venus s'ajouter un certain nombre d'erreurs et d'inexactitudes historiques dont certaines laissaient pantois. On a ainsi appris que Hitler avait décidé de la Shoah en janvier 1942 à la conférence de Wannsee, alors que Hitler n'y assistait pas et que la décision avait été prise plusieurs mois avant cette conférence ! Ou encore que la Shoah par balles avait commencé en Pologne, début 1939, alors qu'elle a commencé en URSS à l'été 1941.
 
Mais ma colère est sans doute inutile. Car, dans ce monde absurde de la concurrence télévisuelle, qui se soucie encore de contenus, de pédagogie et d'intelligence ? Sûrement pas France 2, qui doit être en train de préparer le prochain show consacré - que sais-je? - à la crise des cigares cubains depuis la maladie de Castro, ou à l'évolution du cheval à l'occasion des dix ans de tournage du film Amélie Poulain. L'important, comme on l'a dit, c'est le rating [taux d'écoute] !
 

Alain Michel *

 

© CRIF

 

* Alain Michel est historien. Il a été responsable des activités pédagogiques francophones de Yad Vashem.

 

Photo (Alain Michel et Xavier Darcos lors d'une visite du ministre à Yad Vashem) : D.R.

[Article aimablement signalé par O. Peel.]


Mis en ligne le 12 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org