Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 18 mars 2010
18/03/2010


DIPLOMATIE

Sans concessions, il n'y aura pas de rencontres / Itamar Eichner et Orly Azoulay – Yediot Aharonot

Au bureau du Premier ministre on a l'impression de jouer à un jeu d'échecs diplomatique face aux Etats-Unis : Le gouvernement américain a joué un coup offensif et le Département d'Etat attend maintenant un appel du Premier ministre pour qu'il leur fasse part de sa réponse. Mais, à Jérusalem, on ne semble pas trouver, pour l'heure, d'issue à la crise. Binyamin Netanyahu a réuni hier les ministres du « Forum des sept » pour une réunion qui s'est poursuivie tard dans la nuit et au cours de laquelle ils ont réfléchi à la prochaine démarche.

Avant-hier, le Premier ministre Binyamin Netanyahu s'est entretenu avec le vice-président américain, Joe Biden, pour mettre les choses à plat. La conversation téléphonique entre les deux hommes s'est prolongée deux heures, une durée qui traduit la profondeur de la crise mais aussi l'ampleur des efforts qui sont faits pour y mettre un terme.

En attendant qu'une solution soit trouvée, on ignore ce qu'il adviendra de la visite aux Etats-Unis du Premier ministre Binyamin Netanyahu. En effet, à quatre jours de son départ pour Washington, aucun rendez-vous n'a encore été fixé avec le vice-président, Joe Biden, la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, ou le conseiller pour la sécurité nationale, James Jones.

Les représentants du Premier ministre ont demandé à obtenir des rendez-vous avec les hauts responsables du gouvernement mais n'ont, pour l'heure, pas obtenu de réponse. Des responsables américains ont confirmé que Washington réclame d'Israël des réponses avant d'organiser les rencontres avec Binyamin Netanyahu, et on estime qu'en l'absence de réponse ou si ces réponses ne satisfont pas le gouvernement américain, les rencontres n'auront pas lieu.

La principale demande de Washington concerne la crise actuelle autour de la construction à Jérusalem. Le Premier ministre a réuni hier soir les ministres du « Forum des sept » qui l'ont encouragé à dire « non » aux Américains quant à un gel de la construction à Jérusalem. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, qui est le principal tenant de cette ligne radicale, a appelé les Américains à ne pas profiter de l'occasion pour s'acharner contre Israël et a déclaré que leur demande de geler la construction à Jérusalem est « irraisonnable ».

Binyamin Netanyahu veut, quant à lui, satisfaire les Etats-Unis dans une certaine mesure, mais sans que cela déstabilise sa coalition. A Jérusalem, on estime que la tactique américaine a pour but d'obtenir du Premier ministre une prolongation du gel de la construction dans les colonies au-delà des dix mois initialement prévus. « Les Américains comprennent que si les pelleteuses font leur retour dans les colonies, cela mettra fin aux négociations avec les Palestiniens. Ils essaient d'immobiliser Netanyahu », a déclaré hier un haut responsable israélien.

D'autres responsables israéliens analysent la situation différemment et estiment que les Américains essaient de tendre un piège à Binyamin Netanyahu : « Si les Américains continuent à insister concernant Jérusalem, cela prouvera qu'ils veulent renverser le gouvernement. Mais ils ne comprennent pas qu'il est impossible que Netanyahu cède à leurs demandes concernant Jérusalem. Jérusalem est une ligne rouge ».

Au sein du Forum des sept, certains suggèrent au Premier ministre de renvoyer la balle dans le camp palestinien en promettant aux Américains qu'Israël est prêt à envisager une prolongation du gel de la construction, à condition que les Palestiniens prennent certaines mesures précises. L'autre option qui a été évoquée lors de la réunion est l'annonce d'un gel de la construction destinée à la population juive dans des quartiers arabes tels que Silwan. Avigdor Lieberman y est fermement opposé et, là aussi, Binyamin Netanyahu, s'expose à un affrontement avec la droite.

Le ministre de la Défense, Ehud Barak, s'est entretenu hier avec l'émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, qui devait venir en Israël avant-hier mais a, au dernier moment, annulé sa visite. Les deux hommes ont évoqué les moyens qui permettraient de résoudre la crise et de reprendre les pourparlers entre Israël et les Palestiniens. Ils ont également évoqué la possibilité que M. Mitchell se rende en Israël dès dimanche prochain.

Dans l'interview qu'il a accordée hier à la chaîne Fox News, le président Obama a évoqué pour la première fois la tension entre les Etats-Unis et Israël : « Israël est un de nos alliés les plus proches et avec lequel nous entretenons une relation privilégiée. Il n'y a pas de crise. Parfois, des amis sont en désaccord sur certains sujets et actuellement, il existe un désaccord concernant les moyens de faire avancer le processus de paix ».

« J'ai envoyé Joe Biden pour adresser un message de soutien à Israël. Les démarches effectuées par Israël n'ont pas contribué à la situation et Binyamin Netanyahu s'en est excusé. Nous devons maintenant nous focaliser sur la reprise du processus de paix. Quand les Palestiniens ont protesté avant-hier contre l'ouverture de la synagogue [de la Hourva], nous les avons condamnés ».


ISRAËL-PALESTINIENS

A Tsahal on estime que la vague d'émeutes en Cisjordanie décroît / Amos Harel, Liel Kaiser et Avi Issacharof – Haaretz

Un calme presque complet régnait hier à Jérusalem, après la journée agitée qu'a connue l'est de la ville mardi. Les portes du mont du Temple ont été ouvertes aux fidèles musulmans sans restriction ainsi qu'aux touristes. Aujourd'hui encore, l'entrée sur le mont du Temple sera autorisée même si la police de Jérusalem a décidé hier que des renforts continueront à être déployés au moins jusqu'à vendredi.

Des affrontements ont tout de même eu lieu hier dans la journée dans le camp de réfugiés de Qalandya situé au nord de Jérusalem, dans le village de Beit Anun, qui se trouve près de Hébron, ainsi qu'au sud de Naplouse. Dans la soirée, une vingtaine de jeunes palestiniens ont jeté des pierres sur des policiers à l'entrée du camp de réfugiés de Shawfat, au nord de Jérusalem. Il n'y a pas eu de blessé.

Tsahal estime que la vague actuelle d'émeutes est en train de décroître. Des officiers supérieurs du commandement de la région centre ont déclaré que, malgré les efforts du Hamas de semer le trouble, et l'implication du Fatah et de l'Autorité palestinienne dans les émeutes à Jérusalem, les Palestiniens de Cisjordanie ne s'intéressent pas beaucoup à ce qui ce passe à Jérusalem-est et craignent de remettre en cause l'amélioration notable de leur situation économique.


Une Qassam s'est abattue sur Netiv Haassara : un ouvrier qui travaillait dans les serres a été tué / Shmulik Hadad et Ali Waked – YNET (site internet du Yediot Aharonot)

Un peu plus d'un an après la dernière victime d'une roquette Qassam, une nouvelle roquette meurtrière s'est abattue aujourd'hui. Un ouvrier agricole thaïlandais, âgé de 30 ans, a été tué ce matin par une roquette tirée à partir de la bande de Gaza qui s'est abattue parmi les serres de la localité de Netiv Haassara, au nord de la bande de Gaza.

Les « brigades Ansar a-Suna », une organisation proche de l'islam salafiste et d'al-Qaïda, a revendiqué le tir. Cette même organisation avait revendiqué le tir d'une roquette contre une maison abandonnée il y a une semaine. Il s'agit de la troisième roquette tirée depuis vingt-quatre heures.

La France en Israël


------------------------------------------------------------------------------------

Cliquer pour accéder au site "La France en Israël"


Mis en ligne le 18 mars 2010, par M. Macina, sur le site debriefing.org