Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Colloque judéo-chrétien organisé par le CRIF en Israël : la force de l'amitié, Agnès Staes, Franck Olivier
19/03/2010


19/03/10

Sur le site de Un écho d'Israël

« Tout a commencé sur cette terre, Tout peut continuer sur cette terre et réussir ! » : cette phrase de Gérard Israël, en parlant des relations entre Juifs et chrétiens, a été l'une des conclusions de ce colloque très intense organisé par le CRIF, ces 16 et 17 mars dernier, à Jérusalem et Tibériade.

Cette rencontre entre Juifs et chrétiens, Français et Israéliens, avec pour but de présenter les acquis du dialogue en France et encourager ce même mouvement en Israël, a été un temps fort de dialogue et de rencontres, très enrichissant, et sans doute une prise de conscience nouvelle de la richesse des relations judéo-chrétiennes de ce début du 21ème siècle. Près de 200 personnes ont pu y participer entièrement ou en partie.

Au-delà des interventions formelles des orateurs, ce sont de véritables liens d'amitiés qui se sont tissés durant ce colloque entre les participants.

"Depuis la déclaration Nostra Aetate de Vatican II, beaucoup de choses ont changé du côté de l'Eglise catholique : un changement de regard et un dialogue ont été amorcés. Jean-Paul II a donné une nouvelle impulsion, avec sa déclaration de repentance, en mars 2000, et son voyage en Israël. Benoît XVI invite les catholiques à aller plus loin encore en vivant la réconciliation avec le peuple juif, « humainement jouable, théologiquement supportable » nous dira encore Gérard Israël, actuel président de la commission des relations judéo-chrétiennes du CRIF.

De nombreux intervenants ont participé à ces deux journées de réflexion. Gérard Prasquier, président du CRIF, a ouvert chaleureusement ce colloque après avoir remercié les personnalités présentes. Puis, Mgr Marcuzzo, délégué par le patriarche latin de Jérusalem, rappela que, par essence, l'Eglise est une réalité qui se veut en dialogue. De par son histoire, les chrétiens sont invités à l'intérieur même de l'Eglise à entrer en dialogue avec le Juif : « Ou bien nous dialoguons, ou bien nous disparaissons », soulignant que le dialogue se fait par la vie, par les valeurs et par la réflexion théologique.

Les interventions de ce colloque furent très diverses dans leur style et leurs approches. Depuis des témoignages sur le vécu quotidien en Israël, en passant par des lectures talmudiques, des réflexions théologiques et spirituelles, des mises en perspective historique, ou encore des exposés sur la situation des chrétiens en Israël. Parmi les intervenants venus de France notons, entre autres, le professeur Armand Abécassis, le rabbin Rivon Krygier, l'historienne Mireille Hadas-Lebel, la présidente de l'Amitié judéo-chrétienne, la pasteur Françoise Taubmann, le père Jean Dujardin, ou encore le père Patrick Desbois.

Parmi les intervenants d'Israël signalons le rabbin Daniel Epstein, le père Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte, le père Michel Remaud, le père Emile Shoufani, ou encore le frère Louis-Marie, d'Abu Gosh.

L'un des témoignages les plus émouvants de ce colloque fut celui de Souad Adad, arabe chrétienne de Haïfa, qui a accompagné le Père Shoufani à Auschwitz. Née d'un père arabe chrétien et d'une mère libanaise cette femme à la voix douce déclare : "Les pères du désert nous disent que l'enfer c'est lorsque l'on est dos à dos, liés, sans pouvoir voir le visage de l'autre. A Auschwitz, j'ai vu les chaînes qu'il me fallait briser pour regarder le visage de l'autre." Elle expliqua qu'elle continue le chemin commencé avec les personnes qui ont voyagé avec elle. "On peut lire l'Evangile ensemble ou encore la littérature hassidique. Lire l'Evangile avec un Juif, c'est réapprendre l'Evangile". Puis d'ajouter : "Depuis le voyage à Auschwitz, nous avons déjà vécu deux guerres : nous avons vécu ces ténèbres de la guerre en communion totale. Notre conviction : la transformation du cœur est la seule solution pour la vie sur cette terre."

Le Père Shoufani, quant à lui, a déclaré avec force : "La réalité juive est une réalité sans laquelle, je ne peux pas vivre "… "Il faut passer par « un lavage de cerveau », enlever tous les préjugés que nous avons dans nos têtes pour pouvoir avancer dans la réconciliation, alors, une nouveauté peut advenir."

Parlant du dialogue judéo-chrétien aujourd'hui, le père Patrick Desbois  a insisté : "Le dialogue a commencé et tient bon, car, dans chaque génération, il s'est trouvé des hommes et des femmes, des deux côtés, qui ont sacrifié quelque chose de leur vie ordinaire pour que ce dialogue tienne bon. On ne peut faire l'économie de cela : la vocation personnelle du chrétien est marquée par une part de sacrifice. Ceux qui ont porté et portent ce dialogue n'ont pu le faire sans en payer le prix. Depuis 2000 ans, l'histoire est profondément marquée par le péché, et le péché ne meurt jamais ! Demain, ce ne seront pas les mêmes piliers, mais priez pour que ces « têtes de pont » tiennent bon et soient prêtes à sacrifier quelque chose de leur réputation."

A Jérusalem et à Tibériade, on a pu constater que non seulement le dialogue judéo-chrétien n'est pas en déclin, mais qu'il est au contraire en plein essor. Dialogue vrai et franc, où l'amitié entre Juifs et chrétiens se tisse en profondeur.

Pari tenu pour le CRIF qui a organisé ce colloque.

Agnès Staes, Franck Olivier

 

© Un écho d'Israël

 

Mis en ligne le 19 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org