Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

[Suite à l'attitude injurieuse d'Obama envers Israël] A méditer avant Pesah, Avraham Azoulay
28/03/2010


[Je souscris entièrement à cette analyse, aussi douloureuse que lucide. Et j'applaudis au style remarquable du rédacteur. (Menahem Macina).]

28/03/10

Article mis en ligne sur Facebook par l'auteur

Le monde n'en finit pas de s'émerveiller devant la grandeur des Etats-Unis et d'accourir pour toucher au rêve américain. Nous, nous le contemplons d'ici, sans bouger et… sans nous émouvoir davantage. La dernière « scène de ménage » n'est pas encore terminée, et il y a déjà beaucoup de casse.

Il est clair à présent que, pour sauver ce mariage mixte, une thérapie intense sera nécessaire, et le résultat n'est pas garanti. Il est évident qu'il ne reste ni patience ni amour chez le partenaire américain, et même pas la force de le cacher. Obama rêve de nous changer en statue... sans la liberté. Sa passion démesurée pour Abou Mazen lui fait perdre la notion essentielle de son rôle de médiateur : l'objectivité.

Peu importent les efforts que notre gouvernement ne cesse de déployer face à un ennemi dangereux, malhonnête et peu soucieux de son propre avenir : comme un amant envoûté, Obama oublie vite et s'en va retrouver son amour de jeunesse. Son rêve aurait été de refaire le monde, de réconcilier les deux grandes religions, l'islam et le christianisme, mais voilà : Israël reste, comme toujours, la pierre d'achoppement, le calcul douloureux que toute l'eau de la terre, ni même le pétrole, ne parviendront à faire disparaître.

Si Hillary [Clinton], le messager spécial de Mister President, avait osé parler à Hosni Moubarak comme elle l'a fait à Bibi, l'Amérique aurait eu à supporter, au moins, une crise du silence jusqu'au successeur égyptien. La Turquie, elle, aurait peut-être appelé l'Iran et la Syrie à une guerre totale contre « le grand Satan ». Nous, nous restons gentlemen, favorables au Chalom Bayit [*], en laissant la colère s'apaiser, en tendant une main sincère pour aider le grimpeur impulsif à redescendre de l'arbre, sans trop s'égratigner.

Le peuple américain, comme ses médias, n'est ni dupe, ni indulgent avec son président imprévisible : obsédé par le dossier le moins prioritaire, il en oublie les deux guerres qu'il mène en Afghanistan et en Irak contre le terrorisme, et s'endort sur le dossier du nucléaire iranien... Les commentaires vont bon train, le doute s'instaure quant à la nature profonde de l'homme « le plus puissant du monde », aimanté par les forces du mal de Goliath, aux dépens d'un David qui n'aspire qu'à la vie.

Merci à Elie Ishay d'avoir enfin révélé le visage de cette Amérique que l'on ne connaissait pas. La crise que nous traversons dans notre relation avec cet Occident aveugle nous oblige peu à peu à redevenir nous-mêmes, plus vrais, plus prudents aussi. Et bravo, Monsieur Netanyahou, pour votre sang froid, vos capacités d'endurance, de réflexion, et vos répliques posées après concertation! Une belle leçon, que chaque leader responsable devrait retenir. Toutefois, ne vous gênez pas pour bouder un peu, éviter une rencontre ou un appel téléphonique ; après tout, vous êtes très occupé, vous avez un emploi du temps de… Premier ministre. Vous verrez qu'en face, ils réfléchiront à deux fois avant de nous humilier publiquement comme ils viennent de le faire. Inspirez-vous d'Abou Mazen et de ses collègues, qui ont fait de la vexation et des lamentations leurs meilleures armes. Les résultats sont d'ailleurs encourageants : émeutes, supplications, et concessions. A quand le prochain caprice ?

Que D.ieu nous donne la force de rester nous-mêmes, même si personne n'est encore assez mûr pour nous comprendre. Trois coups retentissent, le rideau se lève, enfin.

Nous nous apprêtons à faire le grand saut, ce Pessa'h qui va nous délivrer du carcan des relations ambiguës et nuisibles, et nous faire passer sur l'autre rive, celle de la liberté.

Pessa'h cachère vé-saméa'h, méod !

Avraham Azoulay

----------------

Note de Menahem Macina

[*] Paix et concorde entre membres d'une même famille.

----------------

Mis en ligne le 28 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org