Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (délégitimation d')

Quand l'Assemblée Nationale vilipende Israël, Hélène Keller-Lind
29/03/2010

29/03/10
 
Sur le site Desinfos.com, 28/03/10
 
Première question mise à l'ordre du jour des questions au gouvernement, de la séance du 24 mars 2010 : le conflit israélo-palestinien. Israël vilipendé. Nouveau centre, GDR, SRC et...Bernard Kouchner approuvent... Dans un communiqué de dernière minute le CRIF s'indignait : « lorsqu'il est question d'Israël, l'Assemblée nationale ne peut se transformer en tribunal. » Un tribunal à charge de surcroît, où il s'agissait de « stigmatiser le seul Israël, imputant au seul Israël toutes les fautes possibles et en absolvant au même moment les Palestiniens des choix tactiques qui sont les leurs, et le Hamas des crimes qui lui sont imputables. »

La question avait été inscrite à l'ordre du jour par Hervé de Charrette, député du Nouveau Centre du Maine-et-Loire, ancien ministre, notamment ministre des Affaires étrangères de 1995 à 1997, membre de la commission des Affaires étrangères, vice-président du groupe d'amitié avec l'Egypte, l'Iran, la Russie et la Syrie, Président de la Chambre Franco-Arabe de Commerce. S'il s'est réjoui « de l'élection de Madame Bokova » à la tête de l'UNESCO, il ajoutait dans le même souffle : « Il n'empêche ! L'échec du candidat égyptien M. Hosni est une très mauvaise manière faite à l'Égypte, au Président Moubarak et à l'ensemble du Monde Arabe. La cabale montée contre M. Hosni est une humiliation de plus subie par ceux qui souhaitent reconnaître la place du monde arabe dans les instances internationales. »

Mais qui donc est ce Farouk Hosni si apprécié par M. de Charette ? Quelle serait cette « cabale » ? Pour ce ministre de la Culture égyptien il fallait brûler les livres israéliens qui, d'aventure, auraient pu se trouver dans les bibliothèques d'Égypte. Ses excuses ultérieures n'y firent rien : on ne pouvait envisager de mettre un tel personnage à la tête de l'UNESCO.

Par ailleurs, selon Le Post, il a reconnu avoir « espionné et dénoncé des étudiants égyptiens 'déviants' et... organisé la fuite des terroristes impliqués » en 1985 dans l'assassinat par des terroristes palestiniens de deux otages, lors de l'arraisonnement dans les eaux territoriales égyptiennes du paquebot Achille Lauro. Un passager juif américain, âgé de 69 ans, Léon Klinghoffer, était dans sa chaise roulante quand les terroristes l'abattirent avant de le faire jeter par dessus bord par des membres de l'équipage.

Selon oummatv, l'un des autres combats d'Hervé de Charrette est de faire de Paris « une des plus grandes places de la finance islamique en Europe ». Ce qui serait, dit-il, l'ambition de la France. Or, qui dit finance islamique dit finance respectant la charia, on le sait, avec tout ce que cela implique...

Mais, revenons à ce que ce député disait d'Israël à l'Assemblée Nationale. Il fustige « la politique réactionnaire du Gouvernement israélien à l'égard du peuple palestinien » sans expliquer en quoi elle l'est. Il dénonce la construction de « 1 600 nouveaux logements dans la partie arabe de Jérusalem, qu'Israël occupe depuis quarante ans sans aucun droit », alors que cet avocat devrait savoir que ce qu'il dit est faux

Il compatit avec « la malheureuse population de Gaza ...enfermée dans une vaste prison à ciel ouvert où des milliers de familles sont livrées à la misère, au milieu des ruines laissées par la guerre déclenchée par l'armée israélienne. » Il omet de dire que le mouvement du Hamas, considéré comme terroriste par l'UE et les États-Unis, a été mis en place par cette population, il omet d'évoquer les milliers de roquettes lancées depuis ce territoire sur les populations civiles du sud d'Israël ce qui, après mainte mise en garde israélienne, a provoqué la guerre. Il force le trait, caricature, car la Bande de Gaza n'est pas un champ de ruines, des vivres, médicaments, produits de première nécessité sont envoyés via Israël par tonnes, il existe un commerce florissant qui s'opère par les tunnels creusés sous la frontière entre la Bande de Gaza et l'Égypte. Même l'Humanité cite un habitant de la Bande de Gaza qui aurait ainsi perdu 95.000 $ dans la destruction de l'un de ces tunnels. Alors, misère ? Pas pour tous. Ces tunnels servent à importer des armes aussi, bien entendu... L'Égypte, qui a laissé faire, construirait un mur pour mettre fin à ce commerce...

La situation est un peu plus complexe que les assertions manichéennes du député du Maine-et-Loire Celui-ci reprend aussi, bien entendu, les poncifs habituels : « colonisation », « prisons », « provocations ». Et il interpelle le French Doctor qu'est le ministre des Affaires étrangères, accusant l'Europe de ne rien faire face à la situation qu'il décrit.

Les réactions suscitées ne sont pas anodines. Il y a celle du ministre, bien entendu. S'il s'indigne c'est que, estime-t-il, « vous ne pouvez pas dire que l'Europe ne fait rien ». Car, pour le reste, répond-il au député : « permettez-moi de vous dire que (si) nous sommes d'accord, hélas, sur tous les points que vous avez cités, qu'il s'agisse de la poursuite de la colonisation ou la situation insupportable à Gaza »....Il est vrai que le Quai d'Orsay est désinformé... Un désinformé consentant... car il suffit de lire Le Monde, par exemple, ce média qu'on ne peut soupçonner d'être pro-israélien, pour constater que certains Palestiniens soi-disant « colonisés » vivent très bien, alors que l'Autorité palestinienne en délaisse d'autres...

« Une chape d'ennui et de misère est aujourd'hui retombée sur Qalandia. Les dix minutes de voiture qui séparent le camp des cafés branchés de Ramallah ressemblent à une année-lumière. Ici, le dynamisme du premier ministre, Salam Fayyad, choyé par la communauté internationale et les 7 % de croissance enregistrés en 2009 n'impressionnent personne », écrit Benjamin Barthe le 25 mars 2010.

Bernard Kouchner précise : « Nous avons, à partir de la conférence de Paris, mis au point avec Salam Fayad, Premier ministre palestinien, des projets qui se poursuivent jour après jour. La situation a changé en Cisjordanie, même si elle est encore extrêmement difficile. La situation ne change pas à Gaza, et nous le dénonçons. Le Président de la République a prononcé les mêmes mots à la Knesset et à Ramallah : nous n'avons jamais accepté l'annexion de Jérusalem-est, nous n'avons jamais accepté la poursuite de la colonisation, nous avons fortement dénoncé la construction de 1 200 appartements, annoncée au moment de la visite du vice-Président américain, Joe Biden ». 1600, 1200 ? Peu importe, le Quai d'Orsay, à l'instar de l'administration Obama, a décrété qu'Israël ne peut construire à Jérusalem dans sa partie est. Car, c'est uniquement de Jérusalem qu'il s'agit en effet. On sait que le gouvernement israélien a mis en place un gel des constructions en Judée et Samarie pour une période de dix mois. Alors, peut-on sérieusement accuser Israël de « colonisation » ?
De plus, le ministre des Affaires étrangères fait état des efforts incessants de la diplomatie française pour faire plier Israël : « Que peut-on faire, alors que tous les jours, à toutes les réunions, non seulement nous dénonçons mais nous proposons également » ?

Autres réactions à cet acte d'accusation, dressé par le député : Applaudissements sur les bancs du groupe GDR, réactions lorsque le ministre juge "un peu excessif" de dire que l'Europe ne fait rien : Protestations sur les bancs du groupe SRC, donc approbation des propos de M. de Charrette. Qui sont ces députés qui approuvent cette charge anti-israélienne caricaturale ?

Le groupe GDR est le Groupe de la gauche démocrate et républicaine, composé de 24 membres communistes, verts et ultramarins. Le groupe SRC, Socialiste, Radical et Citoyen, regroupe 186 membres. Quant au Nouveau Centre, qui, par la voix de M. de Charrette, a ainsi mis Israël au banc des accusés à l'Assemblée naionale, il compte 20 membres.

Lors de cette séance, le député communiste, Roland Muzeau - vice-président du groupe d'amitié avec le Costa Rica, la Finlande, le Japon, la Jordanie, le Qatar et la Russie -, donne ce conseil au ministre pour faire plier Israël : « Agissez sur les accords de coopération ! »

Hélène Keller-Lind


 

© Desinfos.com

 

[Article aimablement signalé par O. Peel.]

 

Mis en ligne le 29 mars 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org