Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La France en Israël - Revue de la Presse israélienne - 6 avril 2010
06/04/2010


ISRAELIENS - PALESTINIENS

Le Hamas a imposé aux groupuscules à Gaza l'arrêt des tirs / Avi Issacharof et Amos Harel – Haaretz

Quatre organisations palestiniennes présentes dans la bande de Gaza – le Hamas, le Jihad islamique, le FPLP et le FDLP – on décidé de cesser les tirs de roquettes Qassam vers Israël. C'est ce qu'ont rapporté hier des sources dans la bande de Gaza. Cet accord a été obtenu suite aux lourdes pressions exercées sur les organisations par le Hamas qui craignait que la situation ne dégénère et ne s'embrase face à Israël. Toutefois, des groupuscules dissidents du Hamas, dont certains sont responsables des tirs effectués récemment, ne se sont eux pas joints à cette trêve.

Dans la bande de Gaza on affirmait hier que le Hamas a intensifié ses patrouilles le long de la frontière pour empêcher les tirs vers Israël. Plusieurs organes de presse arabes ont fait savoir que l'Egypte exerce une forte pression afin de dissiper la tension entre Israël et le Hamas, par crainte que celle-ci ne mène à un nouvel embrasement de la région. Un haut responsable égyptien a lui affirmé que Le Caire est en contact avec toutes les parties, dont le Hamas et Israël, pour tenter de freiner l'escalade.

Cette déclaration de trêve comporte deux points faibles. Le premier : elle n'engage pas les factions « rebelles » qui se sont séparées du Hamas et sont influencées aujourd'hui par al-Qaïda. Or, ce sont ces factions, qui traitent les dirigeants du Hamas d'impies, qui sont responsables de la plupart des tirs de ces dernières semaines.

Le deuxième point faible est que l'on ignore quelle attitude vont adopter les organisations palestiniennes quant aux opérations le long de la frontière avec Israël. Tsahal tente dernièrement de créer à nouveau une sorte de zone-tampon de quelques centaines de mètres à l'intérieur de la clôture frontalière à laquelle n'auront pas accès les militants armés palestiniens. Le but de cette manœuvre est de réduire le risque que courent les patrouilles de Tsahal le long de la clôture. Les organisations palestiniennes pourraient néanmoins faire de cette zone-tampon la principale zone d'affrontement, ce qui risque de mener rapidement à un nouveau conflit, comme cela a été le cas avant l'opération Plomb Durci.


Les erreurs du régiment Kfir / Amir Buhbut – Maariv

Une enquête du commandement militaire de la région centre a établi que la mort de quatre Palestiniens lors d'émeutes le mois dernier à Arek-Burin et Awrata aurait pu être évitée et qu'une série d'erreurs a poussé les soldats du régiment Kfir à surestimer le danger auquel ils étaient exposés et à ouvrir le feu de manière intempestive.

Suite à ces incidents, le commandant de la région centre a ordonné que soient précisées à nouveau aux soldats les règles d'engagement et qu'une attention particulière soit portée aux événements lors desquels il y a un contact avec des manifestants palestiniens. Les conclusions de l'enquête seront communiquées dans les prochains jours au chef d'état-major


DIPLOMATIE

« Le Premier ministre élaborera cette semaine ses réponses à Obama » / Shimon Shiffer – Yediot Aharonot

Le Premier ministre a l'intention d'élaborer dès cette semaine ses réponses à la liste de requêtes que lui a adressées le président américain, afin qu'il puisse lui en faire part lors de la conférence sur le nucléaire qui s'ouvrira lundi prochain à Washington. C'est ce qu'affirment des responsables du bureau du Premier ministre.

Selon de hauts responsables dans l'entourage de Binyamin Netanyahu, celui-ci devrait accepter l'invitation de Barack Obama et participer à cette conférence qui traitera de la restriction des armes nucléaires dans le monde. Il n'est cependant pas impossible que le Premier ministre annule son voyage aux Etats-Unis au motif qu'il doit participer aux événements de Yom Hashoah [journée annuelle de commémoration de la Shoah] qui se dérouleront, eux aussi, lundi prochain.

Plus de quarante chefs d'Etats et de gouvernements ont été conviés à la conférence qui se tiendra les 12 et 13 avril. Parmi les invités figurent des dirigeants de pays hostiles à Israël tels que l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Venezuela ou le Pakistan, ainsi que l'Egypte et la Jordanie. Ces pays ont déjà réclamé par le passé que le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires soit appliqué à Israël ce qui l'obligerait à ouvrir ses sites nucléaires aux inspecteurs internationaux.

Conformément aux ententes auxquelles sont parvenus Israël et la Maison Blanche au début des années soixante-dix, les Etats-Unis usent de leur influence pour empêcher que la surveillance des installations nucléaires israéliennes soit évoquée dans le cadre des instances internationales. Or, les dirigeants arabes pourraient profiter de la présence de Netanyahu à la conférence pour chercher à l'embarrasser lui et ses hôtes américains en posant des questions sur les armes nucléaires que possèderait Israël.

Au bureau du Premier ministre on affirme que d'ici la conférence de Washington, M. Netanyahu et ses collaborateurs élaboreront leurs réponses à la liste des demandes américaines destinées à permettre la reprise du processus de paix. Le Premier ministre s'entretiendra dans les prochains jours à ce sujet avec les ministres.


Erdogan : « Nous ne pourrons pas rester indifférents au meurtre des enfants de Gaza » / Eli Berdenstein – Maariv

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, critique à nouveau Israël. « Nous ne pouvons rester indifférents au meurtre d'enfants à Gaza. C'est inhumain », a-t-il déclaré lors de l'inauguration d'une chaîne télévisée d'information en langue arabe.

« La Turquie sera toujours aux côtés des musulmans, où qu'ils soient. Nous ne pouvons rester indifférents face au problème du monde musulman concernant Jérusalem. Bien que nous ayons le visage tourné vers le monde occidental, nous n'avons jamais tourné le dos à l'Orient. Nous ne pouvons demeurer inactifs à l'heure où des nuages noirs menacent Jérusalem, la perle de notre civilisation », a ajouté Erdogan.

Le ministère des Affaires étrangères a réagi à ces propos : « Israël ne recherche le conflit avec aucun pays ni avec la Turquie. On a toutefois l'impression qu'Erdogan cherche à s'intégrer dans le monde musulman aux dépens d'Israël. Nous lui suggérons de chercher des moyens plus créatifs pour essayer de s'intégrer au monde musulman et au monde occidental sans devenir un dirigeant extrémiste à la Hugo Chavez. Etant donné sa préoccupation pour le sort des musulmans, on pourrait attendre d'Erdogan qu'il exprime des regrets pour le meurtre d'innocents par des organisations terroristes au Pakistan et en Irak ».


La France en Israël

------------------------------------------------------------------------------------

Cliquer pour accéder au site "La France en Israël"


Mis en ligne le 6 avril 2010, par M. Macina, sur le site debriefing.org