Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Iran

Orwellien : l'Iran élu à la Commission pour la condition féminine de l'ONU

Par Melba le 30 avril 2010

L'iran est-il vraiment le champion des droits des Femmes ? Pour l'ONU oui ! révoltant et incroyable… mais vrai .

Le Conseil économique et social de L'ONU a élu hier l'Iran à la Commission de la condition de la femme (CSW) pour un mandat de quatre ans - à compter de 2011 - L'ONU qualifie cette Commission de “principal organisme mondial d'élaboration des politiques” en matière des droits et des revendications des femmes, “dédié exclusivement à l'égalité entre les sexes et à la promotion des droits de la femme.”

l'Iran a été “élu par acclamation” c'est à dire qu'il était l'un des deux seuls pays candidats pour occuper les deux sièges attribués au bloc régional pour l'Asie - en d'autres termes, le résultat de l'élection était décidé à l'avance.

Le code pénal iranien, qui prévoit entre autres atrocités envers les femmes de les enterrer jusqu'à la taille et de les lapider à mort en cas d'adultère, donne sans doute à l'Iran les compétences nécessaires pour ce poste important pour l'amélioration de la condition féminine dans le monde.

Le rapport 2009 du Département d'Etat américain sur l'Iran dénonce  quelques faits marquants sur la condition des femmes en Iran. Par exemple, le viol conjugal  “n'est pas illégal” et pour ce qui est  des autres types de viol la plupart des victimes ont préféré ne pas signaler le crime aux autorités par peur d'une punition pour avoir été violée… Quatre témoins masculins, ou trois hommes et deux femmes sont requis pour pouvoir condamner un violeur. Et un homme ou une femme dont on juge infondée la plainte pour viol est passible de 80 coups de fouet. 
D'autres caractéristiques du système juridique iranien dénoncé par le Département d'Etat américain : Un homme peut échapper à tout condamnation  s'il tue sa femme prise en flagrant délit d'adultère, ou s'il est certain qu'elle était consentante…  en 2008, 50 “crimes d'honneur” ont été rapportés sur une période de sept mois… En général, le témoignage de deux femmes vaut celui d'un seul homme. De plus, une femme n'a le droit au divorce que si son mari a signé un contrat lui accordant ce droit, ou s'il ne peut subvenir au besoin de sa famille, ou s'il est un toxicomane, fou, ou impuissant. Un homme n'est pas tenu de se justifier  pour divorcer de sa femme.”

Source : Fox News extrait traduit par Bivouac-id.