Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (boycott d')

Bientôt en France des cinémas interdits aux juifs ? Hugues Serraf
09/06/2010

 

[Je remercie Me Victor Barchechat, avocat au Barreau de Haifa, ancien avocat à la Cour d'appel de Paris, de m'avoir sensibilisé à cette infamie. (Menahem Macina).]

 

Sur le site Slate.fr, 8 juin 2010

 

Les réalisateurs israéliens ne sont plus les bienvenus dans les salles Utopia. Ils financent leurs films en shekels et forcent leurs acteurs à s'exprimer en hébreu - respectivement devise et langue du régime sioniste.

Utopia, un réseau de salles de cinéma intelligent - au sens où il ne programme que des films susceptibles de faire réfléchir un public qui ne l'est pas moins -, a décidé qu'il n'était plus question de programmer de films israéliens [1] jusqu'à ce que le blocus sur Gaza soit levé.

Anne-Marie Faucon, responsable de l'association gérant ces salles implantées dans une quinzaine de villes en France (dont la Filmothèque de la rue Champollion à Paris), justifie cette initiative de la manière suivante

«Notre démarche est un appel à la réflexion et à la liberté. C'est aussi un message aux réalisateurs israéliens, pour les inciter à réfléchir à ce qui se passe dans leur pays. Les cinéastes qui travaillent avec des fonds israéliens cautionnent, dans un sens, la politique de leur pays [2]. »

Non contente d'intégrer, sans prendre cinq minutes pour leur demander leur avis, quelques-uns des metteurs en scène les plus intéressants du moment aux services de communication de Tsahal, l'intransigeante distributrice pourrait d'ailleurs, emportée dans son élan, interdire l'accès de ses salles aux spectateurs munis d'un passeport israélien: 

« Il faut arrêter d'imaginer que les peuples sont impuissants face aux politiques. Les Israéliens votent, ce sont eux qui ont élu un gouvernement d'extrême droite. Ils sont donc partie prenante de ce qui se passe. Les individus peuvent réagir, c'est d'ailleurs ce que nous faisons en déprogrammant le film. Si tout le monde tire le signal d'alarme, ça peut avoir une incidence. Les peuples ne sont pas impuissants face aux gouvernements ».

Bah, pourquoi pas... L'idée n'est pas si mauvaise et peut-être l'heure est-elle venue d'interdire

  • la publication d'auteurs israéliens ;
  • la préparation de plats israéliens ;
  • la diffusion de disques israéliens ;
  • l'exposition de peintres israéliens ;
  • bref, la circulation de tout ce qui peut, de près ou de loin, être relié au régime politique le plus cruel de la planète...

Car Israël est bien, n'est ce pas, le régime le plus cruel de la planète. Enfin, il faut bien qu'il le soit si l'on en est désormais à interdire à ses artistes de s'exprimer au pays de la liberté de conscience. Enfin, en tout cas,

  • plus cruel que celui des Américains (ils ont juste envahi l'Irak illégalement : pas de quoi fouetter un chat) ;
  • des Iraniens (ils n'ont que légèrement massacré et emprisonné les manifestants qui protestaient contre une élection truquée) ;
  • des Cubains ;
  • des Algériens ;
  • des Chinois, etc. (insérez ici le régime crapuleux qui vous sied le mieux au teint, compte tenu de vos détestations de prédilection).

Tout cinéphile qu'elle soit (vraisemblablement), Anne-Marie Faucon semble avoir oublié de jeter un coup d'œil aux films qu'elle souhaite désormais déprogrammer. Elle aurait pu constater à quel point le cinéma israélien, avec ses Amos Gitai, Uri Barbash, Ari Folman, Avi Mograbi, et Assi Dayan [3], est cent fois, mille fois plus critique de son contexte politique que l'a jamais été le cinéma français.

Si punir les artistes israéliens, avant de punir les simples citoyens israéliens, pour l'absence de vision, de compassion et d'intelligence de leurs gouvernants est désormais un moyen de pression légitime (Gare à toi, Netanyahou, l'Utopia de Toulouse ne programmera plus « Valse avec Bachir » [4] ! Tu vas voir ce que tu vas voir !), on se demande s'il ne sera pas bientôt imaginable d'interdire l'accès des cinémas aux juifs tout court - dont l'attachement à Israël est vraisemblablement aussi criminel que le fusil-mitrailleur des commandos arraisonneurs.

Hum, j'arrête-là: on va m'accuser de faire de l'amalgame... [5]


Hugues Serraf

 

© Slate.fr


---------------------

Notes de Menahem Macina


[1] Mais il n'en déprogramme pas d'autres, tel « Route 81 » de Eyal Sivan, violemment critique de l'Etat d'Israël.

[2] C'est, à l'évidence, le cas des films de Eyal Sivan, évoqué ci-dessus !...

[3] Sans oublier Eyal Sivan… Re !...

[4] Film de l'auteur israélien, Ari Folman, cité plus haut.

[5] L'auteur de cette réflexion pertinente, lue sur le site Les Inrocks (sans date), ne semble pas être une ancienne "barbouze" israélienne, ce qui ne l'empêche pas de manifester, discrètement d'ailleurs, son malaise :  

 cinq_heures_de_paris.jpg

Crédits photo: Extrait de l'affiche du film "A 5 heures de Paris", de Leonid Prudovsky

 

"L'exacerbation d'un conflit entraîne bien souvent des répercussions insolites, au-delà du domaine politique et pourquoi pas jusque dans les salles obscures. Alors que perdure le blocus de Gaza et que les voix ne cessent de s'élever internationalement contre l'attaque récente de la flottille pro-palestinienne, un film israélien se voit boycotté par les salles d'art et d'essai françaises. A 5 Heures de Paris de Léon Prudovsky raconte les amours naissantes, dans la banlieue de Tel-Aviv, entre Igal, un chauffeur de taxi, et Lina, enseignante de musique. Tous deux se rapprochent autour de leurs renoncements respectifs, et s'entendent sur le projet romantique de visiter Paris. Le synopsis se tient à l'écart de l'actualité politique et militaire au Proche-Orient, et bien entendu n'évoque pas les événements des derniers jours. Cependant, le réseau Utopia, spécialisé dans l'exploitation du cinéma d'auteur, entend faire l'impasse sur la sortie du film, dont la sortie en France est prévue le 23 juin prochain dans une quarantaine de salles. Les cinémas Utopia de province ont donc déprogrammé la comédie, entendant ainsi affirmer leur désapprobation des agissements d'Israël.  Une décision qui risque de faire polémique au sein de la communauté israélienne et plus largement auprès d'un public soucieux du respect et de la libre visibilité des œuvres, d'autant que le film semble dénué de nature partisane."

 

------------------------------


Mis en ligne le 9 juin 2010, par Menahem Macina, sur le site France-Israël.org