Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Millière Guy

La guerre contre Israël, Guy Millière
26/06/2010

 

Texte repris, avec l'autorisation de l'auteur, du site drzz.info, le 22 juin 2010


J'ai décrit, ici et dans d'autres articles, la stratégie de l'administration Obama concernant le monde, le Proche-Orient et Israël. J'ai dit qu'il s'agissait, d'une part, d'affaiblir les Etats-Unis et d'en détruire la puissance, et c'est en cours. J'y reviendrai très prochainement, et j'en traite dans mon prochain livre [1]. J'ai dit qu'il s'agissait, d'autre part, de nuire à Israël et de créer un monde plus sûr pour l'islam et les islamistes, et c'est en cours aussi. Le rapprochement entre la Turquie et l'Iran d'Ahmadinejad n'a pas été subi par l'administration Obama, mais voulu par elle, et accepté. Les opérations de harcèlement et d'agression contre Israël ont été, elles aussi, entérinées par l'administration Obama. La détérioration de l'image internationale d'Israël fait elle-même partie de la stratégie d'ensemble. Divers journalistes aux Etats-Unis, et des membres républicains du Congrès demandent, d'une manière de plus en plus explicite, dans quel camp se situe Obama, et, en posant la question, ils apportent la réponse qui ne fait guère de doute. Si les Etats-Unis étaient une république bananière d'Amérique centrale, Obama pourrait se faire plus explicite. Les Etats-Unis étant une démocratie où sont censés exister des contre-pouvoirs, une presse libre, et où la population est imprégnée de vigilance, il doit se faire plus prudent. Néanmoins, feindre la maladresse ou l'impuissance, simuler, mentir est un jeu complexe lorsqu'on est Président des Etats-Unis, et même si on est le meilleur disciple de Saul Alinsky [2], on ne peut, dans la durée, tromper tout le monde tout le temps [3]. David Horowitz et Jacob Laskin publient, en ce moment même, dans la National Review, un article détaillé analysant les rouages de la guerre d'Obama contre Israël (« Obama and the War Against Israel »). Dans The American Thinker, James Lewis demande ce qu'Obama savait concernant l'opération de la flottille et concernant le fait qu'elle était l'un des éléments d'enclenchement d'une opération bien plus vaste qui pourrait s'achever par un conflit régional ressuscitant le vieux rêve islamique de destruction de l'Etat hébreu, et il énonce des éléments accablants : des gens qui sont proches d'Obama depuis longtemps ont participé à l'opération de la flottille : Bill Ayers et Bernardine Dohrn, anciens terroristes du Weather Underground, Jodie Evans, dirigeante du groupe gauchiste Code Pink. Deux jours avant que le Mavi Marmara appareille, John Brennan, le « tsar de la lutte anti-terroriste » d'Obama, donnait une conférence de presse, au cours de laquelle il faisait l'éloge du djihad et parlait de Jérusalem comme d'al-Quds, tout en citant, de mémoire, des passages entiers du Coran. Au même moment, Dalia Mogahed - conseillère du Président pour les affaires religieuses et l'une des deux femmes voilées à travailler à la Maison Blanche (l'autre étant Ingrid Mattson, une convertie) – faisait l'éloge de la sharia et de ses vertus pour l'humanité, à la télévision britannique. Les services de renseignement américains savaient que le Mavi Marmara avait été affrété non pas par des organisations pacifistes, mais par l'IHH (Ýnsani Yardým Vakfý), organisation islamiste désormais considérée et définie comme organisation terroriste. Ils disposaient d'images, diffusées depuis par Al Jazeera, montrant des gens à bord du bateau chantant la joie de devenir « martyr », et scandant « Khaybar ! », en référence à un massacre de juifs commis au septième siècle dans la péninsule arabique.

 

Les faits sont très graves. James Lewis dit qu'une enquête devra avoir lieu. Des membres importants du parti Républicain ont dit hier que si la majorité changeait, suite aux élections de mi-mandat, le nouveau Congrès demanderait une intervention de la justice.

 

Pour l'heure, Obama a les mains libres. Après avoir laissé délibérément la catastrophe pétrolière du golfe du Mexique prendre de l'ampleur et créer des dégâts très graves et qui s'amplifient, après avoir comparé celle-ci aux attentats du Onze-Septembre et avoir donc relativisé le terrorisme tout en accusant une entreprise privée d'être aussi coupable qu'al Qaida, il continue à souffler sur les braises d'une campagne de diabolisation d'Israël à laquelle il a participé. Les prochaines étapes se dessinent : des bateaux ont quitté l'Iran, censés continuer la campagne du Mavi Marmara. D'autres devraient quitter le Liban, devenu Hezbollahland. L'armée et le gouvernement israéliens vont devoir réagir. L'Iran a menacé Israël d'escalade. Le gouvernement turc tient lui-même des propos menaçants. Le gouvernement Netanyahu a accepté, sous la pression américaine, d'assouplir le blocus de Gaza, ouvrant ainsi la porte à l'émergence d'un Etat Hamas à Gaza. Cet Etat sera accueilli avec bienveillance à Washington et dans les capitales européennes. Comme l'écrit sur son blog Barry Rubin : « Un mini Etat islamiste révolutionnaire, un avant-poste du régime iranien, une base de dissémination du terrorisme et de la subversion, une source de propagande antisémite génocidaire, a été créé sur les rives de la Méditerranée ».  Bien sûr, Obama et les dirigeants européens trouvent que les concessions du gouvernement Netanyahu sont insuffisantes. Ils trouveront que les concessions du gouvernement Netanyahu et de tout gouvernement israélien, quel qu'il soit, sont toujours insuffisantes, car leurs positions sont alignées sur celles de l'islam radical, qui ne veut rien moins que la disparition d'Israël.

 

Dans un texte récent publié  sur son excellent blog, Sultanknish, Daniel Greenfield dit qu'Israël a la corde au cou [4] et que le reste du monde, pour l'essentiel, serait soulagé si Israël, après avoir été condamné à mort, acceptait la sentence. Il ajoute qu'Israël n'aura, très vite, pas d'autre choix que de se battre pour survivre et de ne plus accepter la moindre concession. Trop de concessions ont d'ores et déjà été faites. Israël avait un ami lorsque George Walker Bush était à la Maison Blanche : à présent, Israël n'a plus d'ami sur la terre, tout au moins, plus de puissance amie. Les barbares et les assassins le savent. Ils savent qu'ils ont désormais, eux, un allié à la Maison Blanche et qu'ils en ont des centaines dans les salles de rédaction européennes. Ils savent que les dirigeants européens ont autant de consistance et de clairvoyance que des paillassons, et ils en tirent les conséquences en s'essuyant les pieds dessus.

 

Le vrai visage du meilleur disciple de Saul Alinsky devient visible aux Etats-Unis, grâce à des gens tels que David Horowitz, Jacob Laskin, James Lewis, et d'autres, dont Genn Beck sur Foxnews. Obama est encore à la Maison Blanche pour plus de deux années. Les élections de mi-mandat auront lieu le 2 novembre. Je ne doute pas que l'intention du gouvernement Netanyahu soit de gagner du temps. Les ennemis d'Israël savent, eux aussi, que le temps est compté pour eux, et ils entendent créer l'irréversible avant l'échéance. Israël devra être fort et impitoyable. Si les dirigeants israéliens fléchissent, ils doivent le savoir, les ennemis d'Israël ne fléchiront pas. Si les dirigeants israéliens espèrent s'attirer en quoi que ce soit la compassion des Européens, il leur faut comprendre que l'Europe d'aujourd'hui n'aura pas la moindre compassion pour Israël.

 

© Guy Millière

-------------------------------------

 

Note de Menahem Macina

 

[1] La résistible ascension de Barack Obama, à paraître prochainement.

 

[2] J'ai eu le privilège de lire les épreuves du prochain livre de G. Millière, et je vous promets une grosse surprise à la lecture du chapitre intitulé « Un certain Saul Alinsky ». Concernant cet idéologue redoutable (1909-1972), je laisse à Millière le soin de dévoiler sa personnalité complexe et d'exposer l'influence importante que ses théories et ses pratiques sociales eurent sur le jeune militant anti-raciste Obama. Je me limiterai à dire ici qu'il fut un propagandiste zélé de l'utilisation de la démocratie pour promouvoir la révolution. Wikipedia français n'est d'aucune utilité pour avoir ne serait-ce qu'une idée du personnage ; Wikipedia anglais est plus substantiel sur le plan de l'information générale, mais l'article séminal de Melanie Phillips, "Revolution you can believe in", paru dans The Spectator du 9 septembre 2008, me paraît incontournable pour la compréhension de la doctrine et de l'action révolutionnaire de S. Alinsky .

 

[3] Réminiscence d'une citation d'Abraham Lincoln (1809–1865) : « On peut tromper tout le monde un certain temps. On peut même tromper quelques personnes tout le temps, mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps. »

[4] Allusion à son article intitulé The Noose Around Israel's Neck" (Le nœud coulant autour du cou), dont j'ai mis en ligne sur le site de France-Israël une traduction française, intitulée "Israël : la corde au cou", réalisée par Marcoroz.

 

-------------------------------------

 

Mis en ligne le 22 juin 2010, par Menahem Macina, sur le site France-Israël.org